Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06.06.2010

[Anime] ARIA the ANIMATION

Titre japonais : アリア

Nombre d'épisodes : 13 épisodes

Année de production :
2005

Licence en France :
Aucune

Fiche :
Animeka ; ANN

Voir aussi : ARIA the NATURAL

 

J'avais déjà dû croiser le nom de cette série quelqiue part, mais pas assez souvent pour que je cherche à en savoir plus. Et puis il y a quelque temps, je ne sais plus sur quel blog, j'ai lu un commentaire de Sirius sous-entendant que c'était du bon. Nan, je sais plus du tout c'est où, mais on s'en fout. Depuis, j'ai lu l'article qu'il avait écrit sur les trois saisons de l'anime (moi je ne parlerai que de la première pour l'instant), et je dois dire que je n'aurais peut-être pas dû car du coup je ne sais plus trop quoi écrire ici ^^.

L'histoire d'Aria se passe quelque part dans le futur, sur la planète Mars qui a été terraformée et a pris le nom d'Aqua. Dans ce monde construit de toutes pièces par l'homme se trouve Neo-Venezia, réplique exacte de la Venise terrienne maintenant disparue sous les eaux. La série nous propose de suivre les aventures d'Akari, jeune fille fraîchement débarquée de Man-Home (nom donné à la Terre) qui va devenir apprentie gondolière. On découvre la ville en même temps qu'elle au fil des canaux, et on apprend à connaître toutes ses camarades undines ainsi que les autres connaissances qu'elle va se faire sur Aqua. Tout ça très tranquillement. Car après tout, le temps sur Aqua passe deux fois moins vite que sur Terre : une année d'Aqua équivaut à deux années sur Man-Home.

ariaS1-1.jpg

Aucune catastrophe, aucun grand méchant en vue donc, et il y a des fois où c'est très bien comme ça. Surtout quand on a une série qui propose un univers aussi enchanteur, et ce à tous points de vue. D'abord évidemment du point de vue visuel : les décors sont magnifiques, et on ne se lasse pas de voir la ville à différents moments de la journée, à différentes saisons. La présence de l'eau, l'utilisation de la lumière, tout est magnifique et créé une ambiance vraiment paisible.

Tout cela est parfaitement complété au niveau sonore : si les mélodies sont clairement d'inspiration italienne, elles ne sont pas non plus trop stéréoptypées. On s'en souvient très vite, et on les retrouve avec plaisir à chaque épisode. Les chansons des génériques sont excellentes, en parfaite continuité avec le reste. J'aime beaucoup le fait qu'il n'y ait pas d'images propres à l'opening (chanté par Makino Yui) : il s'agit en fait plutôt d'une introduction propre à chaque épisode, où se succèdent les vues de la ville et où l'on peut entendre parfois les personnages parler. Il n'y a donc pas de vraie coupure entre le générique et l'épisode en lui-même, les transitions se font tout en douceur, et c'est vraiment réussi. L'ending (de Round Table feat. Nino) est lui aussi superbe et clôt chaque épisode à la perfection.


Le design des personnages n'a a priori pas grand chose pour me plaire (je suis pas très cheveux verts ou roses ^^),  mais en fait il souligne vraiment bien l'identité de chaque protagoniste, et comme les protagonistes justement sont vraiment attachants, ça passe super bien de ce côté. Et puis question kawaii, les chats mascottes des différentes compagnies de gondoles sont excellents. Et si l'utilisation du SD est quelque chose que je peux trouver vite gavant, là ça fonctionne vraiment bien, et ça renforce évidemment le côté léger que peut avoir la série.

Si l'univers d'Aria est futuriste au sens propre du terme, la technologie n'est pas omni-présente dans la vie quotidienne des habitants de Neo-Venezia : on sait que les communications à très longue distance sont possibles grâce à des ordinateurs, et une sorte de château volant très "laputesque" qui est le centre de régulation du climat domine la ville. Ce petit côté moderne très subtile se marie très bien à l'univers, qui est complété par un petit côté fantastique lui aussi très bien géré.

ariaS1-3.jpg

Comme la plupart des séries du style tranche de vie (mais mine de rien ça regroupe pas mal de choses ça^^), il n'y a pas de "vraie" histoire suivie. Chaque épisode est une journée différente, faite de rencontres, de découvertes, de petites aventures, au gré des saisons, des événements de la ville. Mais il y a quand même un fil conducteur, celui de l'apprentissage d'Akari et de ses deux camarades, Alice et Aika. On sent donc bien que la série va quelque part, même si c'est très doucement, et même si évidemment le dénouement ne vient pas après ces 13 épisodes. Si évidemment on ne s'enchaînerait pas la saison en une journée, j'ai vraiment apprécié de regarder un ou deux épisodes par jour.

Comme je le disais plus haut, les personnages sont vraiment attachants : ils ont tous une personnalité bien marquée. Pour une série que je n'aime pas, je dirais sûrement que c'est de la caricature, mais là je dois dire que l'ensemble fonctionne vraiment bien, et on ne se lasse même pas d'entendre Aika dire hazukashii serifu kinshi! ou d'entendre l'Aria-shachô "marmiauler". L'histoire se centrant sur les ondines, on a presqu'exclusivement des personnages féminins (et dont les prénoms commencent tous par un A ^^). Les quelques personnage masculins, si on ne les voit pas si souvent, sont eux aussi sympas.

aria1-2.jpg

J'ai donc été sous le charme de cet univers du début à la fin. L'univers d'Aqua est vraiment superbe et laisse rêveur. On aimerait bien nous aussi parfois aller vivre dans un endroit si beau, où personne ne semble avoir de souci. C'est poétique tout en restant très simple, et j'aime beaucoup l'idée d'émerveillement sur des choses simples, l'idée de profiter de tous les gens et de toutes les choses qu'on a autour de soi. Et ça, même si on n'est pas sur une autre planète, dans une ville superbe avec pleins de canaux, je pense qu'on peut le faire :).

Si j'avais écrit cette note un peu plus tôt, j'aurais dit : je ne vais pas tarder à commencer la deuxième saison, Aria the Natural. Mais en fait, c'est fait depuis avant-hier. Quant à la troisième saison, Aria the Origination, elle est... licenciée ! On va dire que je dis toujours du mal de Kaze, mais c'est quoi le sens de licencier juste la troisième saison d'une série ? Le fait que l'histoire soit moins suivie d'une épisode et d'une saison à l'autre n'est pas du tout une excuse. Pour moi, ça fait juste style on fait notre boulot qu'à moitié...

aria1-4.jpg

Enfin, ceci mis à part, il faut vraiment tenter le coup ! Oui, c'est un rythme lent (j'aime pas utiliser ce mot car il prend trop facilement un côté péjoratif ^^), oui, ce n'est que du quotidien, mais je pense que les personnages et la bonne dose d'humour et de légéreté permettent à la série d'élargir son public. Comme quoi, on peut faire des séries avec plein de filles en uniformes qui plaisent à plein de monde ! Y'en a qui devraient en prendre de la graine ^^.

19.05.2010

[Anime] Darker than BLACK - Ryûsei no Gemini

Titre japonais : DARKER THAN BLACK 流星の双子(ジェミニ)

Nombre d'épisodes : 12 épisodes

Année de production :
2009

Licence en France :
Aucune

Fiche :
Animeka ; ANN

 

Avant de commencer à regarder la deuxième saison de Darker than BLACK, j'ai revisionné la première et je me suis demandé s'il fallait que je refasse la note que j'avais écrite à ce sujet, qui date maintenant de près de deux ans et demi. Mais même si elle était pas très développée, l'essentiel y était. Et puis, je n'ai pas changé du tout d'avis après ce deuxième visionnage : j'ai été aussi enthousiasmée par les qualités de mise en scène et de réalisation de la série.

Les personnages sont décidément très classes et attachants, même si le mode de narration choisi et la structure de l'histoire font qu'on ne les voit pas forcément si souvent. L'univers est passionnant, la musique est excellente. Même en connaissant déjà la série, je ne me suis pas ennuyée un instant et les 25 épisodes n'ont pas fait long feu. Et puis j'ai aussi vu l'OAV, que je n'avais jamais regardé, et je l'ai trouvé vraiment chouette. Bref, j'attendais beaucoup de la deuxième saison quoi, comme la grosse majorité de ceux qui avaient tant apprécié la première, je pense.

dtbrng1.jpg

Qui dit grosses attentes dit plus de chances d'être déçue, et là ça a été un peu le cas. L'histoire démarre fort, on nous introduit les nouveaux personnages qui seront au coeur des nouvelles aventures tout en faisant réapparaître des têtes bien connues. On se rend très vite compte que Hei, le ténébreux héros de la première série d'aventure, a bien changé, et au début ça pique la curiosité. On se demande ce qui a pu se passer, et on attend donc la suite. Mais bon, le problème avec ce nouveau Hei c'est qu'il a plus aucune classe. Et je sais pas si c'est parce que les révélations mettent trop longtemps à venir ou parce que le suspense est mal entretenu, mais ça devient lourd, on n'apprécie vraiment plus de le voir à force de questions sans réponses.

C'est un peu pareil du côté de Misaki, qui a quitté ses fonctions mais est toujours à la recherche de Hei. Elle est recrutée par un mystérieux service, elle pose plein de questions, mais on ne lui répond rien, et là aussi c'est un peu pénible parfois. C'est dur de parler plus en détails des personnages déjà connus sans spoiler, je dirais juste que j'ai bien aimé le retour de Mao. Un peu Momo-san powaaa, quoi ^^.

dtbrng2.jpg

Du côté des nouveaux personnages, je n'ai pas accroché, que ça soit à l'un ou l'autre des jumeaux, au niveau caractère aussi bien qu'au niveau visuel. C'est sûrement un détail à la con, mais le coup des cheveux roses j'ai trouvé que c'était pas dans l'esprit de la série. Je n'ai vraiment pas eu assez de sympathie pour Suou, jeune fille qui vivait une vie tranquille en Russie et qui se trouve embarquée du jour au lendemain avec Hei dans le monde des contractants. Ses réactions (pouquoi ? Non, je veux pas ? pourquoi pourquoi pourquoi ?) sont crédibles d'un sens, mais il lui manque vraiment quelque chose.

Du côté des nouveaux contractants que l'on voit, il y a des pouvoirs intéressants, d'autres un peu moins. Genre la façon dont le super méga fusil apparaît dans une transformation digne de Sailor Moon... J'adore le violet m'enfin. Et le collègue de Misaki avec son genre d'armure, qu'on croit parfois sortie d'une vieille série de mécha... J'ai vraiment eu l'impression que l'esprit n'était plus le même. Ah, et puis le perso super pink powaaa, Madame Oreille, quand elle nous sort sa super combi digne d'une Totally Spies à la fin, j'ai un peu rigolé quand même ^^.=

dtbrng3.jpg

En plus de ce côté super-héros, il y a aussi un petit côté comédie sentimentale de lycée boing boing au début de l'histoire, d'une part avec deux camarades de Suou, et aussi avec Suoiu elle-même, qui fait le coup méga classique de prendre Hei pour un pervers. Ca dure pas une demie-heure c'est clair, ce n'est vraiment que quelques répliques, le choix d'un personnage principal jeune justifie sûrement ça, mais j'ai quand même trouvé que c'était un peu en décalage.

Faut pas croire que j'ai que du mal à dire de la série, même avec ces petits défauts l'histoire se suit vraiment très bien. Je ne m'attendais pas à retrouver le même mode de narration que pour la première saison, là avec 12 épisodes on rentre direct dans le vif du sujet et il n'y a pas de place pour les "quêtes secondaires". On peut voir encore une fois à quel point Okamura Tensai a bien pensé son univers, et visuellement c'est toujours un délice, au niveau des décors ou des scènes de combat par exemple.

dtbrng4.jpg

Du côté de la musique, plus de Kanno Yôko, ce qui était a priori très regrettable. Mais ça n'empêche pas la musique d'être vraiment réussie, j'ai beaucoup aimé le côté électro, ça créé vraiment une bonne ambiance. Du côté des chansons de génériques, c'est Stereopony pour l'opening. Ca ne m'a pas donné envie d'écouter le groupe en boucle, mais je dois dire que c'est bien efficace. L'ending des Abingdon Boys School, plus posé que la chanson qu'ils avaient fait pour l'opening de la première saison, est aussi bien sympa. Que du bon du côté des oreilles, quoi.

Donc voilà, depuis tout à l'heure je dis un peu n'importe quoi dans tous les sens, et arrivée à la conclusion je ne sais toujours pas dire clairement en une phrase ce que je pense de Ryûsei no Gemini. Dans l'absolu, je dirais clairement moins bien que la première saison, mais vu les nombreuses différences, ça serait trop réducteur. On peut ne pas être d'accord avec certains choix du créateur, mais au final ça se tient encore très bien. L'histoire avance, on en apprend plus sur les contractants et les Gates, c'est une vraie suite, pas une simple répétition. Je pense que j'aurais été plus déçue si ça s'arrêtait là, mais ça n'est pas le cas, et tant mieux : il y a d'un part les OAV, d'autre part les mangas, et ça c'est chouette.

04.05.2010

[Anime] Nyan koi!

Titre japonais : にゃんこい!

Nombre d'épisodes : 12 épisodes

Année de production :
2009

Licence en France :
Aucune

Fiche :
Animeka ; ANN

 

Les anime style amourettes de lycéens, pour moi c'est à petite dose. Encore plus quand ça tourne au harem de filles. D'un sens, normal, je ne fais pas partie du public visé ^^. Mais bon, même en partant de ces ingrédients, ça n'empêche pas de pouvoir faire quelque chose de sympa. Et si en plus on ajoute un ingrédient spécial, les chats par exemple, ça peut encore mieux le faire. Voilà en gros ce que je me suis dit en décidant de regarder cette courte série.

nyankoi1.jpg

Notre héros mâle est donc Kôsaka Junpei, jeune homme qui étant allergique aux chats, évite la compagnie de ces gentilles petites bêtes, y compris celui de sa famille. Mais un jour, par accident, il casse la tête de la statue de jizô-chat près de chez lui et subit la malédiction de la divinité : il comprend ce que disent les chats, et doit en aider 100 à résoudre leurs problèmes, sous peine de se transformer en félin, et donc de devenir allergique à lui-même. Pour corser l'affaire, personne ne doit être au courant de cette malédiction, ou bien la transformation s'accélérerait.

Voilà donc autant de prétextes à des quiproquos et autres situations comiques en tous genres. Car évidemment, Junpei va devoir remplir ses différentes "missions" sans mettre de côté sa vie de lycéen. Et tous les personnages et les situations bateau qui vont avec, et c'est bien là le problème. Son entourage au lycée ? D'abord, son amie d'enfance, Kanako, qui évidemment est amoureuse de lui depuis des années mais n'a jamais osé se déclarer. Histoire de faire dans la subtilité, elle a des gros seins et a une forte tendance à tataner Junpei.

nyankoi5.jpg

Ensuite, évidemment, celle dont il est amoureux, Kaede. Innocente, douce et gentille, est-ce la peine de le préciser ? Bien sûr, dans le fond elle en pince pour Junpei, même si, bien sûr, notre héros n'a pas grand chose du lycéen modèle. Mais son côté un peu cruche voudra qu'elle ne se rende pas compte aussi bien de ses propres sentiments que de ceux de l'allergique aux chats.

Parmi les autres personnages, on a le/la senpai excentrique issu d'une famille de yakuza qui passe les trois quarts de son temps à hurler (faut dire qu'avec la seiyuu de Lala de School Rumble, le niveau sonore monte vite ^^), et attention du jamais vu dans ce genre d'anime, des jumelles ! Et le tableau ne serait pas complet si on n'avait pas une fille un peu plus âgée, une étudiante donc, qui se montre très "sympathique" avec notre jeune homme. Et a des gros seins, parce que quand même !

nyankoi2.png
nyankoi4.jpg

Et pour que toutes ces demoiselles puissent montrer leurs attraits et leurs caractères à la con (parce qu'évidemment, il n'y a que notre personnage masculin qui semble à peu près équilibré au bout du compte), on a tout un tas de situations qui n'ont pas grand chose d'inédit, la palme revenant aux sorties à la piscine ou au parc d'attractions.

Avec ça, on en oublierait presque les chats, et pourtant ils sont cool, ils ont des voix bien marrantes par exemple. On se doute bien qu'avec 12 épisodes Junpei ne pourra pas aider 100 chats, mais quand même, la série ne met pas assez l'accent sur ce côté "challenge", et ce qui se passe à côté est en fait beaucoup moins intéressant. Je ne vais pas prétendre m'être ennuyée, j'ai souri de temps en temps et même bien rigolé deux ou trois fois. Mais le reste du temps, c'était vraiment prévisible, donc ça gâche un peu. Et en plus, la série subit l'inconvénient d'être une adaptation de manga partielle, niveau structure générale et niveau fin, ce n'est donc pas vraiment ça.

nyankoi3.jpg

Côté visuel, pas grand chose pour remonter le niveau : le chara design est vraiment ordinaire, j'ai même trouvé les personnages féminins pas vraiments jolis. Rien de terrible non plus question décors, mais bon je vais pas prétendre que c'est avec un lycée et un quartier d'une ville qu'on peut avoir des prouesses. Enfin, si dans Clannad, mais bon ^^. La musique enfin : j'ai déjà oublié les chansons de l'opening et de l'ending, c'était franchement insipide. Le reste de l'OST se défend bien dans le genre, j'ai adoré la petite musique au piano qu'on retrouve par exemple lors de l'écran des sponsors. Ah, et dans les transitions entre les différentes scènes, tous les ptits chats qui traversent l'écran avec des nya nya nya nya nya (oui, cinq ^^), c'est vraiment chouette.

Nyan koi! est donc une série qui manque vraiment d'originalité, et c'est d'autant plus dommage que l'ingrédient pour la démarquer des autres comédies lycéennes-boing-pantsu était bien là mais n'est pas assez exploité. Comme il n'y a rien d'autre pour rattraper le coup, c'est une série dont je ne garderai pas un souvenir mémorable. Mais ça passe le temps, ça c'est sûr. Et puis, je sais bien que je suis difficile. Ceux qui font plus partie du public visé que moi apprécieront sûrement davantage.

Page précédente 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 Page suivante