Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25.02.2011

[Film d'animation] Arrietty, le petit monde des chapardeurs (Karigurashi no Arrietty)

Titre japonais : 借りぐらしのアリエッティ

Année de production :
2010

Licence en France :
Buena Vista (Disney)

Fiche :
Animeka ; ANN

 

Les articles sur cette dernière production Ghibli ont été nombreux sur la blogosphère depuis sa sortie il y a plus d'un mois, à mon tour donc d'apporter ma modeste contribution ! Comme vous le savez certainement déjà, le film est une adaptation du premier volume d'une série de romans pour la jeunesse écrits par l'anglaise Mary Norton dans les années 50 et intitulée en VO The Borrowers. Si le scénario est signé Miyazaki, c'est Yonebashi Hiromasa (qui a dirigé l'animation de nombreux Ghibli) qui est à la réalisation.

fillm,animation,japon,ghibli,miyazaki hayao,yonebayashi hiromasa

L'histoire nous emmène dans le quotidien d'Arrietty et de ses parents, des "petites personnes" qui vivent cachées sous la maison d'humains et chapardent pour subvenir à leurs besoins. L'arrivée dans la maison d'un jeune garçon, Shô, va faire basculer la vie d'Arrietty.

Les décors dans lesquels évoluent les personnages sont tout simplement magnifiques et prennent la dimension d'un véritable univers bien qu'ils se limitent à la maison et à son jardin. A l'échelle des petites personnes, chaque objet qui nous semble anodin se transforme complètement : un petit morceau de sucre devient une véritable réserve, une aile d'insecte est utilisée comme plume pour écrire... l'environnement fourmille de détails, et les couleurs sont merveilleuses. Les fleurs du jardin par exemple, sont fabuleuses.

fillm,animation,japon,ghibli,miyazaki hayao,yonebayashi hiromasa

L'histoire est en fait très simple, mais elle n'en est pas moins belle. Il y a un vrai contraste entre es scènes d'action et d'aventure qui attirent plus particulièrement l'attention des plus jeunes, et les scènes de dialogues entre Arrietty et Shô. Et tout ce qui n'est pas dit entre eux a aussi une très grande importance, c'est de là que vient en grande partie le côté plus mélancolique de l'histoire.

Les musiques composées par Cécile Corbel sont particulièrement réussies. Les mélodies et l'instrumentation ont à la fois un coté celtique et un côté japonais et tout cela se marie parfaitement bien avec l'univers créé. Du côté des voix, la seiyu d'Arrietty est Shida Mirai, que j'ai vue notamment dans le drama Seigi no mikata. Je savais que je connaissais l'acteur qui prête sa voix au père de la jeune fille, il s'agit en effet de Miura Tomokazu, que j'ai aussi vu dans de nombreux drama (Shinzanmono, Bara no nai hanaya..).


J'ai donc pour ma part beaucoup apprécié ce film. Si on reconnaît bien la touche Miyazaki avec le côté merveilleux appporté par les petites personnes, la simplicité de l'histoire et l'importance du quotidien donnent une dimension différente et on peut dire que Yonebayashi parvient bien à imposer sa touche personnelle. Le tout avec la qualité technique de Ghibli et une bande sonore bien différente mais toute aussi enchanteuse que les compositions de Hisaishi Joe. Il faut donc être soit de mauvaise foi, soit vraiment très difficile pour trouver à redire à tout ça ! ^^