Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27.07.2008

[Anime] Seirei no Moribito

Titre japonais : 精霊の守り人

Nombre d'épisodes : 26 épisodes

Année de production :
2007

Licence en France :
Aucune

Fiche :
Animeka ; ANN

 

Ca faisait un bon moment que je voyais le nom de cette série sur différents sites de fansub, j'ai donc fini par me décider à la regarder. Pour une fois, il ne s'agit pas de l'adaptation d'un manga mais d'un roman, le premier volume d'une série de fantasy si je me souviens bien. et c'est vrai que dès les premiers épisodes, quand on voit l'univers et les personnages auxquels ont a affaire, on imagine très bien un roman.

Un univers très beau, qui nous présente l'empire imaginaire de Yogo. Empire qui n'est pas sans points communs avec le Japon ancien bien sûr, avec sa petite dose de fantastique très bien incorporée. L'histoire, très bien menée, met en scène des personnages très réussis qui changent de l'ordinaire : une femme de trente ans et un jeune garçon d'à peine douze ans. Balsa est une garde du corps au passé mystérieux qui va se retrouver à protéger Chagum, l'un des princes de l'Empire dont la vie est menacée car il porte en lui l'oeuf de ce que l'on pense être un esprit maléfique.

 

L'histoire en elle-même est plutôt simple, mais vraiment efficace, avec un bon rythme. J'ai trouvé que les épisodes de "pause" où l'intrigue principale n'avance pas étaient très bien gérés et s'intégraient bien au tout, ne semblant pas venir comme un cheveu sur la soupe parce qu'il fallait une série de 26 épisodes. Nos deux héros étant poursuivis, il y a bien sûr quelques scènes de combat qui mettent un peu de piment sans prendre trop de place. La série reste avant tout une série d'aventure et de voyage si on peut dire.

seireinomoribito.jpg
 

J'ai trouvé à l'univers de Seirei no Moribito un petit côté Miyazaki. Déjà, au niveau de l'apparence des personnages, on ne peut pas du tout dire que c'est copié, mais les traits sont en général doux, et il y a beaucoup de bleu et de rose foncé. Après, Chagum est un enfant, et il y a surtout le personnage de Torogai, petite et vieille mais au grand caractère, avec sa petite bestiole sur la tête. Et la présence d'un esprit de l'eau au coeur de l'intrigue, l'importance en général de la nature ça aussi ça m'a fait pensé à Miyazaki. Je dis cela non pas pour me lancer dans les grandes comparaisons, mais juste pour essayer de situer un peu la série, et puis je pense que c'est en partie pour ça que je l'ai beaucoup appréciée.

Je conseille donc vivement cette excellente série d'aventure avec un monde vraiment beau et cohérent, une intrigue bien menée avec une fin bien nette, et en plus des musiques signées Kawai Kenji pour parfaire le tout.

13.06.2008

[Drama] Byakuyakou

Titre japonais : 白夜行

Nombre d'épisodes : 11

Diffusé en : Hiver 2006

Chaîne de diffusion : TBS

Fiche : DramaWiki

 

Même si ça va vite être évident, je le dis tout de suite : ce drama est vraiment un de mes préférés parmi la petite vingtaine que j'ai vue jusqu'à présent. Bien sûr, je n'ai pas vraiment de classement en tête, et pour certains il est difficile de les comparer entre eux car ils sont de styles tout à fait différents, mais celui-ci c'est clair que j'ai adoré.

Il est vraiment très difficile de raconter même un tout petit peu l'histoire sans spoiler complètement. Je peux juste dire que le premier épisode, plus long que les autres (pour une fois ce n'est pas le dernier !) met en place toute l'intrigue et nous présente comment les deux personnages principaux, Ryôji et Yukiho, vont se trouver liés par un terrible secret alors qu'ils ne sont encore que des enfants. Leur vie en sera bouleversée et les tragiques événements auront des conséquences sur leurs actions et leurs relations pendant de longues années, c'est ce qu'on pourra dans les épisodes suivants. Dès le début donc, une trame assez sombre s'annonce, et vu qu'on nous montre la fin, on sait que cetta ambiance durera jusqu'au bout.

byakuyako.jpg

Nos deux "héros" sont vraiment des personnages excellents, le spectateur ne peut s'empêcher d'éprouver tour à tour de la sympathie ou du dégoût envers eux, de les pardonner ou de les condamner. Parce qu'ils font plein de choses pas bien, des morts il y en a, à chaque épisode ou presque. Mais ce n'est pas pour autant que la série est une série d'action super violente. Tout réside dans les sentiments de Ryôji et Yukiho, de leurs relations, tous les deux ou avec leur famille, leurs amis. Le personnage secondaire le plus important est sans doute celui de Sasagaki, un policier qui depuis le début tentera de percer le secret des deux jeunes gens. Dans le genre du policier obsédé par la recherche d'un criminel à cause de son propre passé, il est beaucoup plus crédible que celui de Kurosagi.

Aucun acteur que je connaissais avant de voir la série - à l'exception de la petite fille qui joue Yukiho enfant, aperçue dans Summer Snow - mais je les ai tous appréciés, les acteurs jouant les rôles de Yukiho et Ryôji étant particulièrement bons à incarner des personnages experts dans le mensonge. Last but not least, la bande sonore est absoluement magnifique et crée une ambiance énorme tout le long des épisodes. J'ai aussi beaucoup aimé la chanson du générique de fin. Et pour changer de ce qu'on peut malheureusement voir la majorité du temps pour les dramas, des sous-titres français de très bonne qualité. Aucune raison donc de ne pas regarder cette superbe série.

06.03.2008

[Drama] Kekkon dekinai otoko

Titre japonais : 結婚できない男

Nombre d'épisodes : 12

Diffusé en : Eté 2006

Chaîne de diffusion : Fuji TV

Fiche : DramaWiki

 

Pour savoir ce que raconte l'histoire de ce drama de douze épisodes, il suffit d'en traduire le titre : l'homme qui ne pouvait pas se marier. Pouvait pas, mais dans le fond c'est plutôt voulait pas. Shinsuke Kuwano, brillant architecte de quarante ans, est en effet apparemment tout à fait satisfait de sa vie en solo dans son bel apartement et ne voudrait en aucun cas partager sa vie avec une femme, au grand désespoir de sa famille. Mais, bien sûr, dès le début de la série, sa petite vie tranquille va commencer à changer grâce à (ou à cause de !) la rencontre de deux femmes, la première étant sa jeune voisine Michiru et la deuxième un médecin, Natsumi.

S'en suit une histoire légère,  sans prétention, mais néanmoins extrêmement drôle et touchante. On accroche très vite au personnage principal en découvrant petit à petit sa vie quotidienne, faite de nombreux rituels. Il a un côté très maniaque, il est absolument ignoble avec les gens, qu'il fréquente un minimum, mais on l'adore tout de suite et on se régale à le voir changer malgré lui. Je ne connaissais aucun des acteurs qui jouent dans cette série, et j'ai été très agréablement surprise, à commencer par Abe Hiroshi qui joue à la perfection le rôle de cet homme toujours prêt à balancer des méchancetés gratuites mais qui en même temps est incapable d'exprimer ce qu'il souhaite et ce qu'il ressent, et peut être d'une mauvaise foi ahurissante.

kdotoko.jpg

Tous les autres personnages de la série sont également agréables et bien interprétés. Michiru est fort sympathique, mais j'ai encore plus adoré Natsumi, dont le rôle est joué par Natsukawa Yui, aussi naturelle que jolie. Non, vraiment, aucun des personnages ne m'a paru mal joué ou surjoué, ça passe tout seul, on suit le quotidien de tout ce petit monde très naturellement. Et il faut vraiment que je fasse un mention spéciale pour Ken-chan, le chien ^^. Jusqu'à la fin, l'histoire reste tout aussi simple qu'agréable, et cette fin justement, on l'aurait imaginée plus spectaculaire, mais en même temps, c'est ce qui contribue au charme de la série. Et pour finir, j'aime beaucoup la chanson du générique, et la bande sonore discrète et légère convient très bien.

Au final, j'ai énormément apprécié ce drama qui est une petite merveille dans son genre. Pas de grands défis ni de yakuzas, on est aussi bien loin du milieu scolaire, l'histoire étant centrée sur des gens ayant autour de 40 ans, mais c'est un changement très agréable, et c'est si drôle et bien interprété qu'on ne peut qu'accrocher.