Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23.11.2014

[Anime] Windy Tales

Titre japonais : 風人物語

Nombre d'épisodes : 13

Année de production : 2004-2005

Licence en France : WE Anim

Fiche : Animeka ; ANN

01_zpsf21aef13.jpg

Il y a déjà pas mal d'années de ça, j'avais regardé les deux ou trois premiers épisodes de Windy Tales, attirée par le nom d'Oshii Mamoru (qui n'a en fait assuré que la supervision de la série). Et puis une licence en France ayant été annoncé, je m'étais dit que je verrais la suite en DVD. A partir de ce moment s'est mise en route la longue addition temps jusqu'à la sortie du coffret DVD + temps jusqu'à ce que j'achète le coffret DVD + temps où je suis occupée à regarder d'autres animés qui s'est révélée égale à plusieurs années. C'est presque toujours comme ça avec moi, mais là encore plus, parce que comme je savais que c'était une série à l'ambiance et à l'aspect très particulier, c'est plus compliquer à se décider que pour une série plus classique ou une série dont on ignore tout. Mais enfin, je me suis décidée, alors que la série va bientôt avoir dix ans ! ^^

713_zpsfaffe199.jpg

Windy Tales nous propose de suivre le quotidien de Nao, jeune collégienne qui aime prendre des photos du ciel et qui va découvrir avec quelques uns de ses camarades qu'il est possible à certaines personnes de maîtriser le vent et de s'élever dans les airs. Un de leurs professeurs maîtrise cet art. Mais les humains sont surpassés dans ce domaines par d'autres créatures : les chats ! 

Le spectateur est immédiatement frappé par le style graphique particulier des personnages comme des décors : si l'on a bien une héroïne en uniforme, on est bien loin du design de la majorité des anime se déroulant dans un cadre scolaire. Le trait marqué, les formes et les mouvements m'ont à la fois rappelé Noein et les séries de Yuasa Masaaki, en particulier Kemonozume.

1311_zpsdc52855f.jpg

612_zpsc1a58276.jpg

Les décors aux traits presque enfantins, tantôt aux couleurs vives, tantôt en monochrome, sont de véritables tableaux faits pour mettre en valeur l'élément essentiel de la série, à la fois naturel et fantastique : le vent. Il est invisible, mais il est partout. Il insuffle aux paysages et aux situations du quotidien un côté magique. Mais ce n'est pas pour autant que l'on se voit embarqué dans une grande quête pour sauver le monde avec des personnages aux super-pouvoirs ! La magie de Windy Tales, c'est de parvenir à intégrer le merveilleux grâce à un élément réel omniprésent,  et à éveiller ainsi la sensibilité du spectateur à la beauté ordinaire, juste en faisant léviter des collégiens et voler des chats.

1211_zpsf8d4e5ac.jpg

1301_zps5b62a175.jpg

Episode après épisode, nous suivons la petite vie de Nao et de sa petite bande : Miki et Ryôko, les deux autres filles, et Jun, le seul garçon. Chaque épisode est marqué par une rencontre, un moment de l'année scolaire, ou un moment particulier de l'année. Des premiers émois d'adolescents au retour en enfance en jouant avec des plus jeunes, des typhons du début de l'automne au concours de photos local, Windy Tales est une véritable collection de moments aussi simples que précieux. La famille, les amis, le monde qui nous entoure jour après jour, ion nous parle de l'essentiel avec sensibilité et poésie, et sur un ton toujours léger. Il n'y a pas à disserter sur le caractère des personnages : c'est là aussi leur simplicité qui les rend tout de suite attachants.

409_zpsf232a8d2.jpg

306_zpsd39c7153.jpg

L'ambiance unique de l'anime passe aussi bien sûr par le son : les musiques se mêlent aux souffles du vent. C'est Kawai Kenji qui les a composées (comme quoi on sent quand même la présence d'Oshii !), ce n'est donc pas si étonnant qu'elles soient si réussies. Les jolies mélodies parfois déclinées en plusieurs versions traduisent à merveille la douceur du quotidien et le mystérieux pouvoir du vent et de ceux qui le maîtrisent.

La chanson de l'opening a un air nostalgique que j'ai beaucoup aimé. En contraste, celle de l'ending a un rythme et une mélodie enjouée et est chantée à plusieurs voix. Ce ne sont pas forcément des morceaux qu'on aura envie d'écouter en boucle en-dehors de leur contexte, mais ils remplissent très bien leur mission. Aucune fausse note de ce côté, donc !

J'ai été complètement charmée par l'univers de Windy Tales, qui fait cohabiter avec brio un style graphique hors du commun et le genre tranche de vie. La magie de son atmosphère nostalgique et reposante a opéré à chaque épisode, elle nous fait à la fois voyager et prendre plus conscience de la réalité. De la présence de ce vent, que je ne perçois plus tout à fait de la même façon maintenant. Et les chats non plus, mais en fait, ça ce n'est pas si étonnant. Ils ont des super pouvoirs, c'est évident ! :D

13.10.2014

[Anime] Mushishi

Titre japonais : 蟲師

Nombre d'épisodes : 26

Année de production : 2005-2006

Licence en France : Black Box

Fiche : Animeka ; ANN

Voir aussi : [Manga] Mushishi

mushishi0_zpsb24bb1f8.jpg

J'avais vu pour la première fois l'anime Mushishi en 2006 et son univers unique en son genre m'avait profondément marquée. J'avais été très heureuse que le manga original soit publié en France et j'avais pris autant de plaisir à le suivre volume après volume. Après tant d'années à espérer voir la série être licenciée en France et quelques faux espoirs (il n'y a qu'à utiliser le tag Mushishi pour retrouver les nombreux bla bla du blog où je me lamente), j'ai eu enfin le bonheur de voir mon vœu exaucé.

Et ça valait le coup d'attendre ! D'abord, parce que la série est toujours aussi formidable. Ensuite, parce qu'on a eu le droit à une édition Blu-ray et que oh miracle ! je suis équipée pour ça (il fut un temps où ce n'était que le lecteur, maintenant c'est l'écran adéquat aussi donc plus de raison de se priver ^^). Pour une bouchée de pain en plus ! (je sais que c'est un point discutable car ça ne m'aurait pas gênée de mettre le prix et de toute façon ça ne changera pas le fait que certains n'achèteront jamais quoi que ce soit, support physique ou pas...).

Enfin, belle coïncidence, juste au moment où j'ai commencé mon deuxième visionnage plus de 7 ans après le premier, la suite de l'anime a été annoncée ! Après un épisode spécial pour remettre la série dans l'actualité, une saison a été diffusée au printemps et la suite est sur le point de débuter à l'heure où je publie (enfin) ces lignes.

mushishi5_zpsb51655f8.jpg

Ginko est un mushishi, un spécialiste des mushi, étranges créatures à mi-chemin entre les règnes animal et végétal que peu d'humains sont capables de voir à l'oeil nu. Agissant souvent comme des parasites, ces êtres étranges peuvent être la cause de bien des maux bien qu'ils soient dénués de mauvaises intentions, et la plupart des autres mushishi cherchent à les éliminer. Parcourant montagnes et campagnes, notre maître des mushi itinérant est lui bien différent : il va à la rencontre d'habitants de nombreux villages pour leur venir en aide, mais essaie de simplement chasser les mushi, et tente d'expliquer à tous comment cohabiter avec eux. S'il est souvent vu comme un sauveur, il n'est pas forcément toujours bien accueilli ni pris au sérieux. Ce qu'on ne peut pas voir attire la plupart du temps la méfiance...

mushishi2_zpsdce48470.jpg

mushishi4_zpsa4e5eb54.jpg

La série nous transporte dans un univers fascinant où le fantastique et l'invisible deviennent complètement naturels et quotidiens. L'association d'êtres qui semblent presque tirés d'un bouquin de SVT tellement leur fonctionnement est pensé en détails et décrit de manière presque scientifique, à un univers folklorique japonais où évolueraient d'habitudes des yôkai ou autres créatures typiques est tout simplement merveilleux. Le monde de Mushishi, ce sont les hommes dans leurs villages d'un côté, et la nature de l'autre, avec en premier lieu la montagne. Où est-on ? Quand est-on ? On ne le sait pas du tout. Peu importe les lieux exacts, peu importe les noms même : les personnages n'ont souvent que des prénoms.

mushishi1_zpsad9ddc89.jpg

Ginko, seul personnage récurrent ou presque de la série, est aussi le plus mystérieux. On ne sait rien de lui, et on en apprendra que l'essentiel. Pourtant, dès les premiers épisodes, le spectateur est attiré vers lui tel un mushi tellement son aura est forte. Et épisode après épisode, on suit ses rencontres. Pendant une vingtaine de minutes seulement, on découvre la vie de quelqu'un qui est affecté par un mushi, et on en saura au final plus sur cette personne que sur Ginko.

Chaque épisode est un véritable petit conte. Les mushi sont associés à des phénomènes naturels (nuages, arcs-en-ciel), à des maladies, à des esprits, à des divinités, à toutes sortes de croyances des hommes autour de la vie et de la mort. Ils causent des décès, bouleversent des vies, influent la perception qu'on les humains du monde en perturbant leur vue, leur ouïe, leurs rêves. Pourtant, ils ne sont pas vus comme des êtres maléfiques et l'univers de Mushishi n'a rien de manichéen. C'est la nature, l'homme n'est qu'un élément comme les autres dans cette nature et doit accepter sa domination. Sans me lancer dans les grandes analyses psychologiques ou philosophiques, il me semble évident qu'une oeuvre présentant un tel point de vue ne peut venir que d'un pays où les catastrophes naturelles sont si présentes.

mushishi6_zpse9d7ad06.jpg

mushishi7_zps9aeca1ec.jpg

Malgré des issues rarement heureuses et un sentiment de fatalité, ou justement à cause de ça, toutes les histoires contées dans Mushishi sont empreintes de beauté et de poésie. On touche à l'essentiel, à la vie et à la survie des humains dans ce monde, aux liens qui les unissent entre eux, et avant tout les liens familiaux. L'anime n'est pas du tout dénué d'humour : Ginko se retrouve à plusieurs reprises dans des situations comiques, et ses interactions avec son ami collectionneur d'objets en lien avec les mushi apportent toujours une note de légèreté.

Le rythme lent qui pourrait déplaire à certains est contrebalancé par la présence d'une histoire et de personnages différents à chaque épisode, ainsi que par le fil conducteur de la présence de Ginko. Les épisodes se suivent et ne se ressemblent pas : on a à chaque fois affaire à de nouveaux mushi qui ont des noms différents (non traduits dans les sous-titres, le livret du coffret récapitule leurs propriétés mais n'explique pas non plus "l'étymologie" de leurs noms japonais, dommage) et des effets différents. On n'a pas forcément à enchaîner les épisodes, et cela n'a rien de négatif : il vaut mieux les savourer un par un, car on arrive bien vite au dernier !

mushishi9_zpsc8139eb1.jpg

mushishi10_zps0596ae2f.jpg

Ce sont le vert et le bleu sous toutes leurs déclinaisons dans l'univers de Mushishi : le bleu du ciel, de la mer et des rivières, le vert de la forêt, de l'herbe, mais aussi ce vert jaune si lumieux des rivières de vie (qui font tout de suite penser à Final Fantasy VII et son énergie Mako pour les adeptes de la série de RPG). On ne se lasse pas de contempler les paysages de montagne dans toute leur simplicité, par tous temps et à toutes les saisons, sublimés par les jeux de lumière. Entre visible et invisible, les mushi apparaissent par transparence, et sont aussi souvent une source de lumière. Les personnages aux traits doux et simples et aux couleurs sobres s'intègrent parfaitement au tout.

mushishi3_zpsa1d2afb2.jpg

mushishi8_zpsc86d5762.jpg

Mushishi ne serait certainement pas une telle réussite sans sa bande sonore. Masuda Toshio nous livre de superbes mélodies d'inspiration zen qui se marient parfaitement aux paysages de montagne typiquement japonais. Tour à tour à tour tristes, inquiétantes ou pleines d'optimisme, elles traduisent parfaitement la beauté et la fatalité de ce monde rempli de mushi. Contrairement à la majorité des séries animées, Mushishi n'a pas de chanson dédiée au générique de fin : chaque épisode se termine par une musique différente tirée de l'OST. Cela permet d'assurer la continuité avec le contenu de l'épisode jusqu'à la dernière seconde, mais aussi de marquer le découpage de la série en multiples petites histoires.

La chanson de l'opening est elle toujours la même, et est bien différente du reste de la bande sonore : il s'agit de The sore feet song, du chanteur écossais Ally Kerr. Composée uniquement d'un chant et d'une guitare acoustique, elle convient à merveille avec sa mélodie toute douce.

J'ai tellement d'affection pour cette série et sa forme est si particulière par rapport à la majorité des animés que les mots me manquent pour en parler ! Chaque épisode de Mushishi est une petite merveille d'apaisement, de beauté et de dépaysement. Son univers unique permet de se déconnecter sans que notre esprit bouillonne comme lorsqu'on est face à une grande intrigue bourrée d'action, mais plutôt en le faisant flotter. J'aurais presque l'impression de parler de substances illicites :D. Mushishi est tout simplement l'une des séries animées les plus marquantes qui m'ait été donné de voir. C'est une des adaptations de manga les plus réussies, et son OST fait partie de mes préférées.

J'ai déjà pu apprécier l'épisode spécial diffusé au début du printemps avant la nouvelle saison, que je n'ai même pas tenté de suivre pendant sa diffusion à la télé (à minuit passé -__-).  J'ose espérer que les deux nouvelles saisons ne mettront pas aussi longtemps que la première à être éditées en France, ça m'évitera de vendre un de mes reins pour acheter les éditions japonaises (parce que je vais peut-être déjà en vendre un pour Natsume Yûjinchô, alors ça ne va vraiment pas être pratique :D).

14.08.2014

Arai Yumi - Yasashisa ni tsutsumareta nara

Il y a quelques jours, j'ai encore entendu cette chanson dans une pub à la télé, et ça m'a rappelé que je voulais la partager ! Ca n'est pas étonnant que j'aie l'impression de la connaitre depuis longtemps, car il s'agit d'une des chansons de Arai /Matsutôya Yumi qui reste la plus connue. Elle a été utilisée comme chanson thème de Kiki la petite sorcière, et a été reprise pas mal de fois. Par Sakamoto Maaya pour l'opening de l'anime Tamayura par exemple. Ca fait pas mal de temps que j'entends parler de cette série, et de voir le générique m'a encore plus donné envie !

1 2 3 4 5 6 7 8 Page suivante