Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05.11.2011

[Anime] Natsume Yûjinchô San

Titre japonais : 夏目友人帳 参

Nombre d'épisodes : 13 épisodes

Année de production :
2011

Licence en France :
Aucune

Fiche :
Animeka ; ANN

Voir aussi : Natsume Yûjinchô et Zoku Natsume Yûjinchö


Comme Natsume Jûjinchôavait déjà eu le droit à une deuxième saison, j'espèrais bien que cela ne s'arrête pas en si bon chemin et j'ai été bien contente d'apprendre que mon souhait allait être exaucé quand cette troisième saison a été annoncée pour l'été 2011. J'ai suivi les épisodes à peu près au fur et à mesure de leur sortie avec des sous-titres en anglais, mon visionnage s'est donc étalé sur plusieur semaines. Mais j'ai l'impression d'avoir vu ces 13 nouveaux épisodes très rapidement. Quand on aime, ça passe toujours trop vite ^^.

anime,série,japon,natsume yujincho

Nous retrouvons bien évidemment Natsume, jeune homme capable de voir les yôkai et qui a hérité du livre que sa grand-mère Reiko avait utilisé pour asservir des yôkai en leur volant leur nom. Lors de cette troisième saison, Natsume rencontre évidemment beaucoup de yôkai, mais pour la plupart d'entre eux, ils ne sont pas venus à lui pour récupérer leur nom. On peut dire qu'ils les rencontre plus par l'intermédiaire d'amis, ceux qui savent qui voient des yôkai et sont eux-mêmes plus ou moins familiers avec eux, et même ceux qui ne le savent pas encore.

anime,série,japon,natsume yujincho

Savoir si Natsume doit ou non avouer à ses amis du lycée que le monde qu'il voit n'est pas le même est bien la question centrale de cette troisième série d'épisodes. On en apprend davantage encore sur le passé du garçon, sur la façon dont il est arrivé chez ses parents adoptifs, à qui il s'est beaucoup attaché et ne voudrait en aucun cas attirer des ennuis à cause des yôkai. Natsume s'est aussi attaché à l'endroit où il vit et à son lycée, et il a peur d'être rejeté et pris pour un menteur comme autrefois s'il leur avoue qu'il peut voir les yôkai. Mais il va s'apercevoir aussi que ses camarades sont prêts à le soutenir et qu'il n'est pas seul dans les moments difficiles.

anime,série,japon,natsume yujincho

L'histoire avance donc toujours doucement mais sûrement, dans ce mélange toujours aussi parfait d'aventure et de tranche de vie. Les moments d'émotion sont nombreux, qu'ils soient liés à Natsume ou aux yôkai qu'il rencontre,  et la petite touche de légéreté est toujours présente avec certains yôkai, avec en tête de file le toujours aussi glouton, râleur et alcoolique Nyanko-sensei, qui est résolument passé pour moi au stade de personnage culte ^^.

L'univers est bien sûr toujours aussi joli, mêlant parfaitement les paysages de campagne du quotidien avec le merveilleux du folklore japonais. La bande son accompagne plus que jamais bien ces petits moments de bonheurs, et j'ai adoré dès la première écoute la chanson de l'opening, de How Merry Marry.


Alors que j'avais à peine fini de regarder cette troisième saison, une quatrième saison a été annoncée pour l'hiver prochain. Et ça, c'est vraiment génial. Il y a tant d'adaptations de manga qui soit sont partielles, soit prennent des détours pour continuer à tout prix alors que l'oeuvre originale n'avance pas au même rythme, que je trouve ça super qu'on ait le droit à une vraie adaptation. Et je pense que j'aurai enfin commencé à lire le manga quand la saison 4 débutera.

anime,série,japon,natsume yujincho

J'ai évidemment une furieuse envie de posséder la série en DVD. Mais même aux Etats-Unis, ils n'existent pas, la série est licenciée mais n'est diffusée qu'en streaming. J'espère que ça va changer, ou qu'un éditeur européen va avoir la bonne idée de licencier ça par chez nous. Un beau petit coffret par saison, ça serait parfait !

anime,série,japon,natsume yujincho

Au même titre qu'ARIA dont j'ai reparlé tout récemment, Natsume Yûjinchô est assurément pour moi l'un des plus beau anime. Chaque épisode est apaisant, on nous emmène dans un monde où le merveilleux est présent principalement pour mettre en valeur la vie de tous les jours et les relations humaines. A voir d'urgence pour ceux qui n'ont pas encore eu l'occasion de découvir ! ^^

29.10.2011

[Anime] ARIA the ORIGINATION

Titre japonais : アリア ジ・オリジネーション

Nombre d'épisodes : 13 épisodes + SP (épisode 5.5)

Année de production :
2008

Licence en France :
Kaze

Fiche :
Animeka ; ANN

Voir aussi : ARIA the ANIMATION et ARIA the NATURAL

 

anime,série,japon,aria,amano kozue,makino yui,arai akino

Hum, par où commencer ? En disant pourquoi j'ai choisi de regarder cet anime ? Parce que je savais que tous comme les deux saisons précédentes, cette troisième et malheureusement dernière saison d'ARIA serait tout autant un véritable concentré de bonheur et de poésie ? Oui, tout simplement. Il va sans dire que je me suis acheté le coffret DVD (pour pas grand chose même) vu que contrairement aux deux premières saisons, celle-ci est disponible chez nous. C'est complètement débile (j'y reviendrais plus loin), mais je ne me voyais pas ne pas l'acheter.

anime,série,japon,aria,amano kozue,makino yui,arai akino

Pour 13 ultimes épisodes, nous continuons à suivre nos trois gondolières Akari, Aika et Alice, à Neo Venezia, réplique de l'antique Venise située sur la planète Aqua. Le temps a bien passé depuis leurs débuts, et elles sont sur le point de réaliser leur rêve et de devenir prima comme leurs aînées qu'elles admirent tant. Les 13 épisodes de la première saison d'ARIA nous faisaient découvrir en douceur Neo Venezia, les 24 de la deuxième saison nous donnaient le temps de  bien connaître la ville et tous les personnages à travers son quotidien parfois pas si ordinaire, et cette dernière saison met un terme à ce merveilleux voyage de façon parfaite.

anime,série,japon,aria,amano kozue,makino yui,arai akino

On a beau avoir affaire à une série tranche de vie, on ne perd pas les petits fils conducteurs qui sont présents depuis le début, et l'histoire de chacune des trois jeunes filles connait un dénouement, à chaque fois riche en émotions, sur le plan professionnel et aussi un peu sur le plan personnel, si on peut dire ^^. Et j'ai trouvé ça vraiment superbe qu'on nous lâche tout en douceur, même si forcément c'était dur de se dire que c'était la fin ! Jusqu'au bout, l'histoire et la réalisation sont maîtrisées et ça, c'est vraiment beau.

Visuellement et accoustiquement (:p), c'est également toujours aussi beau. On ne se lasse pas de l'OST qui accompagne à merveille chaque plan sur la ville, une troisème chanson de Makino Yui vient accompagner les openings, toujours aussi magiques et uniques, et la chanson de l'ending d'Arai Akino est elle aussi très jolie.

anime,série,japon,aria,amano kozue,makino yui,arai akino

A noter que le coffret DVD de Kaze contient l'épisode spécial 5.5, et que l'OVA Arietta, qui raconte ce qui s'est passé à l'Aria Company avant le début de la série, est disponible en streaming gratuit sur KZPlay.

Ce n'est plus un secret, ARIA et son univers sont pour moi un véritable coup de coeur qui a sa place parmi mes animés préférés, tous styles et années confondus. Je sais déjà que je prendrai autant de plaisir à revoir la série, et si je pouvais le faire avec des DVD des deux premières saisons ça serait encore mieux, mais à moins que les DVD en question soient des zone 1 importés de chez l'oncle Sam je crois que c'est un peu compromis.

anime,série,japon,aria,amano kozue,makino yui,arai akino

Kaze a invoqué le fait que les deux premières saisons étaient déjà entièrement disponibles en fansub pour ne pas les sortir et se limiter à la troisième saison, qui n'avait pas encore subit l'assaut des vilains pirates. Si les ventes de la saison 3 étaient bonnes (ou supérieurs aux visionnages en fansub, ce qui n'a strictement aucun sens), le reste suivrait. Mais comment convaincre d'acheter une série dont on ne connait pas le début ? Certes ARIA a un côté tranche de vie, et dans l'absolu c'est moins gênant de ne pas connaître le début que pour un anime d'action/aventure à l'intrigue complexe. Mais quand on ne peut pas voir l'évolution des trois jeunes  héroïnes au fil des années, la série perd une grande partie de son attrait et de sa magie, son univers s'en trouve grandement réduit.

anime,série,japon,aria,amano kozue,makino yui,arai akino

Il y a probablement des personnes qui sont tombées sous le charme quand même et ont regardé le début de la série après la fin, et d'autres comme moi qui tiennent à posséder les séries disponibles en Europe francophone, mais c'est clair que la démarche de l'éditeur condamnait d'avance la série. Bref, je ne suis pas là pour faire un débat, et même si je pense que nous n'aurons jamais le droit aux deux premières saisons, même pas en streaming, je vais continuer follement d'espérer. Tout comme pour la reprise de l'édition française du manga...

23.10.2011

[Anime] Angel Beats!

Titre japonais : エンジェルビーツ

Nombre d'épisodes : 13 épisodes

Année de production :
2010

Licence en France :
Aucune

Fiche :
Animeka ; ANN

 

Lorsque j'ai publié mon billet sur Kanon à la fin de l'année dernière, on m'a à la fois conseillé et déconseillé de regarder Angel Beats!L'anime avait été diffusé au printemps précédent, mais vu que je suis très peu l'actualité des saisons en cours et que je choisis généralement des séries pas forcément super récentes, j'étais complètement passée à côté du bruit qu'il avait fait. Et c'est pas plus mal comme ça. Je ne me suis pas lancée dans la série en ayant en tête un "c'est génial" qui a tendance à dangeureusement augmenter la probabilité d'une déception, mais à la fois un "c'est bien" et "c'est pas bien". Et évidemment, avec derrière moi les visionnages des deux saisons de Clannad, d'Air et comme je le disais, de Kanon (2006).

anime,série,japon,maeda jun,angel beats,clannad,air tv,kanon

Comme contrairement à ses précécesseurs, Angel Beats! n'est pas l'adaptation d'un visual novel mais d'un light novel de Maeda Jun, les avis semblent partagés quand à savoir s'il faut considérer l'anime comme du Key ou pas. Je dois dire que d'une part je ne m'y connais pas assez pour trancher, et que d'autre part je m'en fous un peu, ce qui compte, c'est le résultat. Et s'il est différent des trois anime cités plus haut, on retrouve bien les principaux éléments qui en font le charme. C'est juste que comme les autres ingrédients sont différents, ça ne donne pas le même mélange.

Si le décor est encore une fois celui d'un lycée, dès le départ l'ambiance est bien différente : il ne s'agit pas de la vie "réelle", mais d'un purgatoire où des jeunes gens n'ayant pas accepté le sort qui leur a été réservé dans la vie se battent contre celle qui semble vouloir les faires entrer dans les rangs et se résigner, Tenshi, élève modèle et présidente du conseil des élèves.

anime,série,japon,maeda jun,angel beats,clannad,air tv,kanon

Notre héros, Otonashi Yuzuru, ne se rappelle pas de sa vie mais se retrouve bel et bien dans cet étrange monde. Il va tenter de comprendre son fonctionnement et faire connaissance avec les différents membres du groupe qui lutte pour ne pas disparaître. On va ainsi découvrir quel douloureux passé les a amenés là. Et c'est à ce niveau-là qu'Angel Beats! rejoint ses "prédécesseurs" : à l'instar des filles de Clannad et de Kanon, les camarades d'Otonashi ont tous une une histoire aussi triste que touchante.

Enfin tous, pas tout à fait. Car cela devient vite évident : en 13 épisodes, la série ne peut pas parvenir à exposer le passé de chacun des membres du groupe. Pour ma part, je n'ai pas trouvé ça si gênant, et ça ne m'a pas laissé une impression de gâchis ou d'histoire inachevée. J'avais accepté le mode de fonctionnement "un héros et plein de filles" de Clannad et Kanon, mais là je dois dire que j'ai apprécié le fait qu'il y ait plus de personnages masculins, même si au bout du compte ce sont quand même les personnages féminins qui sont le plus développés.

anime,série,japon,maeda jun,angel beats,clannad,air tv,kanon

Le fait que les personnages ne peuvent pas mourir donne une dimension toute particulière au côté action de l'histoire : ça se tatane grave, mais ceux qui sont écrasés, transpercés ou découpés en morceaux reviennent toujours. C'est d'ailleurs sur ce point et sur le côté programmation que le purgatoire prend des airs d'univers vidéoludique. Je me suis franchement bien marrée et j'ai trouvé que le côté WTF était vraiment bien géré. C'est n'importe quoi, mais pas trop. Et c'est pour ça que la dimension dramatique parvient à bien s'intégrer et qu'on n'a pas un truc qui se barre trop dans tous les sens.

anime,série,japon,maeda jun,angel beats,clannad,air tv,kanon

Des missions au nom et au but complètement farfelu qui ne semblent pas avoir vraiment rapport avec le but du petit groupe mené par Yurippe et qui sont pourtant menées avec le plus grand sérieux (l'ambiance QG d'agents secrets est de mise !) en passant par les délires de Shiina avec les chats ou le personnage de TC qui est un délire à lui tout seul, on a rarerement le temps de souffler et tout s'enchaîne très vite, format court obige. J'ai bien aimé qu'il y a des références à d'autres séries mais pas non plus trop comme ça peut être le cas (après on dira que c'est juste moi qui suis mauvaise car je les comprends pas toutes :p).

anime,série,japon,maeda jun,angel beats,clannad,air tv,kanon

Chose pas du tout surprenante, l'ensemble de l'OST est très réussi et met tout à fait en valeur les différentes ambiances. L'opening bien rythmé et la mélodie toute douce de l'ending sont aussi efficace l'un que l'autre. Visuellement, tout passe très bien, même si j'ai personnellement du mal avec les scènes où l'on voit le groupe de musique jouer : c'est beau, mais il y a comme un décalage avec le reste de l'anime, au niveau des mouvements des personnages, et du coup je ne vois pas trop l'intérêt d'une telle mise en scène. C'est une affaire de traitement par ordinateur, et ça doit sûrement avoir un nom technique, mais comme vous pouvez le constater je suis totalement ignorante.

Il n'est pas évident de parvenir à mélanger humour, absurde et drame, et j'ai trouvé qu'Angel Beats! réussissait très bien cet exercice dans un univers accrocheur, même si je conçois très bien qu'on puisse ne pas adhérer. De là à crier au chef d'oeuvre, je ne sais pas, mais j'ai passé un très bon moment devant cet anime, et je ne vois aucune raison de ne pas le conseiller. Je pense même qu'il peut être une excellente introduction aux personnages de Maeda Jun pour ceux qui craignent un peu le côté plus romance et contemplatif de Clannad, Air ou Kanon (merde, combien de fois j'ai écrit ces noms dans ce billet ! :p).

Page précédente 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 Page suivante