Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16.07.2012

Angela Aki - Today

Cette semaine, retour du côté des reprises ! Et celle-ci, ce n'était pas donné que je l'apprécie, vu que l'interprète original fait partie de mes artistes préférés, et depuis plus de quinze ans. En 2006, en face B de son single Kokoro no senshi, Angela Aki a repris avec son piano et une partie des paroles en japonais le Today des Smashing Pumpkins. Et quand on est un minimum fan de son style de voix et de musique, franchement, ça passe très bien, elle s'approprie vraiment la chanson.

 

Et hop, l'original et sa vidéo de 1993, pour ceux qui aiment les marchands de galce :p

26.11.2011

[Film d'animation] Colorful

J'avais manqué Un été avec Coo au cinéma, et j'ai maintes fois failli craquer pour le DVD vu la mignonne petite bouille du kappa. J'ai été curieuse à propos de Colorful dès que Kaze a annoncé sa sortie en soulignant qu'il était signé par le même réalisateur, Hara Keiichi. Lorsque j'ai appris que par chance il passait à Rouen (j'ai vu l'affiche dans le hall du cinéma le jour de l'avant-première ^^), je me suis dit que je n'avais aucune excuse de louper ça.

Petite anecdote à propos de la copie du film projetée dans mon cinéma, qui je suppose est la même pour les autres salles : avant le film, on a le droit à la bande annonce pour un film japonais, sans aucun sous-titre ! Et il se trouve que ce film c'est SP, qui fait suite au drama du même nom. Ca m'a pas vraiment donné envie de le voir (les films tirés de drama sont trop souvent décevant, mais c'était marrant de voir des têtes connues pour un film qui ne sortira jamais chez nous. Après, il y avait aussi une pub contre le piratage des films, également tout en japonais ^^.

film,animation,hare keiichi,colorful,angela aki,otani kou

Colorful nous raconte l'histoire d'une jeune personne qui vient de mourir et qui se voit offrir une nouvelle chance de vivre. Son âme va prendre place dans le corps d'un jeune garçon nommé Kobyashi Makoto, sur le point de mourir. Ce "héros" dont nous ignorons le nom et le visage va donc vivre à la place de Makoto, dans la famille de celui-ci. Il va devoir découvrir pourquoi Makoto a choisi de se suicider, mais aussi parvenir à se souvenir de sa propre vie et de la faute qui l'a conduit à cette mise à l'épreuve. Il sera guidé dans cette nouvelle vie par un ange très particulier.

J'ai tout de suite été frappée par la qualité des décors, qui sont réalistes et détaillés. Chaque plan rend le paysage urbain japonais exceptionnel, même s'il s'agit de maisons, de rues, de points comme il doit y en avoir tant dans la région de Tôkyô et dans tout le Japon. On retrouve cette faculté que j'aime tant chez les Japonais à mettre en scène le quotidien, et j'ai vraiment eu l'impression moi aussi de me retrouver là-bas avec Makoto.

Le design des personnages contraste avec les décors, mais est lui aussi réaliste. Les personnages ne sont extrêmement expressifs, à l'image de Shôko, une camarade de classe de Makoto. Ce côté réaliste et le fait que les personnages ne soient pas "beaux" m'a un peu fait pensé aux oeuvres de Kon Satoshi. Le naturel des personnages est renforcé par des voix bien choisies et bien interprétées, que ce soit l'espiègle Pura-pura ou encore une fois Shôko.

La musique du film est très belle, et en voyant le générique de fin je me suis dit que ça n'était pas étonnant vu qu'elle est signée Ôtani Kô, je j'ai adoré dans la série Haibane Renmei. Les morceaux ont des tonalités bien distinctes et retranscrivent parfaitement l'ambiance des différentes parties du film. La chanson du générique de fin, chantée par miwa, est plutôt jolie. Et dans une des scènes clé vers la fin du film, on peut entendre une version de Tegami d'Angela Aki chantée par une chorale, c'est absolument génial d'avoir utilisé cette chanson de cette façon.

Tout le mal être de l'adolescence est exprimé à travers les relations conflictuelles de Makoto avec sa mère, son père et son frère aîné, et aussi à travers sa solitude et sa détresse au collège, où il est brimé par ses camarades. Il est aussi perceptible chez d'autres personnages, en particulier chez Hiroka, la jeune fille dont Makoto était apparemment amoureux et qui se prostitue pour pouvoir acheter les vêtements et les accessoires à la mode dont elle a envie.

Ces thèmes sont régulièrement abordés dans l'animation japonaise, mais le contexte de l'histoire ainsi que la justesse du message véhiculé (qui donne au titre du film tout son sens) leur donnent vraiment une dimensiion particulière. Et si le cadre social est typiquement japonais, le sujet parlera forcément au spectateur occidental. Même s'il a largement passé l'âge d'être au collège !

Colorful est un film d'animation comme je les aime : beau sur le fond et sur la forme, simple par son évocation du quotidien, et très touchant. Et l'on est forcément intrigué par l'identité mystérieuse du personnage principal ! A voir au cinéma si c'est possible, dans tous les cas à acheter en DVD quand il sera disponible. Et pour ma part je peux vous dire qu'il y aura du kappa sous le sapin ! ^^

08.02.2010

Angela Aki - Tomo no shirushi

Comme j'ai parlé d'Angela Aki il n'y a pas si longtemps et que je disais que je m'étais mise à écouter son deuxième album Today, cette semaine j'ai décidé de partager une de mes chansons préférées de ce disque, Tomo no shirushi. La mélodie enjouée et le rythme tranquille ne sont pas forcément les ingrédients qu'on retrouve les plus souvent dans les compositions de la demoiselle, donc même si on retrouve toujours le piano en premier place, c'est un petit changement agréable. Bref, j'ai tout de suite repéré cette chanson et elle reste pour l'instant pour moi une des meilleures du disque, avec Surrender que je trouve vraiment très belle.

J'ai lu sur le blog Ongaku Dôjo (je me suis mise à suivre quelques blogs de musique japonaise dernièrement ^^) que le prochain single d'Angela, prévu pour avril prochain, serait une chanson où c'est la guitare qui aura le premier rôle au lieu du piano, je suis assez curieuse d'entendre ça.