Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11.09.2011

[Anime] Kimi ni todoke 2

Titre japonais : 君に届け 2ND SEASON

Nombre d'épisodes : 12 épisodes

Année de production :
2011

Licence en France :
aucune

Fiche :
Animeka ; ANN

Voir aussi : Kimi ni todoke

 

Ayant beaucoup apprécié l'univers et les personnages de ce shôjo, j'ai été vraiment contente quand une deuxième saison a été annoncée. Car si la fin de la première saison ne laissait pas tout complètement en plan, on n'arrivait pas au but ultime de presque toutes les histoires du genre. Je ne suis qu'une vieille radoteuse je sais, mais le fait qu'il y a tant d'adaptations partielles de manga me chagrine profondément, mes bons vieux exemples restant toujours Fruits Basket et Nana. Donc si une série peut échapper à ça, c'est toujours bon à prendre.

anime,série,japon,kimi ni todoke

Me voilà donc de retour dans le petit monde de la si timide Sawako, toujours accompagnée de ses deux fidèles amies et évidemment plus que jamais amoureuse de Shôta depuis le nouvel an, moment où se concluait la première saison. Pour ceux qui la trouvaient trop gourde, il y a peu de chances qu'ils changent d'avis. Mais pour ma part, je l'ai de nouveau trouvée touchante dans sa naïveté, et je me suis peut-être aussi un peu identifiée à elle niveau manque de confiance en soi. Sawako s'est bien rendu compte maintenant de ses sentiments, mais elle pense que rien ne sera jamais possible, car franchement, comment un mec auussi beau, aussi gentil, aussi populaire, pourrait tomber amoureux d'elle ?

anime,série,japon,kimi ni todoke

Elle se persuade que si Kazehaya lui parle, c'est juste parce qu'il a pitié d'elle. Comme elle se laisse influencer facilement par ce que disent les autres, évidemment ça ne va pas arranger les choses, même quand Kazehaya lui-même va se décider à essayer de faire avancer les choses. Ceux qui cherchent à influencer Sawako sont évidemment la peste Kurumi, qui est de retour mais n'est pas trop présente, ainsi qu'un nouveau venu, ???, sorte de Kazehaya blond qui va un peu se poser en rival de l'original, mais a une façon bien à lui de voir Sawako. Evidemment, ??? et ??? vont tout faire pour arranger les choses et apprendre à Sawako à avoir confiance en elle.

anime,série,japon,kimi ni todoke

J'ai bien aimé la façon dont les difficultés de communication sont abordées : il y a ce qu'on pense, ce qu'on dit, et ce que l'autre comprend. Et parfois, les trois n'ont pas grand chose à voir. Même quand on essaie d'être honnête avec soi-même, de dire franchement les choses, ça n'a rien d'évident.

Les 12 épisodes se regardent vraiment vite, et contrairement à la première saison, on s'attarde moins sur les histoires des personnages secondaires, ce que d'un sens j'ai trouvé dommage étant donné qu'ils snt très chouettes. Etant donné que le manga semble encore être en cours, je ne sais pas si on peut dire qu'on a la « vraie » fin, mais du moins, c'est une fin.

anime,série,japon,kimi ni todoke

Les décors aux tons pastels et les effets de lumière sont toujours auussi maginifiques (j'adore les fleurs dans la cour du lycée !), et je trouve toujours les personnages aussi marrants quand ils sont en SD. Et si l'OST ne m'avait pas particulièrement marquée lors de mon visionnage de la première saison, je l'ai cette fois beaucoup plus apprécié. L'opening est du même chanteur que celui de la première saison, et si je l'ai trouvé un peu moins bon, il reste très sympa. Egalement moins fan de l'ending (May) car c'est pas trop mon genre, masi rien de bien méchant.

anime,série,japon,kimi ni todoke

C'était donc un vrai plaisir de voir la suite de cette jolie série, qui mêle décidément habilement sn côté sérieux et son côté comédie. Quand j'y pense, elle n'est pas sans me rappeler Honey and Clover : des teintes pastelles, un petit côté déjanté, une deuxième saison moitié plus courte que la première, une production des studios I.G...

A voir absolument pour ceux qui ont apprécié la première saison, à tenter pour ceux qui ne sont pas réfractaires aux shôjo réalistes (dans le sens où il n'y a ni fantastique, ni événements complètements improbables, juste le quotidien du lycée) qui laissent une place à l'amitié et proposent une réflexion un peu plus poussé sur la vision qu'on a de soit-même et les relations qu'on a avec les autres.

24.03.2011

Top 5 anime n°12 : Les meilleures séries vues en 2010

Je sais même pas si on peut encore dire qu'on est au début de l'année, ce qui est sûr c'est qu'il est plus que temps que je fasse mon petit bilan des visionnages anime de 2010 ! Je n'ai vu que 16 séries, la moitié étant des séries courtes de 12-13 épisodes, six autres du format "classique" de 25-26 épisodes (mais pour l'une d'entre elles les épisodes étaient plus  courts), et deux tapant dans la cinquantaine d'épisodes.

Enfin, parmi ces 16 séries, il y en avait quatre que j'avais déjà vues auparavant. Deux d'entre elles étaient "hors compétition" vu qu'elles avaient déjà fait l'objet d'articles sur le blog et faisaient partie de mon premier top anime pour 2007 et 2008 (Darker than BLACK  et Oruchuban Ebichu). Les deux autres par contre  faisaient partie de la sélection. Allez, c'est parti !

 

Aria the Animation et Aria the natural

Et hop, les deux saisons d'un coup vu qu'elles sont en parfaire continuité ! Véritable révélation de douceur, de poésie, parfait en tous points : c'est visuellement magnifique, les personnages sont attachants et la musique est superbe.

1935897205.jpg

 

Higashi no Eden

Malgré le bémol qu'on peut mettre car on reste vraiment sur sa faim (et je n'ai toujours pas vu les films !), je garde vraiment un excellent souvenir de cette série. Elle mérite d'être ici rien que parce qu'Umino Chica y a participé ^^.

110684897.jpg

 

Hikaru no go

Un grand classique que j'ai redécouvert avec enthousiasme. Une histoire très bien menée, des personnages attachants qu'on prend plaisir à voir évoluer, un vrai petit régal !

3079779741.jpg

 

Kemono no souja Erin

Mon autre grande révélation de l'année. Une histoire et des personnages riches et travaillées, un univers visuellement original, une bande son excellente. Bref, une aventure inoubliable que je vous invite une nouvelle fois à tenter.

1562571340.jpg

 

Kimi ni todoke

Pour finir, pas une grosse révélation mais un petit coup de coeur pour ce shôjo. Et je n'aurais peut-être pas choisi de faire figurer la série ici si elle n'avait pas de suite. Oui, dit comme ça, c'est con, mais j'en ai marre des manga adaptés partiellement (qui a dit Nana ??? ^^).

1550738220.jpg

 

Les deux "nanards" de l'année :

Nyan koi! n'a pas été sauvé par ses chats et Bounen no xamdou n'a pas été sauvé par ses qualités techniques et musicales.

20.06.2010

[Anime] Kimi ni todoke

Titre japonais : 君に届け

Nombre d'épisodes : 25 épisodes

Année de production :
2009

Licence en France :
Aucune

Fiche :
Animeka ; ANN

 

Ca faisait longtemps que je n'avais pas vu un bon vieux shôjo, et j'ai tout de suite repéré cette série quand elle a été diffusée à l'automne dernier. Enfin, faut dire qu'elle était pas difficile à repérer, j'ai l'impression qu'elle a pas mal fait parler d'elle.

Me voilà donc partie pour suivre les aventures de Sawako, jeune lycéenne solitaire dont la vie va changer suite à plusieurs rencontres, et en particulier celle de Kazehaya, un garçon de sa classe très populaire. Son exact opposé quoi. Mais contrairement à la majorité des autres élèves, il ne va pas s'arrêter à l'apparence un peu lugubre de Sawako et va chercher à la connaître vraiment. Et évidemment, on se doute bien qu'à un moment où un autre ça va tourner à la romance entre ces deux-là, après tout si on regarde c'est pour ça !

 

kiminitodoke1.jpg

Mais la série ne s'arrête pas à cet aspect. C'est sûr que dans n'importe quel manga/anime sentimental scolaire, les amis jouent toujours un rôle, et c'est particulièrement le cas dans Kimi ni todoke. Et c'est bien, car cette dimension permet de développer d'autres personnages et évite que l'histoire entre Sawako et et Kazehaya tourne trop en rond.

Au début, le personnage de Sawako m'a tout de suite rappelé celui de Sunako dans Yamato Nadeshiko Shichi Henge. La ressemblance est bien là, mais pour le reste, c'est totalement différent. Et question ambiance, la série m'a plutôt rappelé Bokura ga ita. Le design des personnages a des similitudes, ainsi que les tons de couleurs généralement utilisés (d'ailleurs les décors sont vraiment jolis). Et puis les deux séries partagent aussi souvent un rythme assez lent, qui fait sûrement fuir certains d'ailleurs ^^.

Evidemment, comme toute bonne héroïne de shôjo ou presque, Sawako est gentille et naïve. Mais ces caractéristiques participent à rendre le personnage attachant, certainement parce que c'est ce qui fait qu'elle s'émerveille de toutes les choses souvent si simples qui lui arrivent. Etant donné que Sawako est isolée au lycée, on a une nouvelle fois une situation du type ijime, même si on peut dire que ça reste gentil. Et là encore, ça ne monopolise pas toute l'histoire, donc c'est bien. Mais encore une fois, toutes ces brimades et ces rumeurs font assez peur. On a l'impression que c'est tout l'un ou tout l'autre : soit le groupe nous rejette, soit il nous adore et là on est populaire. Et cette popularité que même Sawako admire, c'est tellement superficiel ! Enfin bon on n'est pas là pour faire une dissert sur l'école, je divague ^^.

 

kiminitodoke2.jpg

Kazehaya est lui aussi un personnage intéressant, car s'il est supposé être super populaire justement, c'est avant tout un gars bien, et ses petites faiblesses le rendent vraiment attachant. Le duo Yano/Yoshida, les camarades de classe de Sawako qui vont devenir ses meilleures amies, est vraiment sympa. Elles sont un peu différentes des autres, mais sans être complètement marginalisées. On n'a pas le temps d'en savoir beaucoup sur Yano, mais je l'ai bien aimée, elle se comporte comme une grande soeur pour Sawako. Et  Yoshida, avec son côté fofolle et garçon manqué, est également très sympa, j'ai donc bien apprécié qu'une partie de l'histoire lui soit consacrée, même s'il s'agit du coup assez classique de l'ami d'enfance.

L'ami d'enfance en question, c'est Ryû, et je suis vraiment fan de son personnage et de son côté toujours dans la lune. Ou du moins c'est l'impression qu'il donne, car mine de rien il comprend. Enfin, sauf le nom des gens ^^. Enfin, le dernier personnage clé de l'histoire et Kurumi. On la sent venir à trois kilomètres, la bourrique manipulatrice, contrairement à Sawako évidemment. Evidemment, il n'est pas question d'avoir de la sympathie pour le personnage, enfin peut-être à la fin, mais en fait même pas ^^. Je n'ai donc pas trop aimé ce côté de l'histoire, mais ça s'intègre quand même bien au reste et ça aide notre héroïne à avancer.

 

kiminitodoke3.jpg

La bande originale de la série est vraiment classique dans le genre, et je dois dire que je ne me souviens déjà plus des mélodies que l'on peut entendre pendant les épisodes. Par contre, j'ai adoré dès la première écoute les deux chansons des génériques. Je pensais que l'interprète de l'opening, Tanizawa Tomofumi, était déjà bien connu, mais apparemment c'est cette chanson qui l'a lancé. En tout cas, j'aime vraiment beaucoup. Et dans l'ending, j'ai tout de suite reconnu Chara (c'est impossible de ne pas la reconnaître quand on la connaît ^^). L'ambiance de ces génériques m'a rappelé un peu celle de Honey and Clover. Là encore, les tons de couleurs n'y sont pas pour rien.


Kimi ni todoke est donc un romance lycéenne dont la plupart des éléments sont classiques, mais qui parvient à se démarquer en misant autant sur l'amitié que sur la romance et en proposant des personnages attachants. Tout en abordant des sujets sérieux, la série a un côté léger, parfois même presqu'un peu déjanté, qui n'est jamais loin, et l'équilibre entre les deux se révèle bien géré. Si on est allergique au style graphique shôjo, on n'aimera pas l'aspect visuel de la série, mais je l'ai trouvé pour ma part agréable et soigné. J'ai vraiment passé un bon moment devant cet anime, et son seul vrai défaut est en fait sa fin, trop ouverte. Enfin, on peut même dire que ce n'est pas une fin, je pense que c'est encore là une affaire de manga adapté seulement partiellement.

Donc soit on espère une deuxième saison, soit on se rabat sur l'oeuvre originale, justemnent disponible en français chez Kana sous le titre de Sawako. Un film live est en préparation, la sortie est prévue pour septembre, et je pense que je regarderai ce que ça donne car le casting me dit bien.