Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24.03.2011

Top 5 anime n°12 : Les meilleures séries vues en 2010

Je sais même pas si on peut encore dire qu'on est au début de l'année, ce qui est sûr c'est qu'il est plus que temps que je fasse mon petit bilan des visionnages anime de 2010 ! Je n'ai vu que 16 séries, la moitié étant des séries courtes de 12-13 épisodes, six autres du format "classique" de 25-26 épisodes (mais pour l'une d'entre elles les épisodes étaient plus  courts), et deux tapant dans la cinquantaine d'épisodes.

Enfin, parmi ces 16 séries, il y en avait quatre que j'avais déjà vues auparavant. Deux d'entre elles étaient "hors compétition" vu qu'elles avaient déjà fait l'objet d'articles sur le blog et faisaient partie de mon premier top anime pour 2007 et 2008 (Darker than BLACK  et Oruchuban Ebichu). Les deux autres par contre  faisaient partie de la sélection. Allez, c'est parti !

 

Aria the Animation et Aria the natural

Et hop, les deux saisons d'un coup vu qu'elles sont en parfaire continuité ! Véritable révélation de douceur, de poésie, parfait en tous points : c'est visuellement magnifique, les personnages sont attachants et la musique est superbe.

1935897205.jpg

 

Higashi no Eden

Malgré le bémol qu'on peut mettre car on reste vraiment sur sa faim (et je n'ai toujours pas vu les films !), je garde vraiment un excellent souvenir de cette série. Elle mérite d'être ici rien que parce qu'Umino Chica y a participé ^^.

110684897.jpg

 

Hikaru no go

Un grand classique que j'ai redécouvert avec enthousiasme. Une histoire très bien menée, des personnages attachants qu'on prend plaisir à voir évoluer, un vrai petit régal !

3079779741.jpg

 

Kemono no souja Erin

Mon autre grande révélation de l'année. Une histoire et des personnages riches et travaillées, un univers visuellement original, une bande son excellente. Bref, une aventure inoubliable que je vous invite une nouvelle fois à tenter.

1562571340.jpg

 

Kimi ni todoke

Pour finir, pas une grosse révélation mais un petit coup de coeur pour ce shôjo. Et je n'aurais peut-être pas choisi de faire figurer la série ici si elle n'avait pas de suite. Oui, dit comme ça, c'est con, mais j'en ai marre des manga adaptés partiellement (qui a dit Nana ??? ^^).

1550738220.jpg

 

Les deux "nanards" de l'année :

Nyan koi! n'a pas été sauvé par ses chats et Bounen no xamdou n'a pas été sauvé par ses qualités techniques et musicales.

24.10.2010

[Anime] Bounen no xamdou

Titre japonais : 亡念のザムド

Nombre d'épisodes : 26 épisodes

Année de production :
2008 - 2009

Licence en France :
Aucune

Fiche :
Animeka ; ANN

 

Je ne sais même plus où est-ce que j'ai entendu parler de cette série pour la première fois, ce qui est sûr c'est que j'ai été étonnée de n'avoir pas vu vraiment de critique à son sujet sur des blogs ou autres sites d'anime étant donné qu'il s'agit d'une production du célèbre studio Bones.  Peut-être que c'est parce qu'elle a d'abord été diffusée en exclusivité sur le PSN, d'où son appellation d'ONA (Original Network Animation). En tout cas, ça annonçait du lourd, et ça s'est vérifié. Mais en partie seulement.

xamd1.jpg

Bounen no Xamdou nous emmène dans un monde fictionnel divisé par un conflit entre nord et sud. Akiyuki vit dans une paix relative sur l'île de Sentan, avec ses amis et ses parents qui sont séparés. Un beau matin, suite à une étrange explosion, sa vie va se trouver bouleversée et il va devoir quitter l'île en compagnie d'une mystérieuse fille, Nakiami, et avec de nouveaux pouvoirs acquis bien malgré lui.

Suite à ces événements, ses amis d'enfance Haru et Furuichi vont s'enrôler dans l'armée, espérant ainsi défendre l'île. A travers le périple d'Akiyuki, de Haru mais aussi de nombreux autres personnages, on découvre ainsi un monde peuplé d'étranges créatures, qui ont évidemment un rôle à jouer dans la guerre entre nord et sud.

xamd2.jpg

La première impression sur la série, qui dure jusqu'à la dernière minute de l'épisode final, c'est que c'est beau. Les combats, les vaisseaux dans le ciel, tout ça c'est super dynamique. Et les décors surtout sont magnifiques, on se croirait vraiment dans un film. C'est détaillé, les couleurs son superbes. Plein les yeux quoi ! Les personnages, qui sont en nombre conséquent, ont un design auquel j'ai plutôt bien accroché.

Là où j'ai eu plus de mal à accrocher, c'est au niveau de l'histoire et du fonctionnement de l'univers proposé. Passés les événements du tout début, il ne se passe plus grand chose pendant pas mal d'épisodes, et les longueurs se font sentir. On nous montre des choses, on nous montre des gens, certes, et on se dit que peut-être quelque chose se met en place, mais on sent déjà un goût de trop peu.

xamd3.jpg

Et même quand les choses commencent à s'accélérer et qu'on arrive à la série d'événements finaux, ce goût de trop peu subsiste, je dirai même qu'il s'intensifie. Tous les personnages ont l'air de très bien savoir ce qu'ils font chacun de leur côté (mais il est clair que cette variété des personnages et des points de vue reste un point fort), nous on regarde mais au final on ne voit pas trop la cohésion entre tout ça. On dirait que les créateurs ont voulu créer un univers trop vaste et qu'ils n'ont pas su le gérer.

On devrait être curieux de savoir ce qu'il va se passer, mais moi à force j'étais blasée. Qu'on nous fasse deviner certaines choses, qu'il y ait de l'implicite, d'accord, mais là c'était carrément de nombreux éléments qui manquaient, et c'est d'autant plus déplorable vu la lenteur de la première partie de la série. J'avais comme l'impression que j'étais supposée comprendre plein de choses, qu'on sous-entendait que le spectateur devait le savoir, et c'est vraiment agaçant.

xamd4.jpg

Du coup, l'immersion en prend un sacré coup, tout comme la cohésion de l'univers. J'en suis venue à me demander pourquoi des Xamd, pourquoi des créatures humanoïdes, pourquoi des transformations et des mutations bizarres, pourquoi  se changer en pierre, pourquoi une tour et un pélerinage ? L'univers est bourré de fantastique, mais la magie n'opère pas. Pourtant, le côté Ghibliesque avec le village dans la montagne, les petites créatures et tout ça, c'est vraiment chouette.

Mais plutôt que de nous expliquer bien comment tout ça fonctionne, on préfère nous donner un côté tranche de vie. Les déboires des parents d'Akiyuki, le fameux triangle amoureux Akiyuki/Haru/Furuichi... Si tout était maîtrisé, ça donnerait une richesse indéniable à la série, mais là ça ne fait qu'augmenter le désordre ambiant. Sans compter les éléments qui finissent en queue de poisson, je pense notamment au commandant Kagisu.

Pour peaufiner le bel emballage visuel, on a le droit à un très bel emballage sonore : j'ai tout de suite reconnu les compositions d'Ôshima Michiru, qui a officié sur la première série Fullmetal Alchemist. Du côté des génériques, opening comme ending sont super efficaces, que ça soit au niveau du son comme de l'image. C'est très bien, ça renforce l'impression de gâchis...


Oui, je crois que ça sera mon dernier mot, pas la peine de continuer à tourner en rond ! Une impression de  gâchis, quand on voit le potentiel de la série au niveau visuel et sonores Est-ce justement parce qu'ils disposaient de ce superbe emballage que les créateurs se sont crus dispensés de faire un scénario ? On a l'impression qu'ils ont juste fait un brainstorming et se sont dit : Oh et si là on mettait des créatures bizarres, c'est cool. Et là un vaisseau volant, c'est classe. Et là une tribu ancienne, ça claque. Et hop, on a un beau patchwork un peu trop décousu.

Ou alors c'est juste que je suis passée à côté de tout et que j'étais pas contente qu'on me rappelle que je suis blonde...