Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08.06.2009

Top 5 drama n° 3 : Acteurs, part 1

Enfin, après 50 renzoku, pas mal d'épisodes spéciaux et deux ou trois tanpatsu, je me décide comme je le disais l'autre jour à faire un top acteurs. La deuxième partie viendra plus tard, car j'hésite encore et certains candidats devront encore faire leurs preuves dans mes prochains visionnages.

 

shunoguri.jpgOguri Shun

Il est Rui Hanazawa de Hana Yori Dango, Sano de HanaKimi, le Uchi de Gokusen 1, Enami dans Stand up!!, Noboru dans Great Teacher Onizuka, Jun dans Summer Snow, Koyama dans Binbo Danshi, pour ne citer que les rôles les plus importants dans lesquels je l'ai vu.

C'est le premier acteur de dramas que j'ai apprécié et qui a eu une grande influence sur mes choix, il était donc évident qu'il figurerait dans mon top ! Bien sûr le jeune monsieur est loin d'être crado (il me rappelait au début James Iha dans sa "jeunesse", comme quoi mon goût pour les asiatiques ne date pas d'hier !), mais surtout il a une présence énorme, et est aussi doué dans le rôle du grand beau gosse ténébreux peu bavard que dans des rôles très différents comme celui de Jun dans Summer Snow et surtout Koyama dans Binbo Danshi.

Bien sûr, il reste des dramas où il joue que je n'ai pas vus, mais pour le revoir prochainement je compte plutôt sur les films avec surtout Crows Zero, dont j'ai entendu pas mal parlé et où il est je crois pas le seul que j'apprécierais de voir.


Kimura Takuya takuyakimura.jpg

Il est Ryo dans Sora kara furu ichioku no hoshi, Kuriyu dans Hero et Teppei dans Karei naru ichizoku.

Lui, je me demande encore comment j'avais fait pour pas le croiser plus tôt dans un drama ! Il me semble avoir été très claire en parlant des trois séries mentionnées plus haut, il est juste excellent. Il a vraiment une présence unique par sa voix, ses regards et ses expressions et entre vraiment dans la peau de ses personnages. Il ne faut donc pas s'arrêter à son statut de Johnny's ! Et je dois dire que s'il avait dix ans de moins, comme les Jonnhy's des générations suivantes si on peut dire, il m'intéresserait sûrement moins.

Et bien sûr, ces derniers temps il a pas mal contribué à allonger ma liste de dramas à voir. Je reparlerai donc sûrement bientôt de lui !

 

tomoyanagase.jpgNagase Tomoya

Il est Makoto dans Ikebukuro West Gate Park, Makio dans My boss, my hero, Tarô dans Utahime et Kotora dans Tiger & Dragon.

Quand je dis que les acteurs qui ont la trentaine c'est bien ! ^^ Voilà un autre "petit" gars que j'ai tout de suite apprécié. Il fait bien le gars pas très futé qui parle un peu fort (et qui est souvent un yakuza !) mais est aussi convaincant dans les moments plus sérieux. Faut dire que comme il est plutôt assez grand et baraqué (surtout pour un Japonais), ce genre de rôle un peu bad guy lui va bien et il change un peu de certains acteurs minces aux traits fins - efféminés si on veut le dire vite fait - même si je déteste pas forcément ça.

 

Fujiki Naohito naohitofujiki.jpg

Il est Mizuno, le médecin de Ichi rittoru no namida, Saejima, le flic de Great Teacher Onizuka, Eisuke, le grand frère dans Slow Dance, Takano, le buchôôôô de Hotaru no hikari, et Azumi dans Itoshi kimi e.

Je n'avais pas vraiment remarqué cet acteur dans les premières séries où je l'ai vu car il avait des rôles secondaires, ce qu n'est pas forcément le mieux pour se faire une idée. Mais dans Slow Dance, je l'ai trouvé bien sympa, et mon idée s'est totallement confirmée dans Hotaru no Hikari. On peut pas dire qu'il soit si spécial (si ce n'est son petit sourire qui tue), mais je trouve qu'il s'en sort bien pour jouer les rôles de mecs introvertis qui savèrent ne pas avoir la personalité qu'on aurait pensé, particulièrement dans les deux séries que je viens de citer.

 

kuranosukesasaki.jpgSasaki Kuranosuke

Il est Kuwabara (le chef de cuisine) dans Bambino!, Namikiri dans Zettai Kareshi, Fukuhara dans Shikaotoko Awoniyoshi. On peut le voir aussi dans Tôkyô Friends et Yasashii Jikan.

Et là, je contredis ce que je viens juste de dire à propos des rôles secondaires : cet acteur, je ne l'ai vu que dans des petits rôles, et pourtant je l'ai vite repéré et apprécié. Pour ne pas parler uniquement des acteurs les plus connus qui ont presque toujours les premiers rôles, je tenais donc à le citer. Dans tous les dramas où je l'ai vu, il apportait vraiment un petit plus dans l'entouage des personnages principaux, plus particulèrement dans Zettai Kareshi et Shikaotoko Awoniyoshi où il m'a bien fait rire car il joue vraiment bien les personnages qui l'air de rien en ont un grain.

Je pense que j'aurai l'occasion de le revoir prochainement, toujours un peu par surprise. Mais quand même, il doit bien y avoir des dramas où il a le rôle principal ?! Apparemment il joue aussi dans le film 20th Century Boys, que je n'ai pas eu l'occasion de voir au ciné.

04.05.2009

[Drama] Tiger & Dragon

Titre japonais : タイガー&ドラゴン

Nombre d'épisodes : SP + 11

Diffusé au : Printemps 2005

Chaîne de diffusion : TBS

Fiche : DramaWiki

 

J'ai décidé de regarder ce drama pour revoir un peu mon chouchou Nagase Tomoya (Ikebukuro West Gate Park, My boss my hero, Utahime) mais aussi parce que son thème me semblait bien intéressant : le rakugo, sorte de one-man show traditionnel japonais. La série se compose d'un épisode spécial et de 11 épisodes. Notez bien l'importance de l'ordre des mots et ne vous faites pas avoir comme moi : pour une fois l'épisode spécial vient en tout premier, et pas à la fin. Ce n'est donc pas une histoire bonus ou un simple résumé, mais une introduction à la série, où les personnages principaux se rencontrent et où la trame se met en place. Enfin, c'est peut-être un peu étrange de parler de trame car si les relations entre les personnages évoluent bien, le plus important c'est l'histoire de rakugo qui est au centre de chaque épisode. Un peu comme dans Hero où il y a une enquête par épisode.

Kotora Yamazaki est un yakuza qui rencontre un jour Donbei, maître de rakugo et vieil ami du boss de son clan. Donbei a des dettes, et Kotora est venu lui réclamer l'argent. Mais il assiste à une représentation et, lui qui ne rit jamais et ne fait jamais rire les autres, est fasciné. Les deux hommes finissent par faire un marché : Donbei prendra Kotora comme élève et chaque histoire de rakugo enseignée lui permettra de rembourser une partie de ses dettes.

Mais très vite, Kotora adopte une manière très particulière de conter ses histoires : en gardant le schéma de la version traditionnelle, il l'adapte de façon très contemporaine à des événements auxquels il a pris part récemment. Et c'est là-dessus que repose tout le concept de la série : dans chaque épisode, Kotora va apprendre une nouvelle histoire, que l'on va d'abord voir racontée dans sa version traditionnelle. Puis, selon les événements qui arrivent à ce moment-là, Kotora va façonner sa propre version, dont il rendra compte à la fin de l'épisode.

Quand l'un des conteurs est sur scène, son histoire prend vie et l'on se retrouve projeté dedans. Et ce sont les différents personnages du drama qui incarnent les personnages de l'histoire contée. On les retrouve donc avec une tenue et une coiffure d'époque, dans une maison traditionnelle. Les transitions entre ces scènes et celles où l'on voit simplement le conteur en train de parler donnent un dynamisme certain à la série. A côté de ça, on suit Kotora dans sa vie quotidienne, et l'on assiste petit à petit à la formation de son histoire. Mais avant que le spectateur du drama connaisse la chute de l'histoire dans la "réalité", il voit Kotora monter sur scène et raconter son histoire aux spectateurs de la salle de rakugo, et c'est à ce moment que l'on connait le fin mot de l'histoire.

Tiger&Dragon.jpg

Hum, je crois bien que c'est super confus ! Mais en résumé, le concept est vraiment sympa et compense le fait que la série ne soit pas si inacessible par des non-Japonais de par son thème : il y a énormément de jeux de mots dans les histoires de rakugo et bien sûr c'est impossible de tous les comprendre. Et si on prend plaisir à écouter et voir ces histoires, on sent que quelque chose nous échappe car la "morale" à la fin est d'un style bien différent de ce qu'on peut avoir dans les contes ou histoires occidentaux. Mais bon, c'est avant tout un drama, et comme la plupart des personnages sont vraiment intéressants, ça se regarde très bien.

Le rôle de Tomoya Nagase (Kotora) est sans grande surprise : un yakuza pas forcément super futé, parfait pour faire sa grosse voix et son comportement un peu rustre. Mais bon, moi je trouve que ça fonctionne toujours bien. J'ai découvert Okada Junichi, qui joue Ryû, le fils de Donbei (Kotora est le tigre, lui est donc le dragon). Ma foi, je l'ai trouvé plutôt sympa, aussi bien pour le jeu que pour le personnage. J'ai beaucoup aimé le personnage de Donbei et la façon dont Nishida Toshiyuki le joue. Il a des traits de caractère classiques du maître, du père et du mari qu'il est tout à la fois dans la série, mais il n'en fait pas trop et j'aime bien comment il parle.

J'ai pu retrouver Ito Misaki (Megumi), que j'ai beaucoup plus appréciée dans ce rôle de fille certes jolie mais un peu barrée que dans les rôles de fille trop parfaite qu'elle avait dans Densha Otoko ou Gokusen. Ginjiro, le fils du boss de Kotora, est un personnage que je n'ai pas vraiment trouvé intéressant. Faut dire que Tsukamoto Takashi, qui joue ce personnage, a une tête qui me revenait pas, même si c'était dû surtout à la sale coiffure qu'il a. Je pensais que je l'avais jamais vu mais en fait si, et plusieurs fois, notamment dans Kekkon dekinai otoko. On peut pas dire qu'il m'ait marquée ! ^^ Je n'ai pas vraiment aimé Donta, l'autre fils de Donbei, qui a un rôle de bouffon trop caricatural, mais c'est sûrement dû en partie au fait qu'on capte pas tout de ses blagues.

Chacun des épisodes se suit agréablement et comporte une dose d'humour tout à fait honnorable au-delà des jeux de mots. Et à la fin on a le droit à une aventure un peu plus sérieuse et un peu plus longue, parfaite pour conclure la série. La musique n'est pas si présente que ça mais je l'ai trouvée plutôt sympa. La chanson d'intro est bien délirante, et la chanson du générique de fin est du Johnny's, présence de Johnny's oblige. Et pour tous les moments qui se passent sur scène, les instruments et "bruitages" traditionnels donnent vraiment une ambiance.

Au final, même si elle peut être parfois un peu dure à suivre, cette série présente un univers vraiment intéressant et mis en valeur par des procédés vraiment bien fichus et des personnages dans l'ensemble très efficaces. Pas de raison de se priver, quoi !

11.03.2009

[Drama] Utahime

Titre japonais : 歌姫

Nombre d'épisodes : 11

Diffusé en : Automne 2007

Chaîne de diffusion : TBS

Fiche : DramaWiki

 

J'avais repéré cette série il y a un bout de temps, juste après avoir vu Ikebukuro West Gate Park et My boss my hero, en fait. Ceux et celles qui ont vu ces deux dramas on déjà repéré leur point commun : c'est Nagase Tomoya qui y tient le rôle principal, et moi je le trouve excellent. Je ne nierai pas que son physique avenant y est pour quelque chose (et de ce côté-là ça change bien des ptits jeunots de 20 ans ^^), mais en deux séries, j'ai pu voir qu'il était très fort aussi bien pour les rôles de comédie que pour les rôles plus sérieux. Dans Utahime, son personnage mélange un peu les deux, et ça marche toujours aussi bien.

Après un court moment passé dans le Tôkyô d'aujourd'hui, l'histoire de Utahime nous envoie dans un petit village côtier de Shikoku, au milieu des années 1950. Le dépaysement est double, et j'apprécie doublement. J'ai apprécié des dramas comme Yasashii Jikan, Shikaotoko Awoniyoshi ou Hanayome wa Yakudoshi parce qu'ils nous montrent autre chose que Tôkyô. Et là, en plus on a le changement d'époque. Je pense par pour autant qu'on puisse parler de drama historique, mais en tout cas l'ambiance créée est vraiment excellente. Une petite ville où tout le monde se connaît, avec au coeur de l'histoire le cinéma avec son unique salle et son bar. Et des personnages hauts en couleur.

Tomoya Nagase incarne Tarô Shimanto, ancien soldat qui a perdu la mémoire et qui vit chez les propriétaires du cinéma qui l'ont recueilli 10 ans auparavant. Il est un peu devenu le fils ainé de la famille. C'est Fubuki Jun qui joue le rôle de la mère, personnage très différent de la froide directrice de Watashitachi no kyôkasho. La fille cadette, Suzu, avait 10 ans quand Tarô a été trouvé blessé. Elle a donc grandi avec lui, mais on s'en doute que maintenant qu'elle a presque 20 ans, elle ne le considère pas forcément que comme son grand frère. C'est Aibu Saki (Zettai Kareshi, Attention Please) qui joue le rôle de Suzu. Peut-être qu'elle n'a rien de spécial, mais je l'aime bien, c'est tout ! ^^.

utahime.jpg

Dans le rôle de Matsu, yakuza complètement à la masse, on retrouve Sato Ryuta (Bambino, Tokyo Friends), vraiment étonnant. Un autre personnage incontournable est Sabako, vieille fille commère par excellente. Il faut pas oublier non plus Geruman, pécheur de son état et ami très suceptible de Tarô. Avec le duo Suzu/Tarô, ces trois personnages sont à l'origine des nombreuses scènes cocasses qu'on trouve tout au long de la série. C'est loufoque et décalé, ça va parfaitement avec le lieu et l'époque mis en scène. La BO est efficace et renforce bien ces scènes drôles tout comme les scènes d'émotion. Sans surprise, la chanson thème est de Tokio. Je vais pas dire que j'écouterais ça en boucle mais bon il sait chanter le Tomoya, ça a la pèche et même si ça a rien de 50's ça passe bien.

Le thème de l'amnésie est pas vraiment inédit c'est sûr, mais je trouve qu'il est vraiment bien utilisé ici, notamment à la fin, que j'ai trouvée particulièrement réussie. Tarô va-t-il retrouver la mémoire ? Si c'est le cas, va-t-il oublier toutes ces années passées dans sa famille d'adoption ? D'un côté, ça crée du suspense, et de l'autre, ça donne de la profondeur aux personnages. Que ce soit Tarô lui-même ou Suzu, on comprend bien leurs sentiments contradictoires. Les premiers épisodes peuvent au premier abord paraître un peu longs, mais je trouve qu'ils permettent vraiment de mettre en valeur la relation entre Tarô et Suzu, on nous montre bien leur vie quotidienne et leur complicité. Et ça, c'est nécessaire pour passer à la suite, l'arrivée d'une certaine personne qui bien sûr va déclencher certains événements.

Des personnages excellents, une histoire qui mêle habilement drame et comédie, un univers très intéressant et rafraîchissant, voilà donc encore un gros coup de coeur !

1 2 Page suivante