Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18.06.2009

[Drama] Kisarazu Cat's Eye

Titre japonais : 木更津キャッツアイ

Nombre d'épisodes : 9

Diffusé en : Hiver 2002

Chaîne de diffusion : TBS

Fiche : DramaWiki

 

J'avais déjà croisé le nom de ce drama plusieurs fois, mais je croyais bêtement qu'il s'agissait d'une adaptation live de la bonne vieille série animée et je n'avais jamais regardé la fiche en détail. En fait, si le "cat's eye" vient bien du fameux trio de soeurs, pour le reste ça n'a rien à voir. Pour le dire en une phrase, il s'agit de l'histoire d'un jeune homme d'à peine plus de 20 ans, Bussan, qui apprend qu'il va mourir dans quelques mois et décide d'en profiter un maximum avec sa bande de copains.

Oui, encore une série avec des gens qui meurent ! Mais rien à voir avec Ichi Rittoru no Namdia ou Sekai no chûshin de..., ici on ne se concentre pas sur la maladie et sur une romance mais sur la bande de cinq potes, et sur fond de grosse déconnade. C'est très réussi, et l'ambiance de la série m'a fait pensé à la fois à Ikebukuro West Gate Park, Tiger & Dragon et Stand up!!. Pour les deux premières références, ce n'est pas du tout du hasard, car quasiment tous les acteurs de Kisarazu jouent dans une des deux séries, voire même les deux à la fois.  En fait, le seul qui manque à l'appel c'est Nagase Tomoya ! Et le scénariste est le même pour les deux séries : Kudô Kankurô, également à l'origine de Ryûsei no Kizuna dont je parlais récemment. Et pour Stand up!!, c'est à cause du thème de la bande de copains que ça m'y a fait pensé, sauf que j'ai beaucoup plus adhéré à l'humour cette fois.

En effet, ce petit groupe est vraiment excellent : chacun est différent, tous sont complémentaires. Bussan est joué par Okada Junichi, que j'avais déjà bien apprécié dans T&D. Il s'en sort tout aussi bien cette fois. Il y a ensuite Satô Ryuta, (Master) que je connais maintenant pas mal (IWGP mais aussi Utahime, Bambino ou encore Tôkyô Friends) et que j'ai toujours plaisir à voir. Le blond Ani est joué par Tsukamoto Takashi, que j'ai mieux apprécié que dans T&D même si c'est celui des cinq que j'ai trouvé le moins bien. C'est Sakurai Sho qui joue Bambi. Je ne l'avais vu que dans Yamada Tarô monogatari et là j'ai encore bien aimé son côté gars qui ne dit pas grand chose mais n'est pas pour autant plat. Enfin, l'élément le plus bizarre du groupe, Ucchie, est incarné par Okada Yoshinori, que j'ai vraiment trouvé excellent, surtout quand on considère à quel point son rôle était différent de ceux dans lesquels je l'avais vu auparavant (le meilleur ami du héros de Taiyou no kisetsu et le grand frère de Mizuki dans Hanazakari no kimitachi e).

Kisarazucatseye.jpg

La liste des acteurs croisés dans d'autres dramas ne s'arrête pas là : il y a aussi Abe Sadao, que j'avais trouvé un peu lourd dans le rôle de Donta (T&D). Là on reconnait bien le genre dans son personnage de Nekota mais ça passe quand même bien mieux. Le père de Bussan est joué par Kohinata Fumiyo, la "bonne tête un peu chauve" vue maintes fois et récemment dans SCANDAL et Hero. Il y a quand même quelques éléments féminins dans ce monde de mecs, mais il s'agit de personnages tout aussi barrés : on retrouve Morishita Aiko, l'excentrique mère de Makoto dans IWGP également croisée dans Ryûsei no Kizuna et T&D, ainsi que Sakai Wakana, brèvement vue dans IWGP mais aussi dans Watashitachi no Kyôkasho. Il y a aussi la très spéciale prof Mirei, jouée par Yakushimaru Hiroko (la mère d'Aya dans Ichi Rittoru..., aperçue aussi dans T&D). Et je n'oublierai pas, même s'il n'est que dans le dernier épisode, la présence d'un de mes chouchous : Tsumabuki Satoshi (Orange Days, Slow dance), qui figuera très sûrement dans la deuxième partie de mon top acteurs. Ah mais oui, on peut voir aussi Narimiya Hiroki dans un petit rôle.

La dose d'acteurs connus quoi, et même si on ne les connaît pas, on se rend vite compte qu'ils sont tous à la hauteur, tous aussi barrés les uns que les autres, et on se marre vraiment bien. Car c'est franchement très drôle : ça ne s'arrête jamais ou presque, et les quelques moments plus sérieux en relation avec la maladie de Bussan s'intègrent parfaitement, et ceci jusqu'à une fin complètement délirante à l'image des neuf épisodes. Oui, neuf seulement,c'est presque trop court ! Heureusement que deux films ont été faits après, vous pouvez être sûrs que je vais les regarder et en parler !

J'ai vraiment beaucoup aimé la façon dont le scénariste joue avec le temps, comme dans Tiger & Dragon : là aussi, on a une aventure différente par épisode, et l'on arrive à la conclusion sans connaître la totalité des événements qui ont conduit à celle-ci. Ca donne un sacré rythme, ça donne encore un côté plus déjanté aux histoires absurdes de la bande, c'est vraiment très bien fait. Et on s'en fout totalement que ce soit absurde : le n'importe quoi est complètement assumé et c'est pour ça que ça passe si bien. La bande sonore est vraiment sympa et parfait l'ambiance de la série, tout comme la chanson thème. Et j'adore quand la bande crée un groupe de musique avec son petit hymne punk !

Une série à voir absolument, non seulement pour bien se marrer mais aussi pour avoir en fond une petite réflexion sur la vie qui ne monopolise pas du tout l'histoire mais est bien présente.

12.06.2009

[Drama] Ryûsei no Kizuna

Titre japonais : 流星の絆

Nombre d'épisodes : 10

Diffusé en : Automne 2008

Chaîne de diffusion : TBS

Fiche : DramaWiki

 

J'ai repéré ce drama au moment où il a été diffusé au Japon à la fin de l'année dernière, et comme l'histoire me bottait bien, il a atterri sur ma liste. Bien sûr, le fait que je connaisse les trois acteurs principaux a aussi joué : je ne les adore pas forcément, mais du moins je ne les déteste pas.

J'ai tout de suite été surprise par le ton léger que pouvait prendre la série en contraste avec ce que laisse pressentir la trame principale : trois frères et soeur dont les parents ont été assassinés près de 15 ans auparavant et qui cherchent à retrouver le coupable, ce que la police n'a pas pu faire. Il y a donc encore une fois une histoire de meurtre, de vengeance, de famille. Ca m'a fait pensé à la fois à Byakuyakou, Sora kara furu ichioku no hoshi et Kurosagi. Mais le drama garde son ambiance bien à lui.

Et s'il m'a fait penser à Kurosagi, ce n'est pas seulement pour le côté vengeance mais plus pour le côté escroquerie : en effet, dans la première partie de la série, les trois frères et soeurs montent quelques affaires d'escroquerie. Et c'est super bien fichu ! Ce n'est pas la technique qui compte, mais la façon dont tout est mis en scène, à la façon d'un film, dont le héros est la victime, qui raconte son histoire en voix off. Ca donne vraiment du dynamisme à l'histoire,et le tout s'enchaîne bien quand on passe aux choses sérieuses.

Et pour ces "choses sérieuses", c'est plutôt bien fichu jsuqu'à la fin. Si j'ai assez vite vu qu'on cherchait un moment à nous mettre sur une fausse piste, je n'avais en revanche pas capté qui était le vrai coupable. Et quand on l'apprend enfin, je me suis dit d'un sens c'est un peu facile, mais bon ça tient la route, c'est le principal. Le seul truc que je pourrais reprocher, c'est l'utilisation d'un thème que je trouve un peu trop récurrent dans les dramas, anime et mangas, le fameux truc frère et soeur. Il est mon frère mais en fait non, elle est pas ma soeur mais en fait oui, bla bla bla. Je sais pas pourquoi les Japonais semblent faire une fixation sur le sister complex et tout le tintoin. Ca doit être parce que j'ai pas de frère que je comprends pas ^^.

ryuseinokizuna.png

Au niveau des acteurs, on retrouve tout d'abord Ninomiya Kazunari (Yamada Tarô Monogatari, Yasashii Jikan, Haikei CHichiue Sama), dans un rôle qui change un peu et que j'ai pas mal apprécié. Sa tête de petit garçon tranche avec son rôle d'aîné et le fait qu'il soit le plus calculateur de la bande, d'un sens c'est bizarre mais ça fonctionne bien. Ensuite, il y a Nishikido Ryo (Ichi Rittoru no namida, Last Friends) dans le rôle du second frère. Je n'ai pas trouvé le personnage particulièrement intéressant par rapport à la trame principale (il était pas vraiment convaincant quand il élevait la voix) mais par contre j'ai beaucoup aimé ses différentes métamorphoses dans les plans d'escroquerie.

Et pour compléter le trio, c'est Tôda Erika (Nobuta wo produce, Liar Game) qui joue la petite soeur. Son rôle changeait aussi un peu par rapport à ce que je connais d'elle : si elle avait encore l'air d'une petite fille gentille qui écoute ses grands frères, elle affirme son caractère et est plutôt convaincante dans les différents personnages qu'elle joue pour soutirer de l'argent à des hommes. Parmi ces hommes, il y a d'abord son ancien supérieur Takayama, joué par Kiritani Kenta et complètement barré dans son genre, j'ai bien aimé pour le côté comique. Celle que j'ai moins aimée pour le côté comique, c'est Nakashima Mika (Sagi). J'ai trouvé que son côté absurde ne collait pas avec le reste : c'était bien tenté, mais c'est trop en décalage, surtout qu'elle n'apporte vraiment rien à l'histoire.

Dans le rôle de flic, j'ai recroisé Miura Tomokazu, vu juste avant dans Sekai no chûshin de ai wo sakebu et auparavant dans Bara no nai hanaya. Le personnage est bien différent, et j'ai trouvé qu'il se débrouillait bien. Enfin, j'ai bien apprécié Kaname Jun dans le rôle du fils Togame, d'abord simple cible d'escroquerie du trio mais qui va se retrouve au coeur de l'histoire. Sous ses airs de gars naïf et tout gentil, il est pas du tout con et du coup le personnage est réussi.

Pour la musique enfin, j'ai eu le plaisir enfin de retrouver le compositeur Kono Shin, qui se débrouille encore une fois très bien. La chanson thème, presque obligé, c'est du Arashi. D'habitude je fais abstraction mais là, même si le drama a un côté très léger, j'ai trouvé quand même que ça cassait un peu l'ambiance. C'est pas mon truc, c'est tout ^^.

J'ai donc beaucoup apprécié ce drama qui a des qualités certaines et seulement de petits défauts, mais bizarrement je n'ai pas non plus été transcendée. Je ne sais pas si c'est parce que bien que les trois acteurs principaux se débrouillent bien, ils ne comptent pas parmi mes préférés. Toujours est-il que la façon dont le drame et la comédie y sont mélangés n'est pas forcément évidente mais est réussie, et qu'on ne s'ennuie pas. Ca suffit amplement pour conseiller de le regarder !

16.05.2009

[Drama] Karei naru ichizoku

Titre japonais : 華麗なる一族

Nombre d'épisodes : 10

Diffusé en : Hiver 2007

Chaîne de diffusion : TBS

Fiche : DramaWiki

 

J'ai déjà fait une note drama il y a à peine une semaine, mais il ne faut pas que j'attende plus longtemps pour parler de celui-ci, que j'ai terminé le week-end dernier et que j'ai absolument adoré. Ca, c'est dit ! J'ai repéré ce drama il y a déjà pas mal de temps parce que je connaissais quelques uns des acteurs qui y jouent, même s'ils n'avaient pas le rôle principal. Quand j'ai en plus remarqué plus récemment que celui qui avait le rôle principal c'était Kimura Takuya, que j'ai adoré dans Sora kara furu ichioku no hoshi et Hero, je n'ai plus hésité une seconde.

Même si je n'ai pas sauté au plafond dès le premier épisode, j'ai tout de suite énormément apprécié l'univers dans lequel se déroule l'histoire : Kôbe, fin des années 60, en pleine croissance économique, une riche famille à la tête d'un grand groupe industriel, et plus particulièrement d'une banque, que le père dirige, et d'une entreprise de métallurgie, dirigée par le fils aîné. C'est certes de l'histoire très récente, mais de l'histoire quand même (et qui cadre parfaitement avec ce que je viens d'apprendre en cours !), et l'ambiance de l'époque est appréciable. Les reconstitutions d'extérieur sont certes limitées (on est dans une série TV, pas un film à gros budget), mais ça suffit à créer un cadre parfait.

L'histoire se centre sur les ambitions de Teppei Manpyô, qui veut rendre l'acier japonais compétitif au niveau international, et de celles de son père, Daisuke, qui doit faire face à une prochaine restructuration du système bancaire japonais. Bien sûr, bien que de la même famille et du même groupe industriel, leurs objectifs ne sont pas compatibles, et des secrets de famille vont venir encore compliquer le tout, sans parler de la présence de la maîtresse de Daisuke, Aiko, reine de la maison. Les frères et soeur de Teppei vont aussi jouer un rôle non négligeable, en particluier son frère Ginpei. On a donc à la fois une fresque familiale et une histoire centrée sur l'économie, les deux se mélangeant parfaitement et apportant tour à tour des rebondissements qui tiennent en haleine jusqu'à la fin du dixième et dernier épisode.

Du côté du casting, c'est donc Kimura Takuya qui incarne Teppei et il est exceptionnel. Si je ne l'avais pas vu avant, c'est clair qu'il m'aurait forcément convaincu tellement il est dans le personnage, dès le départ et de plus en plus au fur et à mesure des épisodes, pour arriver à une fin grandiose. En face de lui, Kitaoji Kinya, qui joue Daisuke, n'est pas en reste et campe un chef de famille et d'entreprise (les limites ne sont jamais claires, et c'est un des points importants pour le personnage et toute l'histoire) aussi terrible que crédible. Entre les deux personnages, tout est dans le regard et l'expression du visage, et c'est franchement réussi.

kareinaruichizoku.jpg

Aiko est jouée par Suzuki Kyôka, qui interprète à merveille ce rôle de femme hautaine, cruelle et sûre d'elle (en apparence du moins). Mais, tout comme Daisuke n'a pas un rôle de simple méchant, on parvient assez à cerner son personnage, même si bien sûr on a bien envie de la taper ! J'ai trouvé que Ginpei, joué par Yamamoto Koji, était un personnage intéressant, qui va bien au-delà du simple rôle de fils à papa qui va prendre la succession. Sanae, la femme de Teppei, est jouée par Hasegawa Kyôko (Boku dake no madonna, Dragon zakura), que j'ai cette fois encore beaucoup aimée. Une petit rôle pour Aibu Saki (Zettai Kareshi, Utahime), qui joue Tsugiko, la benjamine de la famille, et aussi pour Yamada Yu, l'épouse de Ginpei, qui n'apparaît pas tant que ça mais que j'ai en fait plus appréciée que dans Binbou Danshi.

Du côté de la banque, on retrouve aussi Takeda Tetsuya, le flic de Byakuyakou, et du côté de l'aciérie, un petit rôle pour Narimiya Hiroki (qui est remonté dans mon estime depuis Sakuran, malgré Hachimitsu to Clover). Entre la famille, la belle-famille, les banques, les aciéries, les ministères, il y a vraiment beaucoup de monde, mais comme les réalisateurs ont eu la bonne idée de rappeller le nom et la "fonction " des personnages à chaque épisode, on n'a pas de mal à s'y retrouver. C'est sûr que le côté économie/industrie c'est pas forcément abordable, mais je pense quand même que c'est présenté très simplement, et moi ça m'a vraiment bottée. Au niveau visuel, j'ai apprécié les contrastes entre les scènes en ville, à l'usine, dans la propriété de la famille ou encore à la montagne.

Et last mais surtout pas least, la bande sonore est tout simplement géniale. Elle donne à la fois une ambiance d'époque, de tragique, de grandeur à la série. Elle est vraiment très présente, on dirait même trop si elle n'était pas réussie. On ne pouvait pas trouver mieux pour parfaire l'ambiance et rendre l'histoire si prenante. A la fin, j'ai vraiment pleuré comme une madeleine tellement c'est beau. On s'en doute bien un moment, oh il va se passer ça, oh là là, mais c'est tellement bien joué, tellement bien fait, et par-dessus ils mettent cette superbe musique, alors forcément, ichi rittoru no namida pendant la dernière demie-heure, quoi. Vraiment superbe cette fin, à la fois bonne et mauvaise, à la fois fermée et ouverte, parfaite.

Un univers très intéressant, des personnages nombreux, intéressants et bien - même superbement - interprétés, une musique excellente... Le combo parfait pour que ce drama figure dans le top que je ferai à la fin de l'année. KimuTaku qui était déjà dans mon top acteurs y reste définivement, et la musique ira aussi dans mon top OST ! A regarder d'urgence, même si c'est a priori pas votre genre de série !

1 2 3 4 Page suivante