Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20.06.2009

[Anime] Kodomo no Omocha

Titre japonais : こどものおもちゃ

Nombre d'épisodes : 102 épisodes

Année de production :
1996-1998

Licence en France :
Aucune

Fiche :
Animeka ; ANN

 

La première fois que j'ai eu connaissance de cet anime, c'était dans un très vieil AMV (que je vais sûrement montrer dans la foulée), et je m'étais dit que ça avait l'air bien barré. Quand j'ai commencé à regarder beaucoup de séries, j'avais dû essayer de la trouver, mais sans succès. Jusqu'à l'année dernière, où j'ai mis la main sur l'intégrale des 102 épisodes en VOSTA. Oui, 102 épisodes, c'est pas rien surtout pour moi qui ne suis pas habituée aux shônen à rallonge. Les séries les plus longues que j'avais vues jusque là étaient Monster et Hikaru no go.

J'ai donc commencé à regarder la série, et me suis vite rendu compte de la qualité désastreuse des sous-titres : le timing était affreux et j'avais l"impression que la personne qui avait fait la traduction n'était clairement pas de langue maternelle anglaise. Plus les épisodes passaient, plus c'était mauvais, et je crois que j'aurais laissé tombé si je commençais pas à me démerder à comprendre un peu le japonais. Et encore, dans cette série, vu le débit et les jeux de mots, c'est dur de suivre ! Mais faut dire que la série me plaisait tellement que je ne voulais pas arrêter. J'ai donc été sauvée quand des releases de super bonne qualité en VOSTF sont arrivées sur Mononoke-BT. A partir de l'épisode 40 et quelque, j'ai donc pu apprécier pleinement la série.

Et elle est vraiment énorme, une vraie référence dans le genre, je me demande d'ailleurs encore pourquoi elle n'est pas plus connue. En plus, elle date déjà pas mal : 1996-1998. Si on n'est pas fan au départ du design shôjo avec les grands yeux, on n'aimera pas de toute façon, mais sinon, je trouve que ça a très bien vieilli, et pour ce qui est des décors et de l'animation en elle-même, ce n'est de toute façon pas le genre de série où ça a le plus d'importance. Ce qui est important, c'est l'humour et les personnages, et Kodocha a ce qu'il faut des deux côtés et possède un véritable univers.

kodomocha.jpg

L'héroïne de l'histoire est Sana Kurata, en dernière année de primaire au début de la série. Elle fait partie des jeunes comédiens de l'émission Kodomo no Omocha (eh oui, le titre vient de là), et on a l'occasion de suivre sa carrière de talento. Elle est un peu l'équivalent plus jeune d'Excel dans Excel Saga : elle a un débit de paroles astronomique et tient rarement en place. Mais comme il y a plein d'autres personnages et qu'il y a régulièrement des situations plus sérieuses, on ne peut pas résumer la série à ses chansons et à ses pirouettes, loin de là. Et son côté exubérant est tempéré par la présence d'Akito Hayama, camarade de classe d'abord détesté qui deviendra son super pote et... oui peut-être plus, c'est là le fil conducteur de toute la série.

On pourrait penser que nous faire attendre 102 épisodes pour savoir s'ils vont finir ensemble ça fait longuet, mais il ne s'agit pas que de ça. En fait, Kodocha est à mi-chemin entre l'histoire qui va d'un point A à un point B comme on en voit la plupart du temps dans les anime et les manga, et la recette plus propre aux séries occidentales avec de petites aventures dans un univers aux personnages récurrents. On a donc à la fois des événements entre Sana et Akito, des événements plus ou moins importants qui concernent plutôt leur entourage, et des gros événements pour Sana dans sa famille ou son travail qui jalonnent les épisodes, le tout étant bien sûr lié. On n'a donc pas l'impression qu'on rallonge la sauce juste pour nous faire patienter, il n'y a pas de gros passage à vide même si bien sûr on préférera certains épisodes à d'autres. Pour ma part, le passage que j'ai le moins aimé est quand Sana est à New York, car j'aime pas trop Naozumi.

Je pourrais parler plus en détails de tous les autres personnages mais comme il y en a beaucoup, ce serait vraiment trop fastidieux. Je retiendrai donc principalement LE personnage sans lequel Kodocha ne serait pas ce qu'il est : Babbit. Il est trop culte, ou plutôt ils sont trop cultes, car on sait jamais vraiment combien ils sont ! Babbit est comme son nom l'indique un lapin-chauve souris qui ne cesse de faire des interventions dans les épisodes, de différentes manières. Des fois ce sont des écrans à part, des fois il est au milieu des autres personnages, qui se rendent compte plus ou moins de sa présence. Qu'est-ce que j'ai pu me marrer pas exemple avec sa chanson sur les chiffres ! Il faut vraiment le voir, il a une tête excellente, plein de mimiques, il se fait souvent maltraiter, mais il est toujours là. Et j'adore sa voix, c'est Babbit quoi, l'élément comique, unique et irremplaçable.

babbit.jpg

La série possède de nombreuses autres touches comiques récurrentes, ne serait-ce que la mère de Sana, qui se balade chez elle en petite voiture, a toujours une coiffure excentrique avec son écureuil sur la tête et passe son temps à traumatiser son éditeur. Il y a aussi les différents dispositifs de communication et de musique estampillés Babbit, qui sont là comme ça, comme si on en voyait tous les jours, c'est vraiment excellent. Et bien sûr, Sana et Akito se tatanent souvent. Ca n'a rien de nouveau peut-on dire dans une comédie romantique d'avoir le couple de héros qui se dispute, mais il faut considèrer que Kodocha a été fait avant la plupart des autres séries, et qu'il propose bien plus que ça.

Au niveau de la musique, les sonorités montrenr que ça date un peu. Ce n'est pas le genre de musique qu'on écouterait en dehors, mais elle donne vraiment son identité à la série, ne serait-ce que pendant le rituel de présentation au début de chaque épisode. Les chansons des génériques sont toutes bien délirantes, il y a juste le dernier ending que je n'ai pas aimé du tout. Et je le disais tout à l'heure avec Babbit, ce qui est très important dans ce genre de séries ce sont les voix, et de ce côté-là c'est excellent, que l'on comprenne ou pas.

Il faut donc absolument regarder cette série, qui est drôle tout le temps, plus sérieuse et touchante aussi parfois. Ne surtout pas s'arrêter au style des dessins ou à l'âge des personnages principaux ! Les problèmes abordés ne sont la plupart du temps pas fonction de l'âge, et quand ils le sont c'est avec subtilité. Oui, regardez Kodocha et venez rejoindre le fanclub de Babbit que je vais créer ! Un seul moyen à ma connaissance de faire ça dans de bonnes conditions : les releases de la Kodocha-Team. Moi je suis une grande adepte du torrent, je vous conseille donc d'aller les choper sur Mononoke-BT. Sinon, je crois qu'il y a aussi du DDL sur Megaupload (Si jamais Akito passe par là il pourra confirmer tout ça ^^).

Si je me souviens bien, j'avais commencé la série en novembre dernier. Quand je suis arrivée au bout des épisodes disponibles, j'ai espacé mes visionnages et je guettais la sortie de nouveaux épisodes. Je me voyais pas retourner à mes sous-titres anglais pourris juste pour finir la série plus rapidement ! Du coup, récemment la Kodocha a sorti très rapidement les derniers épisodes, et j'étais vraiment contente de finir la série et de pouvoir enfin en parler ici. Certes, j'aurais pu le faire avant, mais comme je l'ai déjà dit souvent, je préfère toujours avoir vu la série dans son intégralité avant de juger. Et là, quand on arrive à la fin du dernier épisode... On est juste triste que ça se termine ! La fin en décevra peut-être certains mais moi je trouve que ça garde mieux l'esprit de la série comme ça.

Cette série passe donc direct dans mon top 5 anime de l'année, on s'en fiche qu'elle ait plus de dix ans ! C'est le genre de série que j'adorerais vraiment voir en DVD mais bon vu ce qui se fait déjà avec des séries plus récentes, je sais bien qu'il faut pas rêver. Idem pour les dix volumes du manga original, que je finirai sûrement par m'acheter en VO car j'ai vraiment envie de voir ce que ça donne.

Commentaires

Très bon article sur un anime qui est comme tu dis, injustement méconnu :) Merci d'avoir cité la team ! Pour le DDL des épisodes, c'est sur le forum de la team waga seishun, dont le fondateur est aussi celui de Kodocha-team.
Kodomo no Omocha n'existe en effet qu'en DVD japonais, la série est sortie en DVD aux USA, ce qui a contribué à la re-populariser un peu et à ressortir quelques goodies, mais ils se sont arrêtés à la 1ère saison...

Écrit par : akito | 28.06.2009

Oui, j'ai lu ça, j'ai lu aussi que le manga était épuisé mais que l'éditeur n'avait plus les droits. Un peu du gâchis, même si comme tu le dis ça a permis aux Américains de connaître la série. Merci pour tes précisions, et contente que tu aies apprécié mon article ! ^^

Écrit par : Katzina | 28.06.2009

J'avais vraiment accroch cette série il y a quelques années, et je voulais absolument savoir ce qui allait arriver aux héros (les histoires d'amours...) mais je n'ai jamais réussi à trouver plus loin que l'épisode 52 (ou un truc dans ce genre) vous imaginez ma frustration !

Écrit par : Ptitdidi | 09.08.2009

Hé ben c'est cool tu vas pouvoir rattraper tout ça ! Je suis certaine que tu vas bien te marrer ^^. Je compte sur toi pour faire un article après, pour convaincre d'autres personnes de regarder la série ! ^^

Écrit par : Katzina | 10.08.2009

un anime sublime ,un diamant meconnu malheureusement

Écrit par : alexiel | 18.11.2009

Hé oui, on est bien d'accord ! ^^
Même si le temps continue de passer j'espère qu'avec la belle VOSTF qu'on a la série pourra attirer la curiosité et avoir une petite notoriété^^.

Écrit par : Katzina | 20.11.2009

Bah moi jmappelle aussi sana

J'ai découvert se manga en écrivant sur daylimotion sana et puis chui tombé sur se manga !! Ce manga est mon préférer !!!

Écrit par : sana | 12.05.2010

Comme quoi y'a des bons hasards parfois ^^. On compte sur toi pour faire connaître un peu la série :)

Écrit par : Katzina | 18.05.2010

Les commentaires sont fermés.