Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13.10.2014

[Anime] Mushishi

Titre japonais : 蟲師

Nombre d'épisodes : 26

Année de production : 2005-2006

Licence en France : Black Box

Fiche : Animeka ; ANN

Voir aussi : [Manga] Mushishi

mushishi0_zpsb24bb1f8.jpg

J'avais vu pour la première fois l'anime Mushishi en 2006 et son univers unique en son genre m'avait profondément marquée. J'avais été très heureuse que le manga original soit publié en France et j'avais pris autant de plaisir à le suivre volume après volume. Après tant d'années à espérer voir la série être licenciée en France et quelques faux espoirs (il n'y a qu'à utiliser le tag Mushishi pour retrouver les nombreux bla bla du blog où je me lamente), j'ai eu enfin le bonheur de voir mon vœu exaucé.

Et ça valait le coup d'attendre ! D'abord, parce que la série est toujours aussi formidable. Ensuite, parce qu'on a eu le droit à une édition Blu-ray et que oh miracle ! je suis équipée pour ça (il fut un temps où ce n'était que le lecteur, maintenant c'est l'écran adéquat aussi donc plus de raison de se priver ^^). Pour une bouchée de pain en plus ! (je sais que c'est un point discutable car ça ne m'aurait pas gênée de mettre le prix et de toute façon ça ne changera pas le fait que certains n'achèteront jamais quoi que ce soit, support physique ou pas...).

Enfin, belle coïncidence, juste au moment où j'ai commencé mon deuxième visionnage plus de 7 ans après le premier, la suite de l'anime a été annoncée ! Après un épisode spécial pour remettre la série dans l'actualité, une saison a été diffusée au printemps et la suite est sur le point de débuter à l'heure où je publie (enfin) ces lignes.

mushishi5_zpsb51655f8.jpg

Ginko est un mushishi, un spécialiste des mushi, étranges créatures à mi-chemin entre les règnes animal et végétal que peu d'humains sont capables de voir à l'oeil nu. Agissant souvent comme des parasites, ces êtres étranges peuvent être la cause de bien des maux bien qu'ils soient dénués de mauvaises intentions, et la plupart des autres mushishi cherchent à les éliminer. Parcourant montagnes et campagnes, notre maître des mushi itinérant est lui bien différent : il va à la rencontre d'habitants de nombreux villages pour leur venir en aide, mais essaie de simplement chasser les mushi, et tente d'expliquer à tous comment cohabiter avec eux. S'il est souvent vu comme un sauveur, il n'est pas forcément toujours bien accueilli ni pris au sérieux. Ce qu'on ne peut pas voir attire la plupart du temps la méfiance...

mushishi2_zpsdce48470.jpg

mushishi4_zpsa4e5eb54.jpg

La série nous transporte dans un univers fascinant où le fantastique et l'invisible deviennent complètement naturels et quotidiens. L'association d'êtres qui semblent presque tirés d'un bouquin de SVT tellement leur fonctionnement est pensé en détails et décrit de manière presque scientifique, à un univers folklorique japonais où évolueraient d'habitudes des yôkai ou autres créatures typiques est tout simplement merveilleux. Le monde de Mushishi, ce sont les hommes dans leurs villages d'un côté, et la nature de l'autre, avec en premier lieu la montagne. Où est-on ? Quand est-on ? On ne le sait pas du tout. Peu importe les lieux exacts, peu importe les noms même : les personnages n'ont souvent que des prénoms.

mushishi1_zpsad9ddc89.jpg

Ginko, seul personnage récurrent ou presque de la série, est aussi le plus mystérieux. On ne sait rien de lui, et on en apprendra que l'essentiel. Pourtant, dès les premiers épisodes, le spectateur est attiré vers lui tel un mushi tellement son aura est forte. Et épisode après épisode, on suit ses rencontres. Pendant une vingtaine de minutes seulement, on découvre la vie de quelqu'un qui est affecté par un mushi, et on en saura au final plus sur cette personne que sur Ginko.

Chaque épisode est un véritable petit conte. Les mushi sont associés à des phénomènes naturels (nuages, arcs-en-ciel), à des maladies, à des esprits, à des divinités, à toutes sortes de croyances des hommes autour de la vie et de la mort. Ils causent des décès, bouleversent des vies, influent la perception qu'on les humains du monde en perturbant leur vue, leur ouïe, leurs rêves. Pourtant, ils ne sont pas vus comme des êtres maléfiques et l'univers de Mushishi n'a rien de manichéen. C'est la nature, l'homme n'est qu'un élément comme les autres dans cette nature et doit accepter sa domination. Sans me lancer dans les grandes analyses psychologiques ou philosophiques, il me semble évident qu'une oeuvre présentant un tel point de vue ne peut venir que d'un pays où les catastrophes naturelles sont si présentes.

mushishi6_zpse9d7ad06.jpg

mushishi7_zps9aeca1ec.jpg

Malgré des issues rarement heureuses et un sentiment de fatalité, ou justement à cause de ça, toutes les histoires contées dans Mushishi sont empreintes de beauté et de poésie. On touche à l'essentiel, à la vie et à la survie des humains dans ce monde, aux liens qui les unissent entre eux, et avant tout les liens familiaux. L'anime n'est pas du tout dénué d'humour : Ginko se retrouve à plusieurs reprises dans des situations comiques, et ses interactions avec son ami collectionneur d'objets en lien avec les mushi apportent toujours une note de légèreté.

Le rythme lent qui pourrait déplaire à certains est contrebalancé par la présence d'une histoire et de personnages différents à chaque épisode, ainsi que par le fil conducteur de la présence de Ginko. Les épisodes se suivent et ne se ressemblent pas : on a à chaque fois affaire à de nouveaux mushi qui ont des noms différents (non traduits dans les sous-titres, le livret du coffret récapitule leurs propriétés mais n'explique pas non plus "l'étymologie" de leurs noms japonais, dommage) et des effets différents. On n'a pas forcément à enchaîner les épisodes, et cela n'a rien de négatif : il vaut mieux les savourer un par un, car on arrive bien vite au dernier !

mushishi9_zpsc8139eb1.jpg

mushishi10_zps0596ae2f.jpg

Ce sont le vert et le bleu sous toutes leurs déclinaisons dans l'univers de Mushishi : le bleu du ciel, de la mer et des rivières, le vert de la forêt, de l'herbe, mais aussi ce vert jaune si lumieux des rivières de vie (qui font tout de suite penser à Final Fantasy VII et son énergie Mako pour les adeptes de la série de RPG). On ne se lasse pas de contempler les paysages de montagne dans toute leur simplicité, par tous temps et à toutes les saisons, sublimés par les jeux de lumière. Entre visible et invisible, les mushi apparaissent par transparence, et sont aussi souvent une source de lumière. Les personnages aux traits doux et simples et aux couleurs sobres s'intègrent parfaitement au tout.

mushishi3_zpsa1d2afb2.jpg

mushishi8_zpsc86d5762.jpg

Mushishi ne serait certainement pas une telle réussite sans sa bande sonore. Masuda Toshio nous livre de superbes mélodies d'inspiration zen qui se marient parfaitement aux paysages de montagne typiquement japonais. Tour à tour à tour tristes, inquiétantes ou pleines d'optimisme, elles traduisent parfaitement la beauté et la fatalité de ce monde rempli de mushi. Contrairement à la majorité des séries animées, Mushishi n'a pas de chanson dédiée au générique de fin : chaque épisode se termine par une musique différente tirée de l'OST. Cela permet d'assurer la continuité avec le contenu de l'épisode jusqu'à la dernière seconde, mais aussi de marquer le découpage de la série en multiples petites histoires.

La chanson de l'opening est elle toujours la même, et est bien différente du reste de la bande sonore : il s'agit de The sore feet song, du chanteur écossais Ally Kerr. Composée uniquement d'un chant et d'une guitare acoustique, elle convient à merveille avec sa mélodie toute douce.

J'ai tellement d'affection pour cette série et sa forme est si particulière par rapport à la majorité des animés que les mots me manquent pour en parler ! Chaque épisode de Mushishi est une petite merveille d'apaisement, de beauté et de dépaysement. Son univers unique permet de se déconnecter sans que notre esprit bouillonne comme lorsqu'on est face à une grande intrigue bourrée d'action, mais plutôt en le faisant flotter. J'aurais presque l'impression de parler de substances illicites :D. Mushishi est tout simplement l'une des séries animées les plus marquantes qui m'ait été donné de voir. C'est une des adaptations de manga les plus réussies, et son OST fait partie de mes préférées.

J'ai déjà pu apprécier l'épisode spécial diffusé au début du printemps avant la nouvelle saison, que je n'ai même pas tenté de suivre pendant sa diffusion à la télé (à minuit passé -__-).  J'ose espérer que les deux nouvelles saisons ne mettront pas aussi longtemps que la première à être éditées en France, ça m'évitera de vendre un de mes reins pour acheter les éditions japonaises (parce que je vais peut-être déjà en vendre un pour Natsume Yûjinchô, alors ça ne va vraiment pas être pratique :D).

10.11.2013

Bla bla anime 6 : Je les ai attendus si longtemps !

Hasard, fatalité ou conspiration, il se trouve que beaucoup de mes séries animées préférées ne sont pas disponibles en France en DVD. Je n'aurais donc dû jamais les voir, c'est vrai (le débat a d'ailleurs été récemment relancé sur ce sujet). Mais j'ai toujours été la première à me réjouir de la licence d'un anime que j'aime et j'adore pouvoir mettre des coffrets DVD sur mon étagère et revoir les séries. J'ai eu recours aux DVD zone 1 pour le faire avec Honey and Clover (qui s'étonne de me voir mentionner ce titre ? :p), à l'édition britannique de Noein.

J'adorerais pouvoir le faire avec les deux premières saisons d'Aria ou avec les quatre saisons de Natsume Yûjinchô. Et puisque j'en parle, même si j'espère toujours des éditions françaises, je ne vais pas pouvoir renoncer encore longtemps à l'inévitable : les zone 1 si je veux être gentille avec mon portefeuille, les éditions japonaises si je veux sa mort :p. Cela doit sembler aberrant à ceux qui s'enfilent à tour de bras les séries les plus récentes de me voir toujours rabâcher les mêmes séries régulièrement depuis des années. On dira que c'est l'âge :p Ou que je préfère la qualité à la quantité ? Ça doit être lié ^^.

Puisque ça serait de mauvaise fois de prétendre tout acheter (moi je suis pauvre, les DVD c'est trop cher quoi, je n'ai pas le choix ! :p), j'en profite pour dire deux mots sur Higashi no Eden : j'avais vu la série juste avant qu'elle débarque en France et avant la sortie des films, donc le coffret de l'intégrale de tout ça sorti l'année dernière est dans un coin de ma tête. Mais ça sert à rien non plus d'acheter les DVD plus vite que je les regarde, j'avais déjà assez fait ça avec mes manga en édition française ^^.

Sérieusement, la bonne nouvelle qui me fait écrire ce billets, c'est que parmi les séries animées que j'ai vues depuis disons 2006 et que j'ai le plus aimées, il y en a qui sont effectivement enfin disponibles après pas mal d'années d'attente. Bon, j'écris pas un billet d'actualité, je sais que ça ne date pas de la semaine dernière. Mais n'empêche qu'entre l'annonce de la licence et l'arrivée effective des coffrets sur le marché, ça a mis parfois pas mal de temps. Mais bon, on n'était plus à ça près !

anime,dvd,bla bla,school rumble,bokura ga ita,ghost in the shell,michiko to hatchin,mushishi,darker than black,baccano

Tout ça est donc arrivé courant 2012 ou 2013, ce qui n'était pas vraiment un bon timing car avec mon départ et mon séjour au Japon ce n'était pas le meilleur moment pour s'amuser à acheter des coffrets de DVD. D'abord financièrement, puis logistiquement. Pour les sous, ça s'est un peu arrangé, mais pas de là à pouvoir m'offrir vingt séries en édition japonaise. Je n'allais pas laisser 10000 kilomètres m'empêcher de mettre la main sur des éditions françaises si bon marché ! Et là, je bénis Amazon pour ses frais de port super raisonnables (dans le sens France -> Japon du moins). Pour mes 30 ans, j'ai fait venir 8 coffrets DVD et j'en ai eu pour moins de 25€ de frais de port. 

Si vous avez réussi à patienter pendant ces cinq longs paragraphes inutiles, vous mourez certainement d'envie de savoir ce qu'il y avait dedans, alors allons-y ^^. Je ne vais pas tout reprendre en détail car j'ai déjà parlé de la grosse majorité des séries concernées (dans mon précédent bla bla par exemple) et que ceux qui s'intéressent aux sorties anime en France savent déjà tout ça très bien ^^.

 

School Rumble

Après une sortie incomplète débutée il y a déjà pas mal de temps avec deux coffrets par saison (j'avais bien fait de ne pas sauter dessus dès le premier et d'attendre de voir ce que ça donnait !), la série lycéenne est sortie dans la fameuse collection gold de Déclic, et donc à prix dérisoire. Depuis le temps que j'attendais de me remettre ça sous la dent en patientant avec le manga ! 

 

Mushishi

Certainement une des séries dont j'ai le plus parlé et que j'ai le plus attendu. Sept ans maintenant que je l'ai vue, plusieurs années aussi que j'ai fini le manga, et je peux enfin avoir entre les mains une version officielle/ Tant qu'à faire, je me suis pris l'édition BluRay (que ma PS3 serve à quelque chose :p). Là encore, pour une bouchée de pain ! 

medium_mushishi.2.jpg

Bokura ga ita/C'était nous

Je n'avais même pas espéré que l'adaptation animée (partielle) de C'était nous nous parvienne plusieurs années après, je ne sais pas si la disponibilité en (pseudo)  français du manga en question a joué. En tout cas, comme je garde un très bon souvenir de cet anime et de ses musiques, pourquoi se priver ? ^^

 

Darker than black

Si je me souviens bien, c'est juste après m'être décidée à revoir cette série en fansub que j'avais appris la nouvelle de sa licence en France (après des mois de rumeurs encore, il me semble). Du coup, j'étais bien dégoûtée de ne pas avoir attendu un peu plus. Ma revanche est prise, et là encore avec l'édition Blu ray, vu que la différence de prix avec la version DVD est très faible (c'est bien, les coffrets prennent encore moins de place ! ^^).

bacc073ace7d96e41211f3efc5e6fbe8.jpg

Baccano!

Je ne suis pas spécialiste du marché de l'animation mais il me semblait assez évident que cette série avait du potentiel et c'est chouette qu'un éditeur s'y soit intéressé avant 2020. J'aurai plaisir à revoir les aventures sanglantes et burlesques de la bande de malfrats. Peut-être que ça me donnera envie après de retenter Durarara, que j'avais abandonné après 7 ou 8 épisodes en streaming.

 

Ghost in the shell SAC

Des années que j'entends du bien de cette série ! Depuis la cessation d'activité de Beez, je savais que je finirai par l'acheter, et j'aurais sûrement dû la prendre à la place d'Eureka Seven et Gurren Lagann ! ^^ Une amie m'en a récemment redit le plus grand bien, alors je n'ai plus hésité à la mettre dans ma super commande. Comment on pourrait encore se trouver des excuses à 50€ l'intégrale ? ^^ C'est donc le titre phare inédit de cette fournée de DVD/Blu ray.

 

Michiko to Hatchin

Cela fait un peu plus longtemps que j'ai cette série (depuis Noël), mais comme je n'ai pas eu l'occasion d'en parler et que je l'attendais depuis longtemps au même titre que les autres, c'est elle qui achèvera ce billet. Comme j'ai terminé son visionnage il y a peu, je pourrai bientôt en parler en détail dans un billet :).

1446542070.jpg

Avec ça et les quelques séries inédites (Windy Tales...) ou à revoir (Monster...) que j'avais encore en stock, il y a de quoi faire ! C'est un peu paradoxal de faire ce constat en étant dans le pays des anime, mais ça reste la manière la plus pratique de voir des anime ici si on veut des sous-titres,  vu les restrictions géographiques sur le streaming (alors que vu les développements récents, j'étais vraiment prête à m'y mettre !).

Les horaires des diffusions télé sont bien trop contraignants pour suivre un anime en cours de diffusion ici, mais le jour où je veux voir légalement une série non dispo en France, je mobiliserai mes neurones pour me passer de sous-titres et j'opterai pour la solution location de DVD chez Tsutaya. Pour la saison 2 de Chihayafuru par exemple. Ou la future prochaine saison de Natsume Yûjinchô ^^.

19.01.2012

Bla bla anime 5 : Derniers achats, sorties attendues et séries abandonnées (ou pas)

Alors que je devrais plutôt me mettre à rédiger mon billet sur Kemonozume pour enfin faire mon top 5 anime 2011 qui ne sera pas du tout une surprise, aujourd'hui j'ai plutôt envie de faire un petit bla bla, parce que ça faisait longtemps et qu'il y a matière à ça.

Je voulais d'abord commencer par parler un peu de mes derniers achats, ce qui revient logiquement un peu à parler de mes prochains visionnages. Depuis le temps qu'elle me faisait de l'oeil, j'ai commandé l'édition UK de l'intégrale de Noein. Le coffret est très basique (boîtier en plastique regroupant les 5 DVD, aucun livret ni bonus), mais pour moins de 10 livres sterling, j'allais pas en demander plus. Surtout que j'ai eu 0 frais de port car j'ai fait ma commande sur Amazon.fr en même temps que d'autres produits.

bla bla,série,anime,dvd

Ca faisait un petit moment que je me tâtais à acheter Eureka 7 et Gurren Lagann, deux anime dont j'ai toujours eu d'excellents échos mais que je n'ai jamais eu envie de regarder car je ne suis pas du tout barrée méchas. Et pui le fait qu'elles soient éditées par Beez faisait qu'elles n'étaient pas parmis les séries les plus accessibles pour le porte-monnaie. Mais bon, ces deux séries commencent à dater, Beez s'est mis à faire des coffrets à un prix plus qu'abordable comme j'avais pu déjà le voir avec Wolf's Rain ou Planetes, et d'autres arguments sont venus s'ajouter pour Eureka Seven, comme j'aurai l'occasion de le dire en détail.

L'annonce de la fin de Beez m'a définitivement convaincue d'acheter les deux séries. J'ai pas mal hésité entre les éditions Anime Legends et les coffrets sortis avant, plus jolis. Mais c'est l'argument prix et l'argument encombrement qui l'ont emporté : j'ai plus de place sur mes étagères ! Il y a des coffrets ou des séries en DVD à l'unité qui y prennent une place monstre. Les éditions Anime Legends sont clairement moins jolies, mais elles se rangent bien plus facilement et vu le prix ça reste tout à fait correct.

bla bla,série,anime,dvd

J'ai ajouté à ça les deux dernières séries sorties par Beez : Saraiya Goyô/House of five leaves qui me tente depuis pas mal de temps même si je n'ai pas encore eu l'occasion de lire/voir d'autres oeuvres d'Ono Natsume, et bien sûr Yojôhan Shinwa Taikei/The Tatami Galaxy, que je n'aurais jamais espéré voir sortir en DVD et que je ne pouvais absolument pas manquer vu que je suis certaine de revoir au moins une fois cette série. Ces deux coffrets se présentent comme des livres avec des couvertures en carton rigide brillante, c'est vraiment très joli et en plus c'est compact ^^.

Ces achats confirment bien que les DVD auront la part belle dans mon programme anime de 2012, sachant en plus qu'il y a par exemple Monster et Windy Tales qui attendent sagement sur mes étagères depuis quelque temps. Et ça ne va sûrement pas s'arrêter là, car pour mon plus grand plaisir je vais sûrement enfin pouvoir acquérir des séries que j'attendais depuis super longtemps, que je n'espérais plus ou même que je n'avais jamais espéré.

J'ai vraiment bien fait de ne jamais craquer pour les premiers coffrets de School Rumble et d'attendre que la série soit entièrement disponible pour voir ce qu'il en était. Car apparemment le quatrième et dernier coffret ne sortira pas. Mais la série va être reprise dans la fameuse collection Gold de Déclic et on va donc avoir le droit à de nouveaux coffrets, un par saison. 

bla bla,série,anime,dvd

La deuxième excellente surprise de taille (enfin je dis surprise, c'est pas comme si j'annonçais la nouvelle, c'est juste pour montrer un peu mon état d'esprit quand j'ai appris la chose ^^), c'est qu'on va enfiiiiiiiiiin avoir le droit à Mushishi ! J'étais à deux doigts d'acheter le coffret zone 1 quand je l'ai appris. Je vais donc encore patienter un peu, on n'est plus du tout à ça près avec cette série !

Enfin, la "vieille" série que je n'espérais pas du tout, c'est Bokura ga ita/C'était nous. J'aurai grand plaisir à revoir la série bien que ce soit une adaptation partielle, en continuant en parallèle à lire la suite de l'histoire au compte-goutte avec le manga.

Pour en finir avec les coffrets DVD, il se pourrait que je craque un de ces quatre pour Durarara, qui sera aussi réédité en version Gold. J'avais vu les 7 ou 8 premiers épisodes en streaming sur la chaîne Dailymotion de Dybex il y a déjà pas mal de temps, mais j'avais fini par laisser tomber car ça ramait carrément et j'avais un peu perdu le fil de l'histoire (ce qui arrive assez facilement vu le genre ^^). Mais comme j'avais adoré Baccano, je ne peux pas abandonner Durarara si facilement ! ^^

bla bla,série,anime,dvd

Puisqu'on parle d'abandonner des séries, j'ai toujours dit que ça m'arrivait très rarement mais je l'ai récemment fait à deux reprises. Plutôt question de priorités et d'optimisation que de qualité, en fait. J'ai regardé les 5 ou 6 premiers épisodes de Tatakau shisho/The book of Bantorra sur la chaîne Wat.tv de Kaze. Il y a des éléments vraiment intéressants, et l'ambiance est originale, mais je n'ai pas réussi à accrocher complètement.

Autre série abandonnée : Hanasakeru Seishônen. J'avais repéré cette série il y a un sacré bout de temps, et j'ai fini par regarder les premiers épisodes il y a quelques semaines. Je ne suis pas adepte du genre harem de bisho mais à l'instar de Saiunkoku Monogatariqui est classé dans ce genre, cette adaptation d'un manga qui date pas mal semblait avoir derrière ses beaux gosses efféminés une intrigue plus sérieuse. C'est pas du tout déplaisant, mais sûrement que ça n'est pas ce que j'avais envie de voir à ce moment-là.

bla bla,série,anime,dvd

Il y a plus d'un an et demi de ça, j'avais commencé à regarder Mononoke. Pour diverses raisons, je n'ai pas continué, et plus le temps passait plus il me paraissait difficile de me replonger dans l'ambiance si particulière de l'anime en le reprenant en plein milieu. C'est certain que je m'y remettrai un jour, car j'apprécie vraiment ces séries courtes à l'univers et au mode de narration atypiques, très originales visuellement.

Pour finir ce bla bla qui mine de rien commence à faire une certaine longueur, j'ai été super contente d'apprendre que Natsume Yûjinchô allait sortir en DVD outre-Atlantique. Je ne pense pas que ça puisse jouer d'une façon ou d'une autre sur une licence dans nos contrées (mais je n'y connais pas grand chose au marché), mais au moins ça créé une alternative beaucoup plus abordable que l'édition japonaise si aucun éditeur francophone ne se penche jamais sur cette petite merveille.

1 2 3 4 5 Page suivante