Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11.03.2009

[Drama] Utahime

Titre japonais : 歌姫

Nombre d'épisodes : 11

Diffusé en : Automne 2007

Chaîne de diffusion : TBS

Fiche : DramaWiki

 

J'avais repéré cette série il y a un bout de temps, juste après avoir vu Ikebukuro West Gate Park et My boss my hero, en fait. Ceux et celles qui ont vu ces deux dramas on déjà repéré leur point commun : c'est Nagase Tomoya qui y tient le rôle principal, et moi je le trouve excellent. Je ne nierai pas que son physique avenant y est pour quelque chose (et de ce côté-là ça change bien des ptits jeunots de 20 ans ^^), mais en deux séries, j'ai pu voir qu'il était très fort aussi bien pour les rôles de comédie que pour les rôles plus sérieux. Dans Utahime, son personnage mélange un peu les deux, et ça marche toujours aussi bien.

Après un court moment passé dans le Tôkyô d'aujourd'hui, l'histoire de Utahime nous envoie dans un petit village côtier de Shikoku, au milieu des années 1950. Le dépaysement est double, et j'apprécie doublement. J'ai apprécié des dramas comme Yasashii Jikan, Shikaotoko Awoniyoshi ou Hanayome wa Yakudoshi parce qu'ils nous montrent autre chose que Tôkyô. Et là, en plus on a le changement d'époque. Je pense par pour autant qu'on puisse parler de drama historique, mais en tout cas l'ambiance créée est vraiment excellente. Une petite ville où tout le monde se connaît, avec au coeur de l'histoire le cinéma avec son unique salle et son bar. Et des personnages hauts en couleur.

Tomoya Nagase incarne Tarô Shimanto, ancien soldat qui a perdu la mémoire et qui vit chez les propriétaires du cinéma qui l'ont recueilli 10 ans auparavant. Il est un peu devenu le fils ainé de la famille. C'est Fubuki Jun qui joue le rôle de la mère, personnage très différent de la froide directrice de Watashitachi no kyôkasho. La fille cadette, Suzu, avait 10 ans quand Tarô a été trouvé blessé. Elle a donc grandi avec lui, mais on s'en doute que maintenant qu'elle a presque 20 ans, elle ne le considère pas forcément que comme son grand frère. C'est Aibu Saki (Zettai Kareshi, Attention Please) qui joue le rôle de Suzu. Peut-être qu'elle n'a rien de spécial, mais je l'aime bien, c'est tout ! ^^.

utahime.jpg

Dans le rôle de Matsu, yakuza complètement à la masse, on retrouve Sato Ryuta (Bambino, Tokyo Friends), vraiment étonnant. Un autre personnage incontournable est Sabako, vieille fille commère par excellente. Il faut pas oublier non plus Geruman, pécheur de son état et ami très suceptible de Tarô. Avec le duo Suzu/Tarô, ces trois personnages sont à l'origine des nombreuses scènes cocasses qu'on trouve tout au long de la série. C'est loufoque et décalé, ça va parfaitement avec le lieu et l'époque mis en scène. La BO est efficace et renforce bien ces scènes drôles tout comme les scènes d'émotion. Sans surprise, la chanson thème est de Tokio. Je vais pas dire que j'écouterais ça en boucle mais bon il sait chanter le Tomoya, ça a la pèche et même si ça a rien de 50's ça passe bien.

Le thème de l'amnésie est pas vraiment inédit c'est sûr, mais je trouve qu'il est vraiment bien utilisé ici, notamment à la fin, que j'ai trouvée particulièrement réussie. Tarô va-t-il retrouver la mémoire ? Si c'est le cas, va-t-il oublier toutes ces années passées dans sa famille d'adoption ? D'un côté, ça crée du suspense, et de l'autre, ça donne de la profondeur aux personnages. Que ce soit Tarô lui-même ou Suzu, on comprend bien leurs sentiments contradictoires. Les premiers épisodes peuvent au premier abord paraître un peu longs, mais je trouve qu'ils permettent vraiment de mettre en valeur la relation entre Tarô et Suzu, on nous montre bien leur vie quotidienne et leur complicité. Et ça, c'est nécessaire pour passer à la suite, l'arrivée d'une certaine personne qui bien sûr va déclencher certains événements.

Des personnages excellents, une histoire qui mêle habilement drame et comédie, un univers très intéressant et rafraîchissant, voilà donc encore un gros coup de coeur !

06.09.2008

[Drama] Orange Days

Titre japonais : オレンジデイズ

Nombre d'épisodes : 11

Diffusé au : Printemps 2004

Chaîne de diffusion : TBS

Fiche : DramaWiki

 

Voilà, c'est les vacances (trop cool de pouvoir dire ça début septembre !) donc je peux commencer à rattraper le retard accumulé en août côté dramas. Du moins racontage de dramas, parce que le visionnage, il m'aurait fallu plus de 60 heures de boulot par semaine pour y renoncer. C'était même mon grand réconfort le soir avec un ramen instantané ^^. Ca faisait pas mal de temps que j'avais repéré la série Orange Days et j'attendais que l'équipe de fansub sorte le dernier épisode (je pense que commencer un drama en cours de "subbage" ça doit être trop frustrant, mais je le fais de temps en temps avec les animés c'est vrai). Ce qui a fini par arriver, et donc j'ai pu enfin commencer la série. Ca venait même à point, car je ne voyais plus trop quoi me mettre sous la dent !

Le drama raconte l'histoire d'un petit groupe d'étudiants qui se forme durant les premiers épisodes et est centrée sur Sae (Kou Shibasaki), devenue sourde quelques années auparavant à cause d'une maladie, et Kai (Tsumabuki Satoshi, vu dans Ikebukuro West Gate Park et que j'ai trouvé très bien même si on le voyait pas beaucoup). On devine très vite qu'une relation particulière va se créer entre ces deux personnages, et elle est de faite très intéressante jusqu'à la fin. A côté, le petit triangle amoureux autour d'Akane (Shiraishi Miho, vue dans Densha Otoko) est également sympathique. J'ai encore apprécié Eita (Nodame Cantabile, Tokyo Friends) qui joue le rôle du romantique Keita, mais toujours si peu apprécié Narimiya Hiroki (Stand up!, Nana..) décidément trop fade. Enfin, dans le rôle de Maho, on peut aussi voir Konishi Manami, que j'avais récemment appréciée dans Boku Dake no Madonna.

OrangeDays.jpg
Etant donné le handicap de Sae, il y a de nombreuses scènes où les personnages communiquent grâce au langage des signes, ce qui donne une autre dimension au jeu. Shibasaki Kou, dont on n'entend jamais la voix (qui est pourtant jolie pour le peu que je connais de ses chansons) s'en sort vraiment bien et parvient à montrer avec ses gestes et ses expressions que Sae a beaucoup de caractère. Pour le côté maladie/handicap, la série m'a fait un peu penser à Summer Snow. Pour le côté musique, à Nodame Cantabile, caractère déjanté mis à part, car Sae est musicienne. Pour le côté groupe d'étudiants qui va bientôt entrer dans la vie active, c'est très Honey and Clover. On sent exactement la même nostalgie chez les personnages, à l'idée qu'ils vivent une époque unique de leur vie qui va bentôt se terminer. On voit à quel point ce passage du statut d'étudiant à celui de travailleur préoccupe les jeunes Japonais et ne semble pas du tout être vécu de la même façon qu'en France, même si bien sûr il ne faut pas faire trop de généralités.

J'ai beaucoup apprécié cette série pour son ambiance générale, alternant les moments sérieux et tristes avec les moments joyeux, mais n'étant jamais exagérée. L'histoire met en avant des thèmes tout à fait sérieux et réalistes tout en restant légère et efficace grâce à des personnages très attachants. L'ambiance sonore est également bien sympa, dont la chanson du générique de fin. Je ne peux donc que conseiller !