Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02.02.2009

[Anime] Spice and Wolf

Titre japonais : 狼と香辛料

Nombre d'épisodes : 12 épisodes

Année de production :
2008

Licence en France :
Aucune

Fiche :
Animeka ; ANN

 

J'avais repéré cette série de 13 épisodes il y a quelque temps et j'attendais que tous les épisodes soient disponibles pour la regarder. Et voilà qui est fait !

Le personnage principal est un marchand ambulant nommé Lawrence qui rencontre Horo, l'incarnation d'une louve déesse des moissons. Le côté très rationnel du commerce se mêle donc habilement à un petit côté mystique. C'est à la fois de l'aventure, avec un voyage de ville en ville avec quelques poursuites et combats, et à la fois stratégique, avec toutes les combines du commerce qui, sans monopoliser l'histoire tiennent une place importante et demandent de l'attention.

spiceandwolf.jpg

Tout ça se déroule dans un environnement médiéval vraiment réussi : si le design des personnages n'a rien de particulier, les décors sont eux très jolis, que ce soit pour les villes ou les campagnes. La musique est également réussie et peaufine bien l'ambiance de la série. Si les thèmes abordés sont sérieux (commerce donc, mais aussi le clergé, et en sous-entendu la disparition des autres croyances), le ton reste léger et les deux personnages principaux, s'ils ne sont peut-être pas exceptionnels sont du moins très sympathiques. Horo n'est pas trop peste et sa façon de parler est amusante, Lawrence est marrant quand il est embarrassé sans être niais.

Les treize épisodes défilent bien vite et je suis bien contente d'avoir lu qu'une suite était prévue, car le voyage des deux acolytes n'est pas terminé et il reste pas mal de choses à savoir sur Horo. Aucune raison de se priver de cette série qui a un très bon univers bien à elle.

22.01.2009

[Anime] Terra e

Titre japonais : 地球へ…

Nombre d'épisodes : 24 épisodes

Année de production :
2007

Licence en France :
Aucune

Fiche :
Animeka ; ANN

 

J'avais déjà vu il y a bien un an et demi le premier épisode de cet anime (pour décider d'un nouveau projet dans mon équipe de fansub), et je n'avais pas vraiment accroché. J'ai fini par décider de la regarder quand même, parce que j'avais besoin d'une série déjà complète à me mettre sous la dent et que celle-ci était dispo chez Requiem (très bonne team qui allie quantité et qualité). Dernièrement, pour les anime, j'ai l'impression que j'arrive pas à en trouver qui me bottent directement. Ou alors j'ai juste la flemme de bien chercher...

Ambiance espace et planètes colonisées pour cette série de 24 épisodes où les personnages ont un design très particulier. C'est supposé être rétro, moi j'ai juste trouvé ça moche. Au niveau des décors, on voit beaucoup l'espace et l'intérieur de vaisseaux donc ça ne peut pas briller non plus par la variété et la richesse.

Dès les premiers épisodes de la série, je me suis demandée où on voulait nous mener. On nous montre en long et en large certains personnages, bien sûr on se rend compte plus tard qu'ils ont leur rôle à jouer, et encore pas tous, mais même cela ne justifie pas le temps passé à raconter pas grand chose. Le fait que l'histoire se déroule sur une période assez longue lui donne une certaine profondeur, qui hélas n'est pas relayée par les personnages. Il n'ont aucun charisme et on ne perçoit chez eux aucune évolution.

terrae.png

Soldat Blue, le meneur des Mü, des êtres aux pouvoirs psychiques qui sont pourchassés par une humanité régie par une intelligence artificielle après avoir rendu la Terre inhabitable, ne suscite aucune sympathie, tout comme Jomy, le personnage principal. Ils veulent trouver la Terre, ils ne savent pas trop pourquoi, mais ça c'est sûr, ils veulent la trouver ! La jeune génération de Mü qui vient plus tard est assez ridicule avec ses airs de bande de super-héros. Et du côté des humains, le seul qu'on voit réellement, Keith, on a envie de le claquer. Ca fait partie du jeu qu'il n'ait aucune sensibilité, mais quel intérêt de mettre un robot sans aucune volonté ni pensée propre ? Oui, on le pressent qu'il va changer, et ce n'est pas faux. Mais quand même, non. Et Physis, même quand ses origines sont révélées, elle sert à quoi ?

En fait, c'est un peu comme dans Final Fantasy XII, on sait dès le début où est le problème et on voit pas trop pourquoi il faut attendre la fin de l'histoire pour qu'il soit résolu ! Et au bout du compte, on voit tellement peu Terra qu'on se demande pourquoi on nous bassine avec ça tout le long et pourquoi la série a ce nom. On ne peut pas dire que l'histoire est prévisible, mais vu qu'on n'accroche à aucun des deux camps, on ne parvient pas à se mettre dans le bain et à voir un quelconque suspense dans la suite des événements.

Pas la peine d'en écrire des pages, personnellement je n'ai pas aimé, que ce soit l'univers trop basique ou les personnages plats. La musique est par contre bien fichue, sauf pour les chansons des génériques : si les deux openings passent bien, les deux endings sont affeux et cassent l'ambiance un peu épique qu'il pourrait y avoir.

28.12.2008

[Anime] Saiunkoku Monogatari

Titre japonais : 彩雲国物語

Nombre d'épisodes : 39 épisodes

Année de production :
2006-2007

Licence en France :
Aucune

Fiche :
Animeka ; ANN

 

Pas moyen de me souvenir quand exactement j'ai commencé à regardé cette série ! Il y a plus d'un an, c'est sûr, peut-être même jusqu'à un an et demi. J'ai dû regarder les 15 à 20 épisodes qui étaient déjà disponibles en VOSTF et j'ai ensuite attendu patiemment la sortie des épisodes suivants au compte-goutte, jusqu'au trente-neuvième et dernier épisode de la première saison que j'ai vu au début du mois de novembre dernier.

Tout ça pour dire que j'ai hésité à faire cette note, car ma vue d'ensemble de la série n'est pas très claire comme mon visionnage s'est étalé sur une longue période. Ca ne m'a pas du tout gênée pour suivre sur le coup, mais c'est un peu plus problématique maintenant pour dire pourquoi j'ai aimé.

Car c'est là le point essentiel, j'ai beaucoup aimé cette série, j'en parle donc maintenant car si j'attends d'avoir terminé la saison 2 qui compte elle aussi 39 épisodes et qui n'est pas encore dispo en VOSTF (du moins pas chez la team que je suis) ou bien de revoir la saison 1, ce sera dans une éternité, alors qu'il faut profiter de la série dès maintenant.

L'univers de Saiunkoku Monogatari est un pays imaginaire fortement inspiré de la Chine. Je ne m'y connais pas du tout, je ne peux donc pas dire quelle époque a été prise pour modèle ni si les événements racontés peuvent être un minimum mis en parallèle avec l'histoire chinoise, mais en gros, on a un empereur et sa cour, des provinces et leurs gouverneurs, des fonctionnaires, et bien sûr un style d'architecture et de costumes et des musiques bien identifiables. Ce contexte "historique imaginaire" m'a bien plu dès les premiers épisodes.

saiunkoku.jpg

La série est un shôjo, parce que le personnage principal est une jeune fille (Shuurei) entourée majoritairement d'hommes (mais c'est autant le contexte qui veut ça) et aussi par son style visuel, notamment avec les personnages masculins aux traits fins caractéristiques du genre. Mais pour ce qui est de l'histoire, pour moi il s'agit avant tout d'intrigues et d'aventures, les histoires sentimentales de Shuurei n'étant pas du tout au premier plan.

Shuurei est très attachante et n'a pas grand chose de l'héroïne type de shôjo : elle sait ce qu'elle veut et elle a un sacré caractère, sans pour autant passer son temps à hurler ou râler, et elle ne passe pas tout son temps à penser aux garçons ^^. C'est sujectif et ça ne suffira sûrement pas à convaincre ceux qui sont complètement réfractaires au genre, mais dans tous les cas c'est un personnage réussi et qui ne cesse d'évoluer tout au long des épisodes. Elle est entourée d'un nombre assez important de personnages secondaires, qui sont plus ou moins présents selon les moments de l'histoire.

Le scénario mêle habilement les intrigues politiques et autres événements de la cour avec des personnages à double identité, le monde des fonctionnaires, le passé et la vie quotidienne de Shuurei, sa relation avec l'empereur... Le tout dans une ambiance tantôt sérieuse, tantôt légère qui fait qu'on ne s'ennuie jamais. Les musiques, très jolies, soulignent bien les ambiances différentes, et les chansons des génériques sont également bien sympathiques, surtout celle de l'ending.

Je n'ai pas regretté ma patience à attendre chaque épisode, car la série vaut vraiment le coup, et l'équipe Petite-Lune fait un travail vraiment impeccable. Je vais tout aussi patiemment attendre que les épisodes de la deuxième saison soient disponibles et je sais déjà que je vais me régaler car de nombreuses révélations et de nombreux événements restent à venir.

Page précédente 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 Page suivante