Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26.10.2014

[Drama] Soredemo, ikite yuku

Titre japonais : それでも、生きてゆく

Nombre d'épisodes : 11

Diffusé en : Eté 2011

Chaîne de diffusion : Fuji TV

Fiche : DramaWiki

vlcsnap-2014-10-02-22h13m26s246_zpsf30e12f0.png

Ce drama diffusé le jeudi à 22h sur Fuji TV à l'instar de nombreuses séries de la chaîne qui font partie de mes préférées n'avait pas échappé à mon radar à ce moment encore performant lors de mon repérage de saison pour l'été 2011. Si les premiers échos n'avaient pas été des meilleures, j'avais ensuite pu lire des critiques très positifs sur plusieurs blogs d'amateurs de séries japonaises. Cela lui avait valu de bien monter en niveau de priorité dans ma liste de séries à voir. Entre ma grosse baisse de consommation depuis maintenant près de deux ans et ma légère réticence à regarder un drama qui s'annonçait être tout sauf une comédie, ce n'est qu'en début d'année que j'ai enfin regardé Soredemo, ikite yuku. Et aujourd'hui encore, j'en garde une impression très forte.

vlcsnap-2014-10-02-20h49m40s180_zpsb7883254.png

Le jour où Kenji, le fils aîné des Misaki, a tué Aki, la fille de 7 ans des Fukami, la vie des deux familles s'est effondrée. Quinze ans après les faits, Futaba, la petite soeur de Kenji, vient à la rencontre de Hiroki, le plus âgé des deux frères d"Aki. Cette rencontre va être le déclencheur d'une série d'événements qui va, non sans douleur, mener chacune des personnes concernées par le drame à pouvoir recommencer à avancer.

vlcsnap-2014-10-02-22h29m35s174_zps4f03f588.png

Hiroki est du même âge que Kenji et était ami avec lui. Le jour du drame, il a refusé de jouer avec sa soeur, la laissant seule. Pour ces raisons, il se sent responsable de ce qui est arrivé. Ce choc indélébile survenu pendant son adolescence a fait de lui un jeune adulte maladroit dans ses relations avec les autres. Il vit presque reclus avec son père au bord d'un petit lac et l'aide à faire tourner sa petite boutique. Eita prouve encore une fois son talent et est aussi crédible que touchant.

vlcsnap-2014-10-02-22h26m11s10_zps6f743e29.png

Futaba était proche de son frère Kenji. Elle souhaite le revoir pour qu'il explique son acte, et semble même encore espérer en quelque sorte qu'il soit innocent. N'ayant pu tisser de liens avec personnes à cause de son étiquette de soeur de criminel  qui semble indélébile, elle est aussi solitaire que Hiroki. Mitsushima Hikari est on ne peut plus juste dans ce rôle, et forme avec Eita un duo central qui fonctionne parfaitement.

Fukami Kyôko, la mère de Hiroki, Kôhei et Aki, pourrait sembler au premier abord avoir surmonter la mort de sa fille. Si elle a divorcé du père de ses enfants suite au drame, elle vit aujourd'hui calmement avec son deuxième fils et sa famille composée de sa femme, son jeune fils et son beau-père (Danta Yasunori). On se rend cependant rapidement compte que sa peine la ronge de l'intérieur et que la haine exprimée envers celui qui lui a pris sa fille et toute sa famille n'a rien pu faire pour l'apaiser. Otake Shinobu est bouleversante, et j'ai déjà eu l'occasion de la revoir dans un autre rôle qui m'a aussi montré qu'elle est une grande actrice.

vlcsnap-2014-10-02-22h19m06s9_zps8131851d.png

Le divorce des Fukami a également causé l'éloignement de leurs deux fils. Hiroki a donc choisi de vivre avec son père, et Kôhei (Tanaka Kei) est resté avec sa mère. On voit qu'il a joué auprès d'elle un rôle de protecteur, et il ne voit pas d'un bon oeil les changements amenés par la rencontre entre Hiroki et Futaba car il semble convaincu qu'il vaut mieux pour sa mère que rien ne change. Deux fils, et deux manières de voir la situation mais avec la même volonté de tenter d'apaiser la douleur de leur mère.

vlcsnap-2014-10-02-22h35m51s159_zps26de7ba9.png

vlcsnap-2014-10-02-22h26m53s144_zps1d5a518a.png

Fukami Katsuhiko (Emoto Akira), le père d'Aki, n'a même pas comme sa femme eu la force de se construire une façade tellement il est rongé par la culpabilité et la stupeur qu'un adolescent de l'âge d'un de ses fils ait pu s'en prendre à sa fille.

vlcsnap-2014-10-02-20h51m37s43_zpsb8192cd0.png

La famille Misaki a elle aussi en quelque sorte perdu un enfant lors du drame d'il y a quinze ans, et chaque jour passé leur a durement rappelé ce qu'avait fait leur fils. Ils ont changé de nom (en divorçant puis se remariant en choisissant le nom de l'épouse, Tôyama), mais cela n'a pas suffit à ce que l'on ne les reconnaisse pas. Aux yeux d'une société où l'unité d'un groupe est si importante, qu'il s'agisse d'une entreprise, d'une classe d'école ou d'une famille, ils sont autant responsables que leur fils. Mais que peuvent-ils bien faire ? S'excuser ? De quoi sont-ils responsables au bout du compte ? A quoi bon, puisque ça ne ramènera pas Aki ?

vlcsnap-2014-10-02-22h26m03s152_zps09a866d5.png

vlcsnap-2014-10-02-22h27m52s222_zpsc29fd7a6.png

Fubuki Jun et Tokito Saburo sont l'un comme l'autre dans le rôle de ce couple victime de la société, qui tentent tant bien que mal de vivre au gré des déménagements et des emplois précaires. La petite dernière de la famille, Akari (Fukuda Mayuko, qui a grandi !), montre l'absurdité du traitement infligé aux Misaki/Tôyama : elle était encore dans le ventre de sa mère au moment du drame, et pourtant, en tant que soeur du meurtrier, elle est dans le même bateau et subit les mêmes discriminations. La situation de la famille n'a pas été sans me rappeler le drama Suitei Yûzai, ou est évoquée entre autres la manière dont est vue par la société la fille d'un condamné.

vlcsnap-2014-10-02-22h33m20s149_zpsbda96535.png

On apprend que Kenji, celui qui est à l'origine de tout, est sorti depuis quelque temps de la maison de redressement où il a purgé sa peine, étant mineur au moment des faits. Il travaille maintenant chez un producteur de fruits qui aide à la réinsertion des jeunes, et porte désormais le nom d'Amemiya. Il ne semble pas souhaiter revoir sa famille et n'a plus de contacts avec elle.

C'est Kazama Shunsuke qui tient le rôle de Kenji, et j'ai eu un peu de mal avec son interprétation. Je le connais à peine, je l'ai juste aperçu dans Jun to Ai, drama que je n'ai pas du tout apprécié (comme je l'ai raconté dans ces quelques lignes), mais où ce n'était pas vraiment lui le problème. Kenji est un personnage qui met mal à l'aise et il serait étonnant qu'il n'en soit pas autrement, c'est certain. On essaie nous aussi de comprendre ce qui se passe dans sa tête et si on peut le comprendre à défaut de le pardonner, mais cela n'a rien d'évident. Et si on n'arrive pas à cerner le personnage, c'est parce que l'acteur en fait trop, ou pas assez. Les deux en fait. Enfin, Kenji est aussi le personnage concerné par le seul point du scénario qui m'a un peu dérangée. Une fois n'est pas coutume, je vais spoiler sur ce point donc j'écris le paragraphe suivant en blanc. Ceux qui n'ont pas peur surligneront le texte avec leur souris :).

On finit par comprendre que c'est un trouble mental qui a conduit Kenji à faire ce qu'il a fait. Cependant, vu ce qu'on nous dévoile à propos de ses parents et de son enfance et la façon dont cela interfère, on a l'impression que c'est uniquement cela qui est à l'origine de sa maladie, et qu'il ne serait pas devenu un criminel s'il avait été un enfant sans histoire. Je trouve ce raccourci un peu gros, il peut amener certains à croire que n'importe quel trouble mental est causé par l'entourage d'un enfant. Cela peut sûrement être un déclencheur, mais il faut qu'il y ait quelque chose à la base.

vlcsnap-2014-10-02-20h59m47s69_zps328cbe12.png

Différents personnages évoluent autour de Kenji sur son lieu de vie et de travail. L'un d'eux et bien évidemment son patron, Kusama Gorô, qui prend sa défense lorsqu'on reproche son passé au jeune homme. L'acteur Ono Takehiko est dans le surjeu un peu typique des hommes d'un certain âge, mais on ne le remarque que parce que le jeu des autres acteurs est excellent dans l'ensemble.  Saho (Andô Sakura), la collègue de Kenji, n'a pas l'air d'être un ange. Elle se méfie de lui et se montre assez dure.

vlcsnap-2014-10-02-22h48m33s50_zps268de57a.png

vlcsnap-2014-10-02-22h16m40s167_zpsdba89461.png

Je termine le passage en revue des personnages avec Satsuki (Kurashina Kana), une jeune femme que Hiroki et Futaba vont rencontrer et à travers laquelle est traitée la question de la condamnation des mineurs. Un garçon de 15 ans est assez grand pour comprendre que tuer est un crime. Pourtant, il n'est pas puni de la même manière qu'une personne majeure. Cela peut encore plus porter à débat dans un pays où la majorité est à 20 ans et où comme on l'a vu, la famille est jugée responsable comme si elle avait commis l'acte elle-même.

vlcsnap-2014-10-02-22h17m26s88_zps573585e5.png

On a le droit de se demander ce qu'on peut bien nous raconter sur 11 épisodes alors que dès le départ, le drame dont il est question est passé depuis bien longtemps. Qu'il y a-t-il à dire au juste ? Hé bien énormément de choses, comme vous avez sûrement déjà pu l'entrevoir à travers la présentation des différents personnages. Il ne s'agit pas de les regarder à longueur d'épisode pleurer et se lamenter sur leur sort, mais de les voir enfin, petit à petit, parler, dire ce qui les ronge à ceux qui sont eux aussi concernés par le drame, dans leur propre famille ou aux autres, l'autre famille, ceux qui devraient rester nos ennemis, ceux qu'on pensait qu'il suffirait de détester de toutes ses forces pour que la peine parte enfin, ceux qui devraient payer, alors qu'ils n'ont jamais demandé à ce que tout cela arrive.

Mais au bout du compte, d'un côté comme de l'autre, on est victime. Les uns ont la sympathie des gens et s'en moquent parce que cela ne ramènera pas celle qu'on leur a enlevé de manière si ignoble. Les autres sont traités comme des pestiférés qui devraient passer le reste de leur existence à s'excuser alors que ça non plus, ça ne changera rien. Par l'extériorisation de ses sentiments, de sa part de culpabilité, par l'écoute et la compréhension de l'autre, pourtant, chacun va pouvoir avancer un peu.

vlcsnap-2014-10-02-22h30m26s235_zps6c7e9efa.png

vlcsnap-2014-10-02-22h16m07s21_zps6587bec1.png

Autour des deux personnages principaux dont la rencontre est déjà si improbable, Sakamoto Yûji (à qui l'on doit entre autre le poignant Mother) met en scène au fil des épisodes d'autres rencontres, à la fois redoutées et recherchées, entre les membres des familles Fukami et Misaki. Tout se joue sur des dialogues d'une finesse et d'une authenticité telles qu'ils ne peuvent que captiver et toucher le spectateur.

On est dans le drame, mais on est aussi dans le quotidien, et c'est parce que Soredemo, ikite yuku rend très bien cela qu'il est si crédible . Les protagonistes sont des gens comme les autres, pas des héros ou des stars. Ils peuvent être mal coiffés et mal habillés. Ils ne sont pas définis uniquement par le drame qui les a touchés. C'est pour cette raison que le drama n'est pas du tout dénué d'humour. En raison de leur maladresse, Hiroki et Futaba se retrouvent plusieurs fois dans des situations tout à fait drôles. Tout ça s'intègre parfaitement dans l'histoire et présage de cette lumière que l'on veut voir au bout du tunnel, pas une lumière aveuglante, mais une lueur d'espoir.

vlcsnap-2014-10-02-21h01m13s197_zpsce921719.png

Cette lueur d'espoir apparait aussi dans les images du drama : les personnages évoluent dans un décor largement non-urbain, et une grande importance est accordée aux paysages, qui bénéficient de plans réguliers. Le lac au bord duquel habite Hiroki, les montagnes de Yamanashi... ce sont les hommes le sujets, pas la nature, mais sa présence est apaisante. Les couleurs parfois un peu saturées donnent un côté ancien et nostalgique à l'ensemble.

vlcsnap-2014-10-02-22h21m36s253_zpsa0ac8536.png

La bande sonore de Soredemo ikite yuku a été composée  et en partie interprétée par le pianiste et compositeur Tsujii Nobuyuki. Le thème principal, déclinée en une multitude de version (piano, orchestre, guitare, différents tempos), commence sur une mélodie triste qui se transforme ensuite en envolée pleine d'espoir (en jouant il me semble sur une dominante mineur puis majeur). Cela convient évidemment parfaitement au thème de la série. Utilisée à bon escient, la musique remplit son rôle à la perfection. J'ai beaucoup aimé les versions guitare, qui apportent vraiment un plus à l'ambiance orchestre/piano très habituelle. Outre les compositions originales, l'OST contient des interprétations de Chopin et Rachmaninov.

La chanson thème du drama, utilisée dans le générique de début, est interprétée par Oda Kazumasa et est tout simplement magnifique. Le nom du chanteur m'était inconnu, et je ne suis pas certaine qu'il fasse le genre de musique que j'apprécie, mais cette chanson est parfaite. Une voix remplie d''émotion, une mélodie nostalgique mais pleine d'optimisme, toute l'ambiance du drama est posée !

Dénué de la noirceur de Shokuzai, prenant un drame pour point de départ et non comme destination finale sans issue comme Home Drama, Soredemo ikite yuku n'a rien d'un mélodrame larmoyant. Avec ses dialogues si bien écrits et ses personnages criants de vérité, il expose avec une grande finesse les différents aspects d'un drame familial. Sans cacher les failles multiples des êtres humains, il se veut optimiste. Notre empathie est sollicitée mais on ne cherche pas à nous faire déprimer. Il ressort de toutes ces émotions, de ces images et de ces mélodies une grande beauté, que les petits défauts que j'ai relevés ne parviennent pas à gâter.

16.03.2013

[Drama] Koori no sekai

Titre japonais :  氷の世界

Nombre d'épisodes : 11

Diffusé en : Automne 1999

Chaîne de diffusion : Fuji TV

Fiche : DramaWiki

 

Dans ma quête de "vieux" drama, je suis tombée sur cette série de 1999 réunissant Matsushima Nanako et Takenouchi Yutaka dans un registre mystérieux et dramatique. Je me suis tout de suite dit que ça pouvait donner du bon, et je l'ai mise au chaud sur ma liste. Entre-temps, et comme ça arrive souvent pour les drama d'un certain âge qu'il affectionne, l'ami Asa a vu le drama et a écrit un avis globalement bien positif dessus. 

 drama,série,japon,fuji tv,automne 1999,koori no sekai,takenouchi yutaka,matsushima nanako,nakamura toru,uchida yuki,katase nana,nakajima tomoko,kaneko ken,matsuo reiko,kimura tae,tanihara shosuke,oikawa mitsuhiro

La mort apparemment accidentelle d'une jeune professeur, Sonoe, amène Hirokawa Eiki, qui travaille pour une compagnie d'assurances vie, à s'intéresser à une des collègues de la défunte, Egi Tôko. Cette jeune femme froide et mystérieuse qui a perdu récemment son fiancé Hisamatsu dans des circonstances peu claires semble en effet mêlée à une sombre histoire de tentative d'escroquerie à l'assurance. Alors qu'Eiki, persuadé que Tôko est coupable de bien des choses, fait des pieds et des mains pour savoir tout ce qu'il peut, la police commence à trouver la mort de Sonoe suspecte et l'inspecteur Ujô va lui aussi s'intéresser à Tôko. Par la suite, d'autres événements vont rendre la jeune prof de bio encore plus suspecte. Eiki joue à un jeu bien dangereux, mais complètement sous le charme de Tôko, il ne parvient pas à s'arrêter, même si l'on devine déjà que les choses ne vont sûrement pas bien se terminer pour lui.

drama,série,japon,fuji tv,automne 1999,koori no sekai,takenouchi yutaka,matsushima nanako,nakamura toru,uchida yuki,katase nana,nakajima tomoko,kaneko ken,matsuo reiko,kimura tae,tanihara shosuke,oikawa mitsuhiro

drama,série,japon,fuji tv,automne 1999,koori no sekai,takenouchi yutaka,matsushima nanako,nakamura toru,uchida yuki,katase nana,nakajima tomoko,kaneko ken,matsuo reiko,kimura tae,tanihara shosuke,oikawa mitsuhiro

Takenouchi Yutaka (Fumo chitaiBOSSBeach boysNingen no shômeiNagareboshi...) est sans surprise très convaincant dans le rôle d'Eiki. Il exprime parfaitement le caractère tenace du jeune homme, qui donne parfois plus l'impression de harceler Egi Tôko plutôt que de mener une enquête. Matsushima Nanako (Majo no jôkenGreat Teacher OnizukaHyakunen no monogatariKaseifu no MitaLucky Seven...) est elle aussi parfaite, et sans la classe et le naturel de l'actrice, le personnage de Tôko serait peut-être trop difficile à cerner tellement tout est fait pour le rendre mystérieux, car les histoires d'assurance à laquelle elle est mêlée remontent apparemment très loin, jusqu'à un drame de son enfance. Les deux acteurs forment un duo brillant : on sent la tension entre leurs deux personnages dès la première rencontre, il y a vraiment une bonne alchimie.

Nakamura Tooru (Nemureru moriSuitei yuuzai) incarne le flic Ujô. On devine rapidement qu'il n'est pas un gars facile au boulot, et il se trouve qu'il est aussi particulièrement infect sur le plan personnel. Il est en pleine séparation avec sa femme (incarnée par Nakajima Tomoko, douée pour créer l'ambiguïté), et si le comportement de celle-ci est d'abord difficile à cerner, on se rend compte qu'elle ne fait pas juste un petit caprice en voulant quitter son mari. C'est sûrement le meilleur rôle dans lequel j'ai vu l'acteur, pour qui j'ai toujours eu quelques réserves même s'il est plutôt classe.

drama,série,japon,fuji tv,automne 1999,koori no sekai,takenouchi yutaka,matsushima nanako,nakamura toru,uchida yuki,katase nana,nakajima tomoko,kaneko ken,matsuo reiko,kimura tae,tanihara shosuke,oikawa mitsuhiro

drama,série,japon,fuji tv,automne 1999,koori no sekai,takenouchi yutaka,matsushima nanako,nakamura toru,uchida yuki,katase nana,nakajima tomoko,kaneko ken,matsuo reiko,kimura tae,tanihara shosuke,oikawa mitsuhiro

drama,série,japon,fuji tv,automne 1999,koori no sekai,takenouchi yutaka,matsushima nanako,nakamura toru,uchida yuki,katase nana,nakajima tomoko,kaneko ken,matsuo reiko,kimura tae,tanihara shosuke,oikawa mitsuhiro

J'ai été contente de revoir Uchida Yûki, après l'avoir découverte dans (Saigo kara nibanme no koi, dans le rôle de Shôno Tsukiko, la petite amie flic d'Eiki. D'abord assignée à la circulation, la jeune femme va évoluer dans la police et sans surprise se retrouver mêlée à l'affaire qui occupe tout le monde. J'ai bien aimé le personnage, et c'est pour ça que je n'ai pas apprécié ses actions dans la dernière partie de l'histoire : j'ai trouvé que cela de cadrait pas avec son caractère déterminé et indépendant.

On trouve plusieurs personnages dans l'entourage de Tôko qui vont jouer un rôle plus ou moins important dans l'histoire. Il y a d'abord Shôgo (Kaneko Ken), ami d'université de Tôko et du défunt Hisamatsu. Les choses sont claires dès qu'on le voit : il est amoureux de la jeune femme. Donc même s'il semblait beaucoup admirer Hiramatsu, il fait quand même partie de ceux qui avaient un intérêt à le voir disparaître. Sa jeune soeur Nanami, incarnée par Katase Nana (Dekichatta kekkonKaeru no oujo sama), a elle une petite dent contre Tôko car elle était amoureuse de Hiramatsu. C'est plus du triangle, c'est du carré amoureux oui ^^.

drama,série,japon,fuji tv,automne 1999,koori no sekai,takenouchi yutaka,matsushima nanako,nakamura toru,uchida yuki,katase nana,nakajima tomoko,kaneko ken,matsuo reiko,kimura tae,tanihara shosuke,oikawa mitsuhiro

drama,série,japon,fuji tv,automne 1999,koori no sekai,takenouchi yutaka,matsushima nanako,nakamura toru,uchida yuki,katase nana,nakajima tomoko,kaneko ken,matsuo reiko,kimura tae,tanihara shosuke,oikawa mitsuhiro

Le Hiramatsu en question, que l'on voit régulièrement dans des flashbacks, est lui joué par Oikawa Mitsuhiro (Yama onna kabe onnaManhattan love storyKoi ga shitai x3OyajiShiroi kyoto). Parmi les autres personnages faisant partie du passé de Tôko, il y en a un qui est incarné par Tanihara Shôsuke (Love ShuffleKiraware Matsuko no isshoKonkatsu!Magerarenai onna...). Enfin, Sonoe, la collègue de Tôko qui meurt au début de l'histoire, est incarnée par Kimura Tae (Ame to yume no ato niUnfairHotaru no hikari 2). Je finirai ce tour d'horizon des personnages avec Hitomi (Matsuo Reiko), qui tient le bar où les personnages principaux se rendent souvent et qui, bien que taciturne, est témoin de nombreuses confidences.

 3201158859.png

 drama,série,japon,fuji tv,automne 1999,koori no sekai,takenouchi yutaka,matsushima nanako,nakamura toru,uchida yuki,katase nana,nakajima tomoko,kaneko ken,matsuo reiko,kimura tae,tanihara shosuke,oikawa mitsuhiro

drama,série,japon,fuji tv,automne 1999,koori no sekai,takenouchi yutaka,matsushima nanako,nakamura toru,uchida yuki,katase nana,nakajima tomoko,kaneko ken,matsuo reiko,kimura tae,tanihara shosuke,oikawa mitsuhiro

Si je n'ai aucun vrai reproche à faire au drama, il est évident que je n'ai pas réussi à accrocher complètement car j'ai trouvé que dès le départ, on en faisait un peu trop pour essayer de nous plonger dans l'ambiance mystérieuse de l'histoire. Le procédé du flash-forward qui montre en gros ce qui se passe à la fin de l'histoire dans la toute première scène du tout premier épisode, d'habitude c'est rare que ça me gêne. Mais là, je trouve que cette scène où l'on voit le héros blessé se noyer revient un peu trop souvent par la suite, et j'ai eu l'impression qu'on nous martelait : Alors, comment est-ce qu'on va en arriver là ? Est-ce que ça va vraiment se passer comme ça ?

J'ai trouvé que la façon dont Eiki et les autres personnages soupçonnaient Tôko était un peu trop forcée. Il y a quelque chose qui cloche chez elle, c'est sûr, mais pas de quoi en faire autant. Elle est là parce qu'il faut un personnage énigmatique, et elle se tait parce qu'il ne faut pas qu'on sache tout tout de suite. Le scénario fait qu'un coup on la croit coupable, un coup on la croit innocente. Je ne vais pas prétendre que ce jeu ne fonctionne pas, mais bon elle cumule un peu trop quand même la pauvre question drames du passé. Par contre, la façon dont d'autres personnages sont tour à tour soupçonnés n'est pas très subtile. Une fois qu'on sait qu'au bout du compte telle personne n'était pas coupable, on se demande du coup pourquoi elle agissait bizarrement. Juste parce qu'il fallait qu'on la soupçonne, quoi.

drama,série,japon,fuji tv,automne 1999,koori no sekai,takenouchi yutaka,matsushima nanako,nakamura toru,uchida yuki,katase nana,nakajima tomoko,kaneko ken,matsuo reiko,kimura tae,tanihara shosuke,oikawa mitsuhiro

drama,série,japon,fuji tv,automne 1999,koori no sekai,takenouchi yutaka,matsushima nanako,nakamura toru,uchida yuki,katase nana,nakajima tomoko,kaneko ken,matsuo reiko,kimura tae,tanihara shosuke,oikawa mitsuhiro

L'ambiance créée par les tons de couleur dans l'ensemble froids ainsi que par l'OST signé Iwashiro Tarô (Ningen no shômei, Watashitachi no kyôkasho) est réussie et efficace, mais elle n'a pas suffit à ce que je me prenne complètement au jeu et que j'accepte de ne pas voir les ficelles parfois un peu grosses. Et puis pour ce qui est de la fin, c'est franchement un peu trop et ce n'est plus vraiment crédible. En fait, je me disais que mon manque d'adhésion me rappelait l'impression que m'avait laissé Nemureru mori. Et ça n'est pas pour rien : les deux drama, distants de tout juste un an, ont un scénario signé Nozawa Hisashi. Qui a aussi écrit ceux de Aoi tori et Saka no ue no kumo, qui n'ont franchement rien à voir ^^.

Si l'OST est donc dans l'ensemble efficace, je n'ai pas du tout accroché au style de la chanson de l'opening. La mélodie en elle-même a un côté rétro pas si mal, mais j'aime pas du tout le style de voix du chanteur. Enfin, c'est toujours mieux que l'insert song car on nous sert du... Céline Dion. Donc non désolée moi je peux pas, ça plombe l'ambiance dramatico-romantique plus qu'autre chose.

drama,série,japon,fuji tv,automne 1999,koori no sekai,takenouchi yutaka,matsushima nanako,nakamura toru,uchida yuki,katase nana,nakajima tomoko,kaneko ken,matsuo reiko,kimura tae,tanihara shosuke,oikawa mitsuhiro

drama,série,japon,fuji tv,automne 1999,koori no sekai,takenouchi yutaka,matsushima nanako,nakamura toru,uchida yuki,katase nana,nakajima tomoko,kaneko ken,matsuo reiko,kimura tae,tanihara shosuke,oikawa mitsuhiro

Malgré son interprétation dans l'ensemble très réussie et son ambiance qui se veut intrigante et sombre, Koori no sekai n'est pas parvenu à me passionner. Il manque clairement ce quelque chose qui en fait un coup de coeur et qui aurait permi d'oublier les petites exagérations du scénario. Je ne peux pas prétendre m'être ennuyée, mais je n'ai pas du tout eu non plus envie d'enchaîner les épisodes, alors que le genre de la série s'y prête tout à fait. Pour moi, ce n'est pas un incontournable, mais vous souhaiterez sûrement vous faire votre propre avis si vous êtes adepte de mystères ou fan des acteurs principaux.

31.10.2012

[Drama] Last Christmas

Titre japonais :  ラストクリスマス

Nombre d'épisodes : 11

Diffusé en : Automne 2004

Chaîne de diffusion : Fuji TV

Fiche : DramaWiki

 

3318294232.jpg

C'est grâce à l'article d'Ageha que j'ai découvert ce drama qui m'était complètement inconnu, et sa bonne critique m'a décidée à le placer dans mon top de drama qu'on m'a donné envie de voir. Comme il s'est passé pas mal de temps jusqu'à ce que je me décide à me lancer, je ne me souvenais quasiment pas de quoi il s'agissait, et à peine de quels acteurs on pouvait y voir. J'ai donc commencé mon visionnage avec peu d'a priori, et j'ai été très agréablement surprise par cette romance

Haruki Kenji travaille Chez Heart Sports, une entreprise d'articles de sport, et plus précisément dans la branche dédiée aux sports d'hiver. Son patron, Shintani Gorô, est aussi un ami de longue date. Il semble très intéressé par sa nouvelle secrétaire, Aoi Yuki. Au retour d'un voyage d'affaires en Nouvelle-Zélande, Kenji va avoir la surprise de voir emménager la secrétaire en question dans son immeuble. Dans l'appartement juste à côté même, qui communique avec le sien par une porte à peine condamnée.

drama,série,japon,last christmas,fuji tv,automne 2004,oda yuji,yada akiko,moriyama mirai,tamaki hiroshi,katase nana,ihara tsuyoshi,megumi,sakurai sachiko,tamaru maki,kanno yugo

La rencontre avec cette jeune femme qui montre un caractère plus qu'affirmé en dehors du travail et qui semble collectionner les aventures va être assez explosive, et va évidemment amener nos deux protagonistes à l'insu de leur plein gré vers une jolie histoire d'amour. Mais il va bien sûr y avoir quelques détours et les triangles amoureux vont être de la partie. Kenji va également apprendre, bien que Yuki cherche à le cacher, que celle-ci a été gravement malade et qu'il existe une probabilité qu'elle fasse une rechute.

Je ne gardais pas un si bon souvenir d'Ôda Yûji, que j'avais vu uniquement dans Joudan ja nai!, non pas parce qu'il y était mauvais, mais parce que le drama en lui-même n'était pas terrible. J'ai été très agréablement surprise à la fois par le naturel de l'acteur et par son personnage : Haruki Kanji est tout simplement l'un des personnages masculins les plus sympathiques que j'ai pu voir dans une romance. Il a beaucoup d'humour, il a du tact, il ne met pas trois plombes à réaliser ce qui se passe, il ne prétend pas que si les relations amoureuses sont compliquées c'est juste parce que les femmes sont incompréhensibles, il se donne à fond dans son boulot parce qu'il aime ce qu'il fait, et il utilise du basilic frais pour cuisiner. Si ça ne se rapproche pas de la perfection, ça ! ^^

drama,série,japon,last christmas,fuji tv,automne 2004,oda yuji,yada akiko,moriyama mirai,tamaki hiroshi,katase nana,ihara tsuyoshi,megumi,sakurai sachiko,tamaru maki,kanno yugo

drama,série,japon,last christmas,fuji tv,automne 2004,oda yuji,yada akiko,moriyama mirai,tamaki hiroshi,katase nana,ihara tsuyoshi,megumi,sakurai sachiko,tamaru maki,kanno yugo

Yada Akiko, qui jouait les filles de bonne famille dans Shiroi kyoto et qu'on peut également apercevoir dans Hungry! interprète le rôle d'Aoi Yuki, personnage tout aussi sympathique. La jeune femme ne semble plus vouloir s'engager dans une relation sérieuse pour éviter d'être blessée, et préfère se contenter de relations "utiles". Pourtant, elle est amoureuse de quelqu'un qui en aime une autre. Kenji va la soutenir pour avancer dans cette histoire compliquée, même si on se doute que l'issue ne sera pas forcément heureuse. De son côté, Yuki va aussi encourager Kenji dans ses amours. Derrière son tempérament énergique et ses airs de ne se soucier de rien, Yuki cache une grande peur envers l'avenir. Les sentiments du personnage sont transmis de façon très juste au spectateur.

L'alchimie entre les deux principaux protagonistes est excellente, et ça c'est vraiment un critère essentiel dans une comédie romantique. C'est un vrai bonheur de voir notre duo se chamailler, se dévoiler l'un à l'autre, devenir de plus en plus complices, et évidemment tenter de se convaincre chacun qu'ils ne sont rien de plus que voisins, collègues ou amis. Tour à tour drôles ou atendrissants, ils sont toujours justes et crédibles, et assurent la continuité entre les différents aspects du drama.

drama,série,japon,last christmas,fuji tv,automne 2004,oda yuji,yada akiko,moriyama mirai,tamaki hiroshi,katase nana,ihara tsuyoshi,megumi,sakurai sachiko,tamaru maki,kanno yugo

Au travail, Kenji et Yuki sont entourés par quelques personnages hauts en couleurs, à commencer par leur patron, Shintani Gorô. Fils du big big boss, Gorô est un grand enfant qui a un côté très naïf, s'enflamme dès qu'une femme lui plaît et est adepte des jeux de mots foireux (otsukare rice/curry rice étant son préféré). Un peu lourd mais pas trop, ses subordonnés se moquent gentiment de lui dans son dos. Le personnage, interprété par Ihara Tsuyoshi, remplit son rôle humoristique à la perfection sans tomber dans l'exagération, et sa présence s'avère aussi importante dans d'autres situations.

Higaki Naoya, concepteur de produits de Heart Sports, est très sûr de lui et n'a pas peur de le faire savoir aux autres. Persévérant dans son travail, il l'est aussi en amour : cela fait quatre ans qu'il est amoureux de Ritsuko et qu'il la poursuit. Est-ce vraiment un amour à sens unique ou va-t-il enfin parvenir à ses fins ? Tamaki Hiroshi (Nodame cantabileShikaotoko aoniyoshiItoshi kimi eLove ShuffleGuilty) prend ses petits airs hautins et est efficace dans ce rôle. Et on dirait vraiment que c'est rare qu'il ait une coupe de cheveux potable :p.

drama,série,japon,last christmas,fuji tv,automne 2004,oda yuji,yada akiko,moriyama mirai,tamaki hiroshi,katase nana,ihara tsuyoshi,megumi,sakurai sachiko,tamaru maki,kanno yugo

drama,série,japon,last christmas,fuji tv,automne 2004,oda yuji,yada akiko,moriyama mirai,tamaki hiroshi,katase nana,ihara tsuyoshi,megumi,sakurai sachiko,tamaru maki,kanno yugo

Ritsuko collabore avec Heart Sports pour le design de produits comme les planches de surf. Il y a plusieurs années, l'homme qu'elle aimait est décédé, et elle a décidé qu'elle n'aimerait plus personne d'autre. Si les apparations du personnage ne sont pas si nombreuses, j'ai trouvé que Katase  Nana (Dekichatta kekkonKaeru no oujo sama) transmettait bien les doutes du personnage.

Qui dit drama se déroulant dans un univers professionnel, dit forcément présence d'une jeune recrue. Dans le cas présent, il s'agit de Hayama Tappei, qui se fait malmener par Takase, une des secrétaires de l'entreprise. Moriyama Mirai (Itoshi kimi eShokuzai) sait rendre son personnage sympathique et a beaucoup plus de présence que la plupart des acteurs qui ont tout juste la vingtaine.

drama,série,japon,last christmas,fuji tv,automne 2004,oda yuji,yada akiko,moriyama mirai,tamaki hiroshi,katase nana,ihara tsuyoshi,megumi,sakurai sachiko,tamaru maki,kanno yugo

C'est Megumi (PrideLiar game 2) qui incarne Takase Ayaka, qui est en apparence une manipulatrice d'hommes. Issue d'une famille modeste, elle ambitionne de se marier avec un homme ayant une bonne situation. Mais entre mariage d'intérêt et mariage d'amour, son coeur va balancer. Enfin, parmi les employés de Heart Sports, il y a Sudô Kyôko, la jeune femme pour qui Hayama en pince. Même si ce n'est que pour quelques apparitions, j'étais contente de retrouver Tamaru Maki (Second virginCarnation).

En dehors de Heart Sports, on va retrouver deux femmes dans l'entourage de Kenji, qui correspondent à deux "profils" que l'on retrouve souvent dans les romances. La première, Sachiko, aka Sally, est une amie d'enfance que Kenji n'avait pas vu depuis longtemps. En tant qu'animatrice de la radio J-wave, elle a une certaine notorité (petite parenthèse, c'est marrant car pendant que je regardais le drama je suis allée à un mini-concert diffusé sur cette radio et un des animateurs était présent ^^). C'est Ryô (Zeni gebaRyûsei no KizunaKonkatsu!Sexy voice and RoboBitter sugar) qui incarne Sally, et comme d'habitude l'actrice s'en sort très bien.

drama,série,japon,last christmas,fuji tv,automne 2004,oda yuji,yada akiko,moriyama mirai,tamaki hiroshi,katase nana,ihara tsuyoshi,megumi,sakurai sachiko,tamaru maki,kanno yugo

drama,série,japon,last christmas,fuji tv,automne 2004,oda yuji,yada akiko,moriyama mirai,tamaki hiroshi,katase nana,ihara tsuyoshi,megumi,sakurai sachiko,tamaru maki,kanno yugo

La seconde femme qui, on se doute, va convoiter le coeur de notre héros, est Hiromi, qui n'est autre que la petite amie qui l'a quittée un an auparavant alors qu'ils allaient se marier. C'est Sakurai Sachiko (Sekai no chûshin de ai wo sakebuKono yo no hate) qui tient le rôle. Je n'ai pas réussi à avoir de la sympathie pour Hiromi, et elle est à l'origine des événements que j'ai le moins appréciés dans la série, dans le sens où on sentait un peu trop que cela survenait exprès pour mettre des bâtons dans les roues à Kenji. Mais ce n'est pas bien méchant, et ça se remarque justement parce que le reste passe si bien ^^.

drama,série,japon,last christmas,fuji tv,automne 2004,oda yuji,yada akiko,moriyama mirai,tamaki hiroshi,katase nana,ihara tsuyoshi,megumi,sakurai sachiko,tamaru maki,kanno yugo

Un duo principal super attachant, des personnages secondaires dans l'ensemble très réussis et dont les histoires sont elles aussi bien développées, rien de tel pour nous faire accrocher tout de suite au drama et le suivre avec enthousiasme épisode après épisode. Et c'est bien ce que j'ai fait ! J'ai trouvé qu'il y avait une toute petite baisse de régime vers le milieu, mais ça n'est pas bien méchant, et le drama retombe très vite sur ses pieds. Si l'on sait qu'un certain nombre de retournements de situation doivent être de mise dans les romances (ensemble, pas ensemble, plus ensemble, avec un/une autre...), Last Christmas a réussi à me surprendre plusieurs fois, que ça soit pour le couple principal ou pour les autres protagonistes. Et ce jusqu'à la fin !

La seule chose qui m'a dérangée un poil, c'est la temporalité : le drama a été diffusé lors de la saison d'automne, il est donc supposé se dérouler "en temps réel" de début octobre à Noël. Et du coup, il se passe vraiment beaucoup de choses en même pas trois mois, des fois on ne sait pas très bien combien de temps s'écoule entre tel et tel moment. C'est loin d'être exclusif au drama, j'ai déjà remarqué ça dans d'autres séries du même genre, et je pense qu'on ne s'en rend pas compte quand on les regarde au fur et à mesure de leur diffusion.

drama,série,japon,last christmas,fuji tv,automne 2004,oda yuji,yada akiko,moriyama mirai,tamaki hiroshi,katase nana,ihara tsuyoshi,megumi,sakurai sachiko,tamaru maki,kanno yugo

J'ai beaucoup aimé l'ambiance qui règne chez Heart Sports et si je n'ai vraiment pas d'intérêt particulier pour le domaine choisi, j'ai trouvé qu'il était mis en scène de façon crédible et servait utilement la trame sentimentale sans prendre trop de place et sans qu'on ait trop une impression de déjà vu. La bonne entente entre les différents employés est vraiment appréciable, et les soirées passées majoritairement entre collègues, où se mêlent parfois d'autres connaissances, donnent une dimension amitié au drama  qui complète bien l'ensemble.

drama,série,japon,last christmas,fuji tv,automne 2004,oda yuji,yada akiko,moriyama mirai,tamaki hiroshi,katase nana,ihara tsuyoshi,megumi,sakurai sachiko,tamaru maki,kanno yugo

La bande originale de Last Christmas est signée Kanno Yûgo, un habitué des OST de drama que j'ai beaucoup apprécié dans RondoGalileoSPFumo chitai ou encore Shinzanmono. Si les mélodies qu'il nous propose ici ne sont pas incontournables, elles n'en sont pas moins jolies et agréables, et se mêlent très bien au reste de la bande sonore. Outre les chansons de l'opening et de l'ending (auxquelles je reviendrai juste après), le drama compte en effet un certain nombre d'insert songs, en majorité sur le thème de Noël. 

J'ai regardé le drama fin septembre/début octobre, donc même si Noël n'était pas si loin que ça, je n'étais quand même pas du tout dans l'ambiance, et je me suis fait la réflexion que les chansons de Noël, les lumières, les rennes et les bonnets rouges, ça aurait pu facilement devenir lourd. Mais en fait non, cette atmosphère festive qui est en continuité directe avec le titre du drama et son élément clé est très bien dosée.

Les chansons thème des génériques sont toutes les deux des reprises de Wham : Last Chistmas et Wake me up before you go go, interprétées par Butch Walker et Ôda Yûji. Les deux titres ont des ambiances très différentes et complémentaires qui traduisent très bien les différents aspects du drama. Au final, la bande sonore de la série est extrêmement réussie et mélange efficacement les compositions originales et des chansons parfois pas toutes jeunes.

Bien que Last Chistmas ne date que de 2004, je m'étais fait l'idée qu'il avait un côté vieillot, sûrement à cause de son affiche qui sans être moche, n'est pas vraiment "moderne". Mais j'ai trouvé que la série ne faisait pas du tout ses huit ans et se défendait mieux que d'autres du même âge ou plus récentes au niveau des plans et des transitions. 

Last Christmas a été pour moi une excellente surprise. C'est un véritable petit coup de coeur dans la catégorie comédie romantique à fond sérieux. Si je ne développerai pas pour ne pas spoiler, j'ai trouvé que la maladie, sans monopoliser le scénario, était aussi bien voire mieux traitée que dans d'autres drama. Le duo Kenji/Yuki se classe clairement parmi les couples de drama les plus attachants, et les personnages secondaires ne sont pas en reste. Le drama a tout ce qu'on peut exiger d'une romance en milieu professionnel : il utilise en les dosant à la perfection tous les ingrédients du genre et ne donne  jamais dans la surenchère, que ça soit pour le comique ou le dramatique. Sa bande sonore contribue également à le placer un cran au-dessus d'autres productions. A voir d'urgence pour tous ceux qui apprécient un minimum le genre !

1 2 3 4 5 6 7 8 Page suivante