Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14.02.2010

Top 10 anime n°11 : Les meilleures séries vues en 2009

Après une note d'introduction qui n'expliquait en fait pas grand chose, j'en viens enfin au vif du sujet et je lâche enfin mon petit top 10 des séries animées vues en 2009. Je ne voulais pas que les séries que j'avais déjà vues avant monopolisent trop le classement, mais bon justement si j'avais décidé de les acheter en DVD et de les revoir c'est bien parce que que je les adorais, alors il fallait bien qu'elles y figurent ! Et puis comme ça, ça m'évite de faire un choix trop douloureux entre Cowboy Bebop et Samurai Champloo, j'ai mis les deux, mwahahaha ! ^^

 

Baccano!

L'univers, la réalisation, la narration, la musique, tout était excellent dans cette série.

 

Clannad / Clannad After Story

Il me semble logique d'inclure les deux saisons. Elles méritent leur place dans le classement parce que j'ai aimé évidement, mais aussi parce qu'elles ont réussi à me surprendre, dans un genre que je ne pensais pas vraiment apprécier.

 

Cowboy Bebop

Vou me demandez pourquoi ?

 

Gankutsuou

Superbe adaptation, dans un univers magnifique.

 

Haibane Renmei

Pour la poésie de son univers, et la merveilleuse musique.

 

Kaiba

Rien que pour l'originalité de son design, la série mérite d'être ici. Et comme j'ai apprécié tout le reste, y'a pas à tortiller du cul ^^.

 

Kodomo no Omocha

Ne serait-ce que pour mentionner la série une nouvelle fois car elle est trop peu connue, je voulais absolument mettre Kodocha dans ce top 10. Et je crois que je finirai par succomber à nouveau à l'appel du Babbit ! ^^

 

Natsume Yuujinchou / Zoku Natsume Yuujinchou

Là encore, j'inclus les deux saisons. Un univers enchanteur d'un bout à l'autre, et un Nyanko-sensei carrément culte ! A quand la suite ?

 

Paranoia Agent

Une série d'une qualité vraiment énorme, aussi bien dans la réalisation que dans tous les aspects psychologiques/sociaux/humains ou que sais-je encore mis en avant par l'histoire.

 

Samurai Champloo

Vous me demandez encore pourquoi ? :p

 

Mention grosse déception pour Terra e, qui est la seule série que j'avais vraiment envie de mettre dans un top d'anime les moins bien. Et puis mention c'était pourtant sympa mais bande de feignasses pourquoi s'arrêter à une douzaine d'épisodes pour Moyashimon et Toshokan Sensou.

Mention spéciale méga cute pour Chi's Sweet Home, qui était un peu "hors compétition" de par son format si différent mais qui est décidément chouette (je regarde en ce moment la deuxième saison). Et puis tant qu'on y est, mention spéciale pour L'odyssée de Kino, Wolf's Rain et Ergo Proxy, qui auraient eu de bonnes chances de se retrouver dans le classement s'il n'y avait pas eu tant de méga poids lourds.  Bon, je crois qu'on a fait le tour, on va pas faire des mentions à toutes les séries non plus ^^.

04.08.2009

[Anime] Toshokan Sensou

Titre japonais : 図書館戦争

Nombre d'épisodes : 12 épisodes

Année de production :
2008

Licence en France :
Aucune

Fiche :
Animeka ; ANN

 

Je suis tombée sur cette série de 12 épisodes en cherchant quelque chose à me mettre sous la dent dans la liste assez conséquente de séries subbées par l'équipe Requiem. Ils font toujours du bon boulot, du coup j'ai regardé un petit paquet de séries chez eux. Le thème de la série, la censure des livres, m'a paru intéressant, et la série était terminée, il ne m'en a pas fallu plus pour me convaincre.

L'histoire prend donc place au Japon à l'ère Seika, ère fictive d'un futur proche où une loi d'amélioration des médias ainsi que le comité armé créé pour assurer son application menacent les bibliothèques et leurs précieux volumes. Celles-ci se sont dotées d'une force de défense pour se protéger. L'héroïne est Kasahara, une jeune fille membre du corps des bibliotécaires, qui devient bientôt la première femme membre du groupe d'intervention armé. Autour d'elle gravitent un certain nombre de personnages, notamment son instructeur Dôjô et son amie Shibasaki.

toshokansensou1.jpg

Bien sûr, en 12 épisodes, pas le temps de donner beaucoup de détails sur tous les personnages, mais on parvient quand même à les connaître et je les ai dans l'ensemble tous appréciés. La relation entre Dôjô et Kasahara n'est pas particulièrement originale (elle n'est pas sans rappeler Lovely Complex), mais comme elle ne monopolise pas toute l'histoire, ça passe tout seul et j'ai vraiment apprécié cette facette de l'anime.

Par contre, j'ai eu des fois un peu de mal à cerner la situation entre les bibliothèques et le comité d'amélioration des médias, d'un point de vue légal et logique si on peut dire. Les affrontements sont plutôt bien fichus et jamais trop longs, mais au bout du compte on ne sait jamais trop s'ils se battent pour de vrai ou s'ils font de la figuration, c'est assez étrange.

Le design des personnages est classique mais les contours assez appuyés changent un peu, et j'ai bien aimé. Les décors sont assez passe-partout, et à certains moments je n'ai pas compris la nécessité d'utiliser de la 3D, notamment pour des véhicules aux traits très simples. Sans être très présente, la musique est agréable. La chanson de l'opening est sympa, et j'ai adoré celle de l'ending (du groupe Base Ball Bear).

 

toshokansensou2.jpg

Je ne me suis pas du tout ennuyée en regardant la série, mais j'ai trouvé que le format court de 12 épisodes, qui convient des fois à merveille pour certains anime, n'était pour cette fois pas du tout approprié. Avec l'univers et les personnages proposés, il y aurait eu largement de quoi faire le double d'épisodes, le tout aurait beaucoup gagné en crédibilité et en profondeur. Là, la fin vient bien rapidement, et si la relation entre Kasahara et Dôjô a bien évolué, rien n'est réglé du côté de la censure.

La série est apparemment tirée d'une série de courts romans, je ne sais pas si tout le contenu est repris ou si la série est encore en cours, mais dans ce cas c'est dommage de s'arrêter là. On croit d'abord que c'est une série sans prétention mais du coup c'est peut-être du manque d'ambition. En tout cas, il faut faire la différence entre les choix de production et l'oeuvre de départ, et de ce côté-là ça reste sympa, je conseillerai donc quand même de regarder cette série, après tout 12 épisodes c'est vite torché.